KURDISTAN. Diminution dangereuse du niveau de la rivière Munzur

0
133
TURQUIE / BAKUR – On assiste à une diminution dangereuse du niveau de la rivière Munzur dans la région kurde de Dersim où la Turquie a construit six barrages et centrales électriques ces 10 dernières années.
 
Autrefois, il tombait 3 à 4 mètres de neige dans les montagnes de Munzur qui était l’un des endroits les plus enneigés du Kurdistan. Aujourd’hui, on parle en centimètres. En raison de la sécheresse, la plupart des sources alimentant la rivière Munzur se sont asséchées, ce qui a provoqué une diminution dangereuse du niveau de la rivière.

 

6 BARRAGES CONSTRUITS AU COURS DES 10 DERNIÈRES ANNÉES

Alors que le débit d’eau des rivières diminue en raison des barrages et centrales électriques qui ont été construits, la majorité des glaciers des montagnes d’Ağrı, Cilo et Süphan ont fondu en raison du réchauffement climatique au Kurdistan. Dans le Dersim, l’un des endroits les plus touchés par ce problème, six barrages et centrales électriques ont été érigés au cours des dix dernières années.

Le débit de Munzur est tombé à son point le plus bas de l’histoire. Selon les informations recueillies auprès des autorités, alors que le débit de Munzur était de 30 m3 par seconde en octobre, le niveau d’eau a baissé de moitié par rapport à l’année précédente, et a été mesuré à 14 m3 cette année. Le niveau d’eau de Munzur, où une situation similaire s’est produite au cours des mois d’hiver de 1934, aurait baissé autant pour la deuxième fois en 87 ans.

L’insuffisance des précipitations, inférieures à la moyenne annuelle, a entraîné l’abandon de nombreux champs agricoles, tandis que l’élevage, principale source de subsistance dans la région, a également souffert. Les températures extrêmes et les faibles précipitations assèchent les prairies et les pâturages, tandis que le manque d’eau rend les animaux malades. L’augmentation des prix des aliments causée par la sécheresse met les éleveurs de la région dans une position difficile. Les gens qui ont à la fois des problèmes de nourriture et d’eau disent vouloir vendre leur bétail face aux ravages qu’ils ont subis, mais ils ne le peuvent pas, car les prix des animaux ont baissé.

LES CATASTROPHES NATURELLES AUGMENTENT LA SÉCHERESSE

Les précipitations ont chuté de 56% par rapport à la normale en 2021, l’été le plus chaud des 50 dernières années, et plusieurs régions ont été étiquetées comme « extraordinairement sèches », « extrêmement arides » ou « extrêmement sèches » sur les cartes climatiques du monde. Bien que les scientifiques soulignent que les forêts ont une influence majeure contre la sécheresse et augmentera également la quantité de précipitations pendant les mois d’été, les forêts continuent d’être brûlées et rasées dans la guerre spéciale menée par la Turquie au Kurdistan.

Alors que les opérations militaires turques provoquent des incendies de forêt à Dersim, la coupe d’arbres dans les forêts de Karacehennem à Kızılağaç, Aynik (Meşeli) et les villages de Çatak du district de Karlıova à Bingöl se poursuit. Des camions transportent des arbres abattus depuis des jours pour des « problèmes de sécurité ». Le 20 septembre, une opération militaire a été lancée dans la zone où des arbres ont été coupés, et un incendie s’est déclaré à la suite du bombardement.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici