AccueilKurdistanRojava"Les femmes préféraient s'immoler", un ancien otage d'Afrin raconte l'horreur dans les...

« Les femmes préféraient s’immoler », un ancien otage d’Afrin raconte l’horreur dans les prisons turques

SYRIE / ROJAVA – D’inimaginables crimes sont commis dans le canton kurde d’Afrin depuis son occupation par la Turquie et ses mercenaires islamistes en 2018. Les femmes sont particulièrement visées par des actes cruels tels la torture, viols et féminicides dans d’atroces souffrances. Un ancien otage raconte que deux femmes ont mis le feu à la prison pour mourir plutôt que de subir les atrocités sans nom des mains de leurs bourreaux.

« Je chancelle en marchant et je ne peux rien porter », c’est ainsi que (W.C.) décrit son état après sa sortie des prisons de l’occupation turque, où il a été torturé pendant près de 3 ans.
 
W.C. a voulu parler de son histoire à condition de qu’on ne révèle pas son identité. Son calvaire a commencé lors des attaques de l’armée d’occupation turque contre Afrin en 2018. W.C. vivait dans l’un des villages du district de Janders, et à cause de l’intensité des combats et des bombardements de l’État turc occupant, il n’a réussi qu’à faire sortir sa famille, mais il est resté et a été touché par des éclats d’obus.
 
Il dit qu’il n’a pas réalisé ce qui se passait, mais il a senti deux personnes le traîner dans une voiture militaire. À ce moment-là, W.C. a été kidnappé par les mercenaires de la division Sultan Murad pour être emmené dans l’une des prisons des turques.
 
Une prison en Turquie contenant des centaines de Syriens enlevés
 
W.C. s’est réveillé le 7 février 2018, d’un sommeil cauchemardesque pour se retrouver allongé dans une pièce et blessé sans être soigné, et sur son côté gauche un homme d’une soixantaine d’années est occupé à placer un morceau de tissu sur la tête de W.C., qui est touché à la tête par 3 éclats d’obus.
 
Il poursuit: « Je n’étais pas conscient, quand je me suis réveillé, les détenus m’ont dit que j’étais dans la prison en territoire turc, qui contient des dizaines de civils depuis 14 jours ».
 
Coupable d’être kurde
 
Après un certain temps, W.C. a été transféré à la tristement célèbre prison d’Al-Ra’i, gérée par les services secrets turcs, et accusé de traiter avec l’Administration autonome. Lorsqu’il a nié cela, l’enquêteur turc a répondu qu’être kurde suffisait à le condamner à perpétuité ou même à le tuer.
 
W.C. dit : « Lors de l’enquête, tout est permis. Toutes sortes de tortures sont utilisées. »
 
Source des maladies malignes
 
W.C. décrit l’état de la prison d’al-Ra’i comme le pire de tous les temps. Où aucun service ou fenêtre n’existent.
 
Toutes ces méthodes de torture systématique sont suffisant pour créer un environnement propice à la reproduction des germes et des virus et à la propagation de maladies transmissibles telles que la tuberculose, l’hépatite et d’autres maladies dit W.C.
 
Il rajoute que 40 des otages de la prison ont contracté la tuberculose, qu’ils n’ont pas été séparés des autres, au contraire, les gardiens les auraient promenés dans d’autres cellules pour propager la maladie parmi les détenus, comme ce fut le cas avec l’hépatite. Les deux maladies auraient fait des dizaines de morts, sept d’entre eux sont des compagnons de cellule de W.C.
 
« Pas de nourriture, pas de médicaments »
 
W.C. a déclaré: « Il ne s’est pas passé deux jours avant qu’un des détenus ne meure dans ma cellule, soit de tuberculose, d’hépatite, ou même à cause de l’infection des blessures à cause de la torture et du manque de soins de santé ou même de médicaments. »
 
W.C. continue de raconter son histoire, soulignant que les geôliers des mercenaires du de la division Sultan Murad ont volé leur nourriture et leurs médicaments, malgré leur rareté, alors que trois pilules analgésiques contre les maux de tête étaient données à 40 personnes par semaine alors qu’ils ne donnaient pas de médicaments pour les patients atteints de maladies infectieuses.
 
Quant à la nourriture, il  dit que 10 ballots de pain ont été donnés à 100 personnes, dont les geôliers ont volé la moitié de la quantité et chaque détenu en a mangé une quantité qui pouvait tout juste le gardé vivant.
 
Les femmes préfèrent mourir immolées plutôt que de vivre dans cette prison
 
Les services secrets turcs utilisaient l’un des dortoirs de la prison d’al-Ra’i pour emprisonner des femmes, et W.C. dit qu’ils ont entendu les cris de ces femmes à la suite des tortures qu’on leur infligeait.
 
Cependant, un jour, ils ont appris que le dortoir des femmes avait été incendié, et selon ce qui a été raconté par W.C. deux des femmes se sont immolées et ont préféré mourir plutôt que continuer à vivre dans cette prison où toute sorte d’horreurs leur était infligée.
 
Le prix de l’appel est de 1000 dollars, celui du tribunal est de 2000
 
Environ un an après son enlèvement, W.C. a voulu dire à sa famille qu’il était vivant et qu’il était dans la prison d’Al-Ra’i.
 
Environ 3 ans après l’enlèvement, les mercenaires l’ont été transférés à la soi-disant « Cour centrale » pour être inculpés de terrorisme et d’avoir travaillé avec l’Administration autonome. Il a été condamné à une amende de 3 200 livres turques et contraint de payer 2000 dollars à l’avocat de la défense pour sortir de la prison.
 
W.C. a été libéré de la prison d’Al-Ra’i le 10 juillet 2021, après avoir payé environ 3 500 dollars, kidnappé et emprisonné pendant plus de 3 ans, au cours desquels il a subi la pire des tortures qui l’empêche de mener une vie normale, tant psychologiquement que physiquement.

 

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici