Procès d’Özgür Gündem: «La solidarité est devenue un motif d’emprisonnement»

0
399
TURQUIE – La justice turque persécute plusieurs défenseurs des droits humains, des écrivains et des journalistes depuis cinq ans pour avoir été solidaires d’Özgür Gündem, journal kurde injustement fermé par le pouvoir turc.
 
Après l’annulation de leurs acquittements, la professeur Şebnem Korur-Fincancı, le représentant de RSF Erol Önderoğlu et l’écrivain Ahmet Nesin étaient de nouveau devant les juges pour avoir participé à la campagne de solidarité pour le journal Özgür Gündem.
 
La deuxième audience du nouveau procès de trois défenseurs des droits dans l’affaire du journal Özgür Gündem s’est tenue hier (30 septembre) au 12e tribunal pénal d’Istanbul.
 
Le président de l’Association médicale turque (TTB), le professeur Şebnem Korur-Fincancı et le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie, Erol Önderoğlu, étaient présents dans la salle d’audience tandis que l’écrivain Ahmet Nesin n’a pas assisté à l’audience.
 
Les trois personnes ont été acquittées des changements en juillet 2019 dans le procès pour avoir participé à la campagne « Rédacteurs en chef sous surveillance » en solidarité avec le quotidien pro-kurde désormais fermé Özgür Gündem. Leurs acquittements ont été annulés en novembre 2020.
 
Le rédacteur en chef d’Özgür Gündem alors chargé des affaires juridiques, İnan Kızılkaya, qui allait être entendu en tant que témoin, n’a pas pu assister à l’audience car il avait eu des contacts avec un patient du Covid-19.
 
Önderoğlu et Korur-Fincancı ont déclaré lors de l’audience qu’ils n’avaient rien à ajouter à leurs précédentes déclarations de défense. Les avocats ont exigé l’élimination des lacunes.
 
Annonçant sa décision provisoire, le tribunal a décidé qu’une lettre devrait être envoyée à l’adresse de Nesin à l’étranger et que Kızılkaya devrait être entendu lors de la prochaine audience, qu’il a fixée au 1er février 2022.
 
Manifestation avant l’audience
 
Avant l’audience, une manifestation a eu lieu devant le palais de justice d’Istanbul à Çağlayan en soutien aux trois accusés.
 
L’Association médicale turque (TTB), la Fondation des droits de l’homme de Turquie (TİHV-HRFT), la section d’Istanbul de l’Association des droits de l’homme (İHD), Reporters sans frontières (RSF), la délégation de l’Union européenne en Turquie, la Confédération des syndicats de la fonction publique (KESK), le coprésident Mehmet Bozgeyik, le président de l’Union des journalistes de Turquie Gökhan Durmuş, les universitaires pour la paix, des responsables du Parti républicain du peuple (CHP) et du Parti démocratique des peuples (HDP) figuraient parmi les ceux qui ont assisté à la manifestation.
 
Un procès qui traîne depuis cinq ans
 
S’adressant à la presse, Korur-Fincancı a comparé le procès qui dure depuis cinq ans au Procès de Kafka.
 
« Pourquoi luttons-nous ? Pour construire nos mots, pour être des humains, pour l’humanité et nous n’abandonnons pas ce combat. (…)
 
Dans ce pays, l’incendie criminel et l’attentat à la bombe contre le journal Özgür Gündem, le massacre de journalistes dans des meurtres « identifiés » n’ont pas fait l’objet d’une enquête, mais leur soutien a fait l’objet d’une enquête. C’était même considéré comme un motif d’arrestation et d’emprisonnement pour certains d’entre nous. »
 
Korur-Fincancı a en outre noté que ceux qui ont été jugés pour avoir participé à la campagne de solidarité d’Özgür Gündem ont été jugés séparément et ont fait face à « des peines différentes pour le même crime de solidarité ».
 
« Mais il est clair que nous n’avons pas abandonné la lutte. Nous avons la volonté de continuer cette lutte jusqu’à ce que les mots soient libres sur cette terre, jusqu’à ce que les gens soient libres et jusqu’à ce que nous construisions nos mots plus fortement pour nos droits », a-t-elle fait remarquer.
 
Önderoğlu : Nous avons fait de la solidarité
 
Résumant le déroulement du procès, Önderoğlu de RSF a noté que les verdicts d’acquittement ont été annulés après les déclarations du président Recep Tayyip Erdoğan visant l’Association médicale turque.
 
« Après avoir été accusés pendant cinq ans, il est difficile pour nous d’espérer que le tribunal clôture ce procès par un deuxième acquittement. Nous voulons être acquittés car ce que nous avons fait, c’est montrer notre solidarité avec un journal mais compte tenu du problème de l’indépendance judiciaire de la Turquie, il n’est pas facile de souhaiter qu’aujourd’hui avec la pensée qu’un président puisse s’immiscer dans une affaire pénale.
 
Je ne me considère pas vraiment comme un accusé dans une affaire qui s’est éloignée du terrain juridique. Nous pouvons être condamnés, nous pouvons être acquittés, mais la décision difficile ici est celle des procureurs et des juges travaillant dans ce palais de justice.
 
Nous allons, bien sûr, continuer notre lutte pour la transparence, la liberté des médias et la liberté d’expression de chaque citoyen en Turquie. (…) C’est notre travail depuis 25-30 ans. »
 
Après la manifestation, Korur-Fincancı et Önderoğlu sont entrés dans le palais de justice sous les applaudissements de la foule.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici