Le sort des femmes d’Afrin

1
425

Syrie/Rojava – Une femme kurde se serait suicidée en se pendant chez elle à Afrin.  L’agence de presse ANHA basée au Rojava a déclaré que la femme était Aisha Mohammad Khaled, 20 ans.  Elle a été retrouvée morte à son domicile vendredi.

Mère d’un enfant elle est née dans le village de Basûtê à Shêrawa.  Plus récemment, selon les informations disponibles, elle habitait dans le quartier de Mehmûdiyê au centre d’Afrin.  Basûtê est à une douzaine de kilomètres au sud d’Afrin.  Jusqu’à il y a trois ans et demi, environ 3 000 personnes y vivaient et une grande partie de la population du village était composée de Yézidis.  On ne sait pas combien d’habitants sont restés à l’intérieur depuis l’invasion turque.

Une source proche d’Aisha Mohammad Khaled a déclaré que la jeune femme se sentait très déprimée et sous pression à cause de l’occupation et des règles de la charia en vigueur depuis l’invasion d’Afrin.  Jusqu’à présent, rien n’indique où se trouvent son enfant et son mari.  Khaled est au moins la sixième femme d’Afrin à se suicider depuis le début de l’année dernière.

Les méthodes de Daesh à Afrin

Pendant longtemps, Afrin a été considérée comme la seule région pacifique de Syrie.  L’armée turque, accompagnée de milices islamistes, a lancé l’invasion de la région le 20 janvier 2018, qui a conduit à l’occupation de tout le canton le 18 mars et à la fuite de centaines de milliers de personnes.  Le reste de la population, et les femmes en particulier, ont depuis été exposées à des méthodes semblables à celles de l’État islamique.  Les femmes doivent se voiler, elles sont kidnappées, violées, torturées et tuées.

83 femmes d’Afrin assassinées en 18 mois

Selon un rapport de l’organisation de défense des droits humains Rêxistina Mafên Mirovan li Efrînê, entre janvier 2020 et juillet 2021, au moins 83 femmes de la région ont été assassinées par les forces d’occupation ou sont décédées en lien avec l’occupation.  200 autres ont été enlevés. 


Selon la militante des droits humains Naile Mehmûd, cinq femmes se sont suicidées pour éviter de tomber entre les mains des mercenaires.  Au cours de la même période, 216 cas de blessures et de blessures de femmes lors d’attaques par les milices d’occupation ont été enregistrés.

1200 femmes portées disparues

« Nous avons documenté 70 cas de viol.  Au cours des six premiers mois de cette année seulement, 25 femmes ont été kidnappées.  Parmi eux se trouvent des mineurs comme Aliye Adnan Cuma, 13 ans, et Rûya Mehmûd Xatir, 6 ans.  Emine Mistefa, une autre femme kidnappée, a 60 ans », a déclaré Mehmûd.

Depuis l’occupation d’Afrin, 1 200 femmes sont considérées comme ayant « disparu » et plus de 1 000 femmes ont été assassinées.  Au moins 99 femmes enlevées sont soit dans des prisons dans la zone d’occupation illégale, soit en détention en Turquie.

https://anfenglishmobile.com/women/the-plight-of-the-women-of-afrin-54197

1 COMMENTAIRE

  1. Comment ça me dégoûte de lire ce genre d’informations qui sont malheureusement réalistes, pourquoi c’est à la femme de payer la folie de l’homme !
    pour les violeurs tortuonnaires et barbares je vous souhaite d’aller en enfer et de souffrir comme vous faites souffrir des innocents

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici