Salih Muslim: La Turquie tente de remplacer les Kurdes par d’autres peuples

0
254
Le politicien Salih Muslim explique que l’État turc veut dé-kurdifier le Kurdistan en remplaçant les Kurdes par d’autres populations et détruire le mouvement de libération kurde.
 
Ces dernières semaines, l’État turc a étendu ses attaques contre le nord-est de la Syrie et le Rojava, menant des assassinats ciblés à l’aide de drones, contre des responsables du PKK et tuant des civils lors d’attaques d’artillerie et aériennes. Dans cet entretien avec Salih Muslim, cadre du Parti de l’unité démocratique (PYD), le politicien dresse le bilan de ces attaques et décrit les perspectives possibles pour la région.
 

Il y a eu récemment de violentes attaques turques contre le Rojava et le Kurdistan du Sud [Bashur]. Quelle stratégie le PYD poursuit-il contre cela ?

Aussi bien le PYD que les habitants de Bashur et de la diaspora savent ce que l’État turc vise par ces attaques. Toutes les attaques font partie du même concept, le « plan d’effondrement » [plan adopté par l’État turc en 2015 visant à mettre fin au processus de paix avec le PKK et incluant un anéantissement complet de la résistance kurde]. Le mouvement de libération kurde, le peuple kurde et leurs dirigeants sont destinés à être mis à genoux et écrasés. Ce plan n’est pas limité à une seule organisation ou au PKK. Partout où il y a des Kurdes qui résistent, ils sont destinés à être écrasés. La société kurde est destinée à être rendue sans chef et sans avant-garde. C’est le plan. Toutes les structures existantes sont destinées à être supprimées. Que ce soit au Rojava ou dans tout le nord-est de la Syrie, que ce soit à Bashur ou dans la diaspora, le plan englobe toutes les zones.

Une guerre psychologique intensive est en cours. Les Arabes qui veulent aller en Turquie sont torturés et assassinés par des soldats turcs, tandis que les Kurdes sont laissés passer. Que signifie tout cela?

L’Etat turc veut créer ici un espace sans Kurdes, c’est-à-dire un Kurdistan sans les Kurdes. Et s’il y a encore des Kurdes ici, alors ils doivent être sous son commandement. C’est le genre de Kurdistan qu’ils veulent, que ce soit au Rojava ou ailleurs. Il mène la guerre psychologique partout, au nord du Kurdistan comme au sud et au Rojava. Comme le Rojava est plus ouvert aux autres forces et a résisté, c’est un peu plus violent ici.

De nombreuses cellules dormantes djihadistes ici ont des liens avec la Turquie. La Turquie mène une guerre spéciale intense à travers les médias virtuels. Malheureusement, une grande partie de cette guerre est menée par des Kurdes qui ont été achetés comme agents. Le but est de chasser les Kurdes d’ici et d’installer une autre population. Le fait que les Arabes ne soient pas autorisés à traverser la frontière a exactement à voir avec cela. Il leur est clairement indiqué qu’ils doivent rester, mais les Kurdes doivent partir. C’est un plan à long terme. Comme vous le savez, au début des affrontements en Syrie en 2011, des camps [de réfugiés] ont été installés en Turquie. L’Etat turc a invité tout le monde à venir dans ces camps. Il a essayé d’éloigner les Kurdes d’ici et d’installer à leur place des populations turkmène, ouïghoure et arabe. Aujourd’hui, les Afghans fuient leur pays et la Turquie veut les installer au Kurdistan.

Au Rojava en particulier, la guerre spéciale consiste aussi à dresser les différents groupes de population les uns contre les autres. La population arménienne et les syriaques sont des survivants du génocide ottoman. L’État turc mène une guerre psychologique partout ; il veut que les cellules dormantes deviennent actives partout. Il veut que les gens qui restent ici disparaissent aussi.

Comme vous pouvez le voir, de Shehba à Afrin et de Girê Spî à Serêkaniyê et Til Temir, des attaques d’artillerie ont lieu tous les jours. L’artillerie, les roquettes et les drones sont utilisés. C’est aussi dans le but de déplacer. Je pense que les gens ici l’ont compris maintenant et ils résistent. Au final, nous gagnerons parce qu’il y a ici une population qui a confiance en sa résistance, qu’elle soit kurde, arabe ou syriaque. A Til Temir et Zirgan, les gens retournent dans leurs villages malgré les bombardements quotidiens.

Selon certaines informations, des réunions sur l’unité kurde devraient se tenir à nouveau. Selon ces rapports, une délégation américaine est dans la région avec cet objectif en tête. De telles réunions sont-elles même possibles au vu de la propagande mensongère du Conseil national kurde (CNK ou ENKS), qui appelle les gens à retourner à Afrin occupée par les Turcs ?

Nous parlons d’unité kurde. À tout le moins, les Kurdes devraient être solidaires et tracer une ligne commune, des lignes vertes et des lignes rouges. Il doit être clair que l’on ne rend aucun service à l’ennemi et ne se mêle pas de ses jeux. Il devrait y avoir une position commune à ce sujet. Malheureusement, il n’en est rien. Jusqu’à présent, certaines forces ne considèrent pas le fascisme turc comme un ennemi. Ils succombent aux déceptions de la Turquie et se consolent avec des jeux tactiques que ce soit contre le PKK ou contre le PYD. Cependant, cela ne correspond pas à la réalité. Nous l’avons vu à Afrin et dans de nombreux autres endroits, et nous le voyons dans le sud du Kurdistan. Il ne s’agit pas du PKK, il ne s’agit pas du PYD. Il s’agit du fait qu’un certain plan est mis en œuvre ici. Il ne devrait plus y avoir de Kurdes ici, car l’État turc pense que si les Kurdes ne Si vous ne vous réveillez pas aujourd’hui, cela pourrait arriver demain et lui causer des problèmes. Certains Kurdes ici tombent encore dans le piège. Il se peut qu’il y ait quelques personnes dans l’ENKS qui ont reconnu le fascisme turc comme un ennemi, mais ils n’ont pas le courage de se dresser contre cet ennemi et de défendre l’unité. Ils n’ont aucune confiance en eux. Ce manque de confiance équivaut à une défaite. Si vous décidez de résister, vous le faites avec les moyens dont vous disposez. Vous ne devez jamais abandonner.

On le voit aussi au Bashur. Pourquoi [le KDP] aide-t-il l’État turc ? Pour leur propre bénéfice, pour quelques millions de dollars… C’est une question de dignité pour le peuple kurde. Vous devez vous en rendre compte. Certains d’entre eux sont devenus prisonniers du fascisme turc. Ils ne peuvent plus prendre leurs propres décisions. Ils se lèvent et disent qu’il n’y aura pas de guerre entre les Kurdes, mais ils font exactement le contraire. Cela signifie que le pouvoir de décision n’est plus avec eux. Nous devons les libérer de cette captivité. C’est notre responsabilité. C’est la façon de voir les choses.

Nous ne pensons pas que l’ENKS agisse librement. Quelques-unes de leurs personnalités sont dans ce genre de captivité et ne peuvent pas dire la vérité. Jusqu’à présent, ils commentent tout ce qui se passe ici selon les souhaits de l’ennemi. Ils voient ce qui se passe à Afrin et se lèvent et disent que les gens devraient retourner à Afrin. Alors pourquoi les gens ont-ils fui? La raison en est l’occupation turque.

Si vous voulez vraiment que les gens reviennent, alors les raisons de leur fuite doivent être éliminées. Les occupants doivent partir. Certaines personnes propagent la propagande selon laquelle des maisons et des villages y ont été construits pour le peuple. Cependant, les gens ne veulent pas cela, ils veulent retourner dans leurs propres maisons. Leurs maisons ont été occupées. De Damas à al-Gouta, de tous les coins du monde, l’État turc a fait venir des gens et les a installés dans leurs maisons et leur a donné leurs champs. Sans le départ des occupants, les gens ne reviendront pas. Les Kurdes d’Afrin le disent assez clairement. Ils déclarent que s’ils reviennent, ce sera chez eux. Même s’ils vivent dans des tentes ou des ruines à Shehba, ils resteront ici. Ils disent: « Au moins nous n’avons pas cédé à l’occupation et aux mercenaires ». La propagande de l’ENKS est une très mauvaise chose. Il vaudrait mieux que l’ENKS cesse de le faire.

L’ENKS devrait reprendre les conversations. C’est ce que nous essayons de faire. Peu importe ce qu’il veut de nous, nous l’aborderons autant que possible. C’est notre point de vue. Nous prônons toujours le dialogue. Cependant, je ne m’en occupe pas personnellement. Les Partis de l’unité nationale (PYNK) ont une commission pour cela, mais je ne fais que suivre ce qui se passe. Je pense que les discussions pourraient reprendre. Les États-Unis essaient ici de négocier avec les deux parties et de les rapprocher. S’ils veulent vraiment un rapprochement et une solution, ils devront accepter certains faits. Si vous insistez jusqu’à ce jour pour ne pas qualifier la Turquie d’occupant, alors il devient clair que vous ne voulez pas de solution. Si l’on dit que l’Administration autonome doit être maîtrisée, cela signifie qu’une solution n’est pas recherchée. Kurdes, Arabes et syriaques célèbrent la troisième année d’auto-administration de Raqqa, Deir ez-Zor et Tabqa. Si l’on veut participer ici avec une politique claire, alors c’est possible. Mais si vous voulez tout détruire, alors c’est inacceptable. Je pense que de nouvelles discussions vont bientôt commencer.

A Deraa et dans d’autres régions de Syrie, il y a aussi des débats sur l’autonomie. Quelle influence le modèle d’autonomie démocratique du nord-est de la Syrie a-t-il sur l’ensemble du pays ?

Lorsque nous avons construit ce modèle de 2013 à 2015 et lorsque nous avons élargi l’Administration autonome en 2018, nous avons toujours considéré ce modèle comme un modèle non seulement pour notre région mais pour toute la Syrie. Il peut être appliqué dans toute la Syrie. La Syrie est une mosaïque en raison de sa diversité ethnique et religieuse. Réunir cette mosaïque est possible grâce à une autonomie fondée sur la philosophie d’une nation démocratique.

Ce modèle n’est pas seulement valable pour la Syrie, mais pour tout le Moyen-Orient. Dans chaque pays ici, il y a des mosaïques de population, que ce soit en Syrie, en Turquie, en Iran, où que vous regardiez. La philosophie de la Nation Démocratique est la seule solution. Maintenant, les gens voient ce modèle dans la pratique et s’en occupent. Il en est de même à Deraa et Suweida. Il y a aussi des gens à Lattaquié et dans d’autres endroits qui pensent de cette façon. Nous avons beaucoup de discussions et essayons de convaincre les gens. Le Conseil démocratique syrien (MSD) est composé de différents partis, dont des personnes d’autres régions. Ils voient tous les jours comment fonctionne le modèle. C’est pourquoi tout le monde aspire à ce projet. Notre projet est pour toute la Syrie. Je pense que l’avenir sera en faveur de ce modèle. Personne d’autre n’a de projet viable non plus.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici