Une jeune baloutche cherche son père porté disparu il y a 12 ans

0
254
Cela fait 12 ans que Sammi Deen Baloch cherche son père porté disparu lors qu’elle n’avait que 11 ans. Elle est menacée de mort pour avoir posé des questions sur son enfance perdue et le sort de son père. La lutte de cette jeune Baloutche rappelle celle des Kurdes qui cherchent depuis des décennies leurs proches disparus de force par l’État turc. (Reportage de Baris Balseçer)
 
Nous connaissons ce puit
 

Le Baloutchistan, qui est sous l’occupation de l’État pakistanais, est l’un des endroits qui fait régulièrement la lune de l’actualité avec les enlèvements et les disparitions forcées par des individus armés. Le nombre d’enlèvements et de disparitions augmente de jour en jour au Baloutchistan, où les chiffres officiels des personnes enlevées ne sont pas connus avec exactitude. Sammi Deen Baloch (23 ans), dont le père Deen Muhammed Baloch, un médecin, a été kidnappé par des hommes armés alors qu’elle n’avait que 11 ans, vit avec ses deux frères et sœurs et sa mère à Mashkai, au Baloutchistan. Sammi Deen Baloch, qui tente de connaître le sort de son père à travers les actions démocratiques qu’elle et sa sœur organisent depuis son enfance, affirme que malgré tous leurs efforts, ils n’ont encore obtenu aucune information.

Déclarant qu’ils ont besoin du public international et de la presse pour annoncer les violations des droits humains au Baloutchistan, Baloch a raconté à notre journal ses expériences et leur lutte.

Il a dit qu’il reviendrait

Notant que son père était médecin dans un hôpital de la ville d’Ornach au Baloutchistan avant d’être enlevé, Baloch a déclaré : « Mon père a pris rendez-vous pour moi depuis un hôpital de la capitale Quetta pour une chirurgie des amygdales la veille de son enlèvement. Le lendemain, jour où nous sommes tous allés à Quetta. Lors de mon enregistrement, mon père travaillait. Il a été appelé par l’hôpital d’Ornach. Après que les effets de la narcose postopératoire se soient dissipés, mon père s’est excusé auprès de moi et m’a dit qu’il devait retourner à Ornach à l’hôpital et qu’il reviendrait certainement dans deux jours. »

Mon père a été torturé et kidnappé.

Baloch a déclaré que son père les avait appelés de la ville d’Ornach, où il était arrivé après un voyage de 6 heures, et les a informés qu’il avait atteint la ville en toute sécurité. Le lendemain, le 29 juin 2009, à 5 heures du matin, nous avons reçu un appel téléphonique de Peon Ramzan Baloch, l’un des membres du personnel de l’hôpital d’Ornach. « Il nous a dit que des personnes lourdement armées sont venues à l’hôpital à 23h30 du soir et ont torturé mon père, l’ont forcé à monter dans un véhicule et l’ont emmené », dit-elle. Déclarant que tout le monde était choqué à ce moment-là, Baloch a ajouté: « Après ce jour, j’ai commencé à lutter pour retrouver mon père. »

Promesses non tenues

Déclarant qu’ils se sont rendus au poste de police d’Ornach le lendemain de la disparition de son père et ont fait une réclamation, Baloch a déclaré : « Nous avons déposé une demande auprès de la Haute Cour du Baloutchistan. Comme nous n’avons pas pu obtenir de résultat de cette demande, nous avons demandé à la Cour suprême du Pakistan, mais nous n’avons pu obtenir aucun résultat de cette cour. En 2011, nous avons déposé une demande auprès de la commission des disparitions forcées instituée au sein du Parlement pakistanais. La Commission a fait diverses promesses concernant les disparitions, mais aucune de ces promesses n’a été tenue. »