Nadine Maenza: les USA et la communauté internationale doivent s’opposer à la Turquie en Syrie

0
274
La Commission américaine sur la liberté religieuse a appelé les organisations internationales à documenter les crimes de l’État turc dans les régions kurdes du Rojava et en Syrie, et à libérer les zones qu’il a envahies.
 
Nadine Maenza, vice-présidente de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (United States Commission on International Religious Freedom – USCIRF), a déclaré que les États-Unis et la communauté internationale ne devaient pas accepter les crimes de l’État turc, ajoutant: « Il est important que des organisations indépendantes puissent visiter Afrin et d’autres zones occupées par l’État turc et documenter la situation réelle ». Maenza a répondu aux questions de l’agence ANHA au sujet des attaques et des crimes de l’État turc et de ses mercenaires commis au Rojava.
 
Le Trésor américain a imposé des sanctions aux individus et entités affiliés au gouvernement de Damas et aux groupes de mercenaires affiliés à l’État occupant turc au Rojava et en Syrie.
 
Commentant ces sanctions, Nadine Maenza a déclaré : « À la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF), nous félicitons le Département d’État d’avoir reconnu les violations des droits humains et les crimes commis dans les zones que la Turquie a envahies et occupées dans le nord de la Syrie en suivant les recommandation de l’USCIRF d’imposer des sanctions aux milices soutenues par la Turquie pour de graves violations de la liberté religieuse, y compris l’enlèvement, la torture et l’assassinat illégal d’Hevrin Khalaf [politicienne kurde tuée par les gangs de la Turquie en 2019, lors de l’invasion de Serê Kanîyê] ».
 
Nadine Maenza a mentionné que la Coalition syrienne devait également avoir été réprimée, comme elle l’a dit : « J’ai été particulièrement encouragée de voir Abu Hatem Shaqra personnellement sanctionné car il était présent lorsque Havrin Khalaf a été assassinée mais a été accueilli par Nasser Al-Hariri, chef du Comité des négociations et membre de la Coalition nationale syrienne (CNS). J’ai récemment repartagé la photo d’eux (…) sur Twitter. Cela devrait choquer et faire réfléchir quiconque considère la CNS comme la réponse pour la Syrie, car ils sont clairement alignés avec une milice sanctionnée. »
 
Au sujet de la raison de sa visite de la Syrie du Nord et de l’Est, Nadine Maenza a déclaré: « Une partie de la raison pour laquelle je me suis rendue dans le nord-est de la Syrie à titre personnel était d’attirer l’attention sur les conditions positives de la liberté religieuse dans le cadre de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie et aussi les conditions horribles dans les zones que la Turquie a envahies et occupées. Il est temps que les États-Unis et la communauté internationale se dressent contre la Turquie et suivent la recommandation de l’USCIRF de faire pression sur la Turquie pour qu’elle fixe un délai pour se retirer de la Syrie. Ces crimes devraient être inacceptables pour les États-Unis et la communauté internationale. »
 
Concernant les crimes de l’État turc occupant et de ses bandes armées dans les territoires occupés, Aldar Khalil a déclaré dans une interview qu’une délégation indépendante devrait être envoyée dans les territoires occupés. En réponse à l’appel d’Adar Khalil, Nadine Maenza a déclaré : « Il est important que des organisations indépendantes puissent visiter Afrin et d’autres régions occupées par la Turquie et documenter les véritables conditions. »
 
« Avec les corps exhumés récemment à Afrin, la Turquie devrait accueillir une mission d’enquête s’ils n’ont rien à cacher. Nous avons salué les rapports indépendants sur les conditions à Afrin et dans d’autres zones occupées [réalisés] par les Nations Unies, Amnesty International, Wilson Center, l’Union européenne qui ont déjà documenté les crimes de meurtres, viols, enlèvements, conversions forcées, destruction de sites religieux et cimetières ciblant les yézidis, les Kurdes et les chrétiens. »
 
Nadine Maenza a appelé le gouvernement américain à adopter une position plus ferme et a ajouté : « Avec cette récente action du gouvernement américain, nous espérons qu’il y a désormais un engagement plus fort à utiliser tous les outils disponibles pour dissuader la Turquie de poursuivre ses actions contre les minorités religieuses et ethniques. »
 
Nadine Maenza a partagé son point de vue sur le rapprochement du gouvernement américain avec l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) et a déclaré: « Alors que le gouvernement américain continue d’évaluer sa politique pour la Syrie, nous espérons qu’il suivra les recommandations de l’USCIRF pour soutenir le peuple de la Syrie du Nord et de l’Est en accordant une reconnaissance politique à l’AANES en tant que gouvernement local légitime, en levant les sanctions sur la zone qu’ils gouvernent, en élargissant l’engagement avec l’AANES et en l’incluant dans toutes les activités pour une solution politique [pour la Syrie] conformément à la résolution 2254 de l’ONU. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici