TURQUIE. Une féministe kurde condamnée à 30 ans de prison

0
402
TURQUIE / BAKUR – Féministe kurde et porte-parole de la plus grande organisation faîtière de femmes kurdes (Mouvement des femmes libres – TJA) au Kurdistan du Nord, Ayşe Gökkan a été condamnée à 30 ans de prison par un tribunal turc aujourd’hui. Gokkan a déclaré que l’enquête et les actes d’accusation préparés étaient le produit d’une mentalité raciste, sexiste et dominée par les hommes, et qu’elle avait été arrêtée 83 fois.
 

La 23e audience de l’action en justice intentée contre la porte-parole à terme de Tevgera Jinên Azad (TJA), Ayşe Gökkan, sur des allégations d’ « appartenance à une organisation terroriste » s’est tenue à la 9e Haute Cour pénale de Diyarbakır. Gökkan, les avocats de Gökkan Berfin Gökkan, Özüm Vurgun et Muharrem Şahin ont assisté à l’audience. En outre, des femmes féministes indépendantes, les membres des organisations féministes TJA, Association des femmes Rosa, les députées du Parti démocratique du peuple (HDP) Remziye Tosun et Nuran İmir ont assisté à l’audience.

 

Gökkan a salué les femmes en faisant un signe de victoire en entrant dans la salle d’audience. Gökkan et ses avocats ont brièvement exposé leurs motifs et déclaré qu’ils ne se défendraient pas. Après une courte pause, le tribunal a condamné Gökkan à 30 ans de prison.

Une vie dédiée à la lutte féministe et kurde

Gökkan a été élue co-maire municipal de Nusaybin du Parti de la société démocratique (DTP) avec 83 % des voix lors des élections locales du 29 mars 2009. En plus de ses œuvres pour des partis politiques tels que le Parti de la démocratie populaire (HADEP), le Parti démocratique du peuple (DEHAP) et le DTP, elle est chroniqueuse pour de nombreux journaux et magazines reconnus par la recherche. Selon ses propres termes, Gökkan, qui se bat pour les femmes depuis 30 ans, a été jugée 8 fois pour être soi-disant «membre d’une organisation terroriste».

Enlevée par le JITEM

L’histoire de Gökkan commence en 1991 lorsqu’elle est kidnappée par l’unité de la Gendarmerie Renseignement et Contre-Terrorisme (JİTEM). S’adressant à Independent Turkish au sujet de la lutte des femmes en Turquie et des difficultés qu’elles ont rencontrées, Gökkan a déclaré : « Le village où vivait ma famille était un village frontalier. J’ai été kidnappée par le JİTEM en 1991. Je n’ai même pas pu savoir où j’étais détenue. pendant 4 jours. Ma première histoire de détention commence ici. Les détentions continuent comme ça. Je serais détenue au moins une fois par mois. »

Gökkan a déclaré que l’enquête et les actes d’accusation préparés étaient le produit d’une mentalité raciste, sexiste et dominée par les hommes, et qu’elle avait été détenue 83 fois.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici