« L’utilisation d’armes chimiques est interdite, excepté contre les Kurdes »

0
299
SYRIE / ROJAVA – La porte-parole du PYD, Sama Bakdash a critiqué la duplicité de la communauté internationale concernant l’utilisation d’armes chimiques interdites contre les Kurdes, soulignant la nécessité de former l’unité nationale pour conjurer la menace de l’occupation du Kurdistan de l’Ouest et du Sud par la Turquie.
 
L’armée d’occupation turque utilise régulièrement des armes chimiques contre les zones où sont basés les combattants du PKK, profitant de l’absence de responsabilité juridique et en matière de droits humains de la part de la communauté internationale pour ces crimes, qui sont qualifiés de crimes contre l’humanité.
 
Dans un entretien avec l’agence ANHA, Sama Bakdash, porte-parole du Parti de l’Union démocratique (PYD), a souligné le danger des attaques continues de l’armée d’occupation turque contre les quatre parties du Kurdistan, que ce soit au Rojava ou Başûr, conduisant à l’extermination politique des Kurdes du Bakur (Kurdistan du Nord).
 
Bakdash a déclaré que les menaces répétées de l’État turc visées tout le Moyen-Orient et que la survie de l’Etat turc dépendait de la poursuite des guerres
 
Concernant la récente escalade des attaques turques contre les Kurdes, Sama Bakdash a déclaré: « Nous avons assisté à une augmentation des attaques, en particulier contre le Rojava, en ciblant des véhicules civils et militaires sans discrimination et en lançant des menaces de temps en temps, à partir d’avril et jusqu’à maintenant, les attaques se poursuivent sur les zones de défense du projet ».
 
Elle a noté que l’attaque des zones tenues par le PKK montre une chose: « L’État turc vit dans un état de faiblesse interne, et est devenu impuissant à tous les niveaux politique, diplomatique et économique, donc sa survie dépend de la poursuite de la guerre. Si l’Etat turc osait arrêter la guerre, il s’effondrerait ».
 
Les armes chimiques ne sont utilisées que pour exterminer les Kurdes
 
Sama a ajouté: « Quand on parle d’armes chimiques, c’est une histoire aux racines anciennes. On peut dire que les armes chimiques n’ont été découvertes que pour exterminer les Kurdes. Le massacre d’Halabja était le meilleur exemple de massacres avec des armes chimiques. C’est peut-être dans les archives de la communauté internationale, placé dans cette boîte pour servir la politique de certain de pays à l’époque. »
 
Sama Bakdash a rappelé le nombre de fois où l’État turc a utilisé des armes interdites au niveau international : « Nous n’oublions pas que l’État turc a soutenu les mercenaires pour bombarder le quartier de Sheikh Maqsoud avec des gaz toxiques en 2016, en plus du bombardement d’Afrin pendant les attaques, et Serêkaniyê. Bien que cela ait été documenté par des preuves, des fichiers, des photos et des vidéos, mais la communauté internationale est restée silencieuse. »
 
Elle a également souligné qu’ils étaient parvenus à une totale conviction que « les armes chimiques sont interdites contre tout le monde sauf contre les Kurdes. Ce qui est une vérité amère. Nous, les Kurdes, luttons et résistons pour montrer au monde que nous avons des droits comme tout le monde. »
 
L’OTAN soutient la Turquie dans ses crimes et la couvre légalement
 
Quant au silence de la communauté internationale, Sama déclaré que la raison en est la présence de la Turquie dans l’OTAN, qui la soutient dans ces crimes et qui l’aide à contourner le droit international en envahissant les pays voisins et et en modifiant les frontières, « ce qui signifie que la faute en revient également à l’OTAN ».
 
Et elle a ajouté: « Si nous voulons parler des violations de l’État turc, il y a des centaines de violations, depuis l’arrestation de politiciens kurdes du Parti démocratique des peuples, et les empêchant d’exercer leur vie politique, qui représentent des millions de le peuple au Parlement, en plus de l’arrestation de maires élus et de journalistes qui montrent la vérité, ce qui signifie qu’il existe des milliers de preuves pour rendre l’État occupant turc coupable d’avoir demandé à être puni pour ses actes. »
 
La duplicité de la communauté internationale dans le traitement du dossier des armes chimiques
 
Quant à la duplicité de la communauté internationale, Sama a déclaré : « Nous avons vu que l’utilisation d’armes chimiques à Khan Cheikhoun ou à la Ghouta n’est pas passée inaperçue. Il y a plutôt eu des interventions de la communauté internationale. Pourquoi ? Parce que la question est liée au gouvernement de Damas. , alors que si l’État d’occupation turc était l’auteur, à ce moment-là, les régimes mondiaux resteront silencieux, car ils ont des intérêts communs avec l’État turc.
 
Cette étape sensible et historique, à l’heure où le peuple kurde est le premier à mener le projet de démocratie en Syrie et au Moyen-Orient, nous voyons que tous les pays tyranniques et autoritaires attaquent ce projet et veulent le contrecarrer. »
 
Sama Bakdash a expliqué que ce projet a vu le jour après avoir adopté les principes de fraternité des peuples dans sa formation et donné aux femmes le rôle principal au sein de l’Administration autonome.
 
La membre de la coprésidence et porte-parole officielle du Parti de l’Union démocratique (PYD), a conclu son intervention en insistant sur la nécessité d’intensifier les travaux pour obtenir un siège des Kurdes sur la carte changeante de la région ainsi que la nécessité d’empêcher l’occupation et les attaques et parvenir à la stabilité, en formant des alliances nationales qui incluent toutes les parties, ajoutant que c’est un objectif poursuivi par l’Administration autonome et la majorité des partis dans le nord et l’est de la Syrie.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici