Huile d’olive d’Afrin vendue sur le marché mondial

1
403
La principale source de revenus de l’occupation turque à Afrin est le vol des olives. L’ «or jaune» de la montagne des Kurdes est transféré en Turquie puis exporté vers le marché mondial. L’Allemagne sert de pierre angulaire pour la distribution d’huile d’olive d’Afrin vendue au Canada, au Danemark et en France. (Une enquête de Maxime Azadi)
 
Depuis l’occupation du canton kurde d’Afrin en mars 2018, l’État turc a mis en place un régime de pillage et d’exploitation. Les olives et les produits oléicoles étaient la principale source de revenus de la région avant l’invasion. Avec l’invasion turque, les oliveraies d’Afrin ont été pillées et sont devenues une source de financement pour les mercenaires de l’ « Armée nationale syrienne » (ANS / SNA) sous commandement turc. Les gangs de l’ANS pillent la production d’olives de la région et l’amènent sur le marché mondial via la Turquie. Les produits piratés vont des « produits biologiques » tels que le soi-disant savon d’Alep d’Afrin dans les magasins d’aliments naturels et les pharmacies, à l’huile d’olive dans les supermarchés allemands. Bien que les revendeurs ne répondent pas aux demandes de renseignements de la presse sur la question, le gouvernement allemand a admis qu’il n’y avait aucun obstacle à l’importation officielle de produits oléicoles pillés à Afrin. Aux savons d’Alep s’ajoutent en Europe de nouveaux produits des territoires occupés, dont la plupart sont vendus dans les supermarchés arabes, turcs ou kurdes. Sur de nombreux produits, le lieu de production est directement nommé « Afrin », d’innombrables autres produits pillés de l’ancien canton autonome sont mis en vente sous d’autres étiquettes.
 
La richesse du Rojava aux yeux des colonialistes et des occupants
 
Avant le début de la guerre, le Rojava représentait le grenier de toute la Syrie et était exploité par le régime du Baath de manière coloniale. Alors que les régions de Cizîrê servaient la monoculture de blé, les olives étaient principalement cultivées à Afrin, ainsi que des fruits pour le marché syrien. Avant la guerre qui a commencé en 2011, le Rojava avait fourni 40 pour cent de la production agricole en général et 60 pour cent de la production céréalière en Syrie. La région autonome actuelle du nord et de l’est de la Syrie détient 80 pour cent des réserves de pétrole du pays. La relation coloniale est illustrée par la monoculture du blé imposée par le régime. Par exemple, le blé produit à Cizîrê n’était pas transformé dans la région, mais dans les métropoles syriennes, pour être réimporté au Rojava, parfois plus cher, sous forme de farine. Par conséquent, malgré les grandes quantités de céréales, le manque de moulins à grains a posé un sérieux problème au Rojava après la révolution. Cependant, non seulement le régime revendique l’exploitation des richesses, mais aussi les États voisins, au premier rang desquels la Turquie, qui tente de s’approprier tout le nord de la Syrie sur une ligne tracée à peu près au niveau d’Alep.
 
Ainsi, c’est la Turquie qui a d’abord envahi la Syrie dans le but de l’occuper. À cette fin, Ankara a d’abord soutenu des groupes tels que DAECH / ISIS, al-Nosra et d’autres milices djihadistes, puis est intervenu dans la guerre elle-même après leur défaite militaire. Afrin a été bombardée par plus de 70 avions de guerre début 2018, avant d’être occupée et pillée par l’armée turque et un conglomérat de mercenaires d’extrême droite et djihadistes. Depuis lors, la population kurde a été systématiquement déplacée et ceux qui restent sont exploités par le vol, la protection et l’extorsion de rançons.
 
Un vol de plusieurs centaines de millions d’euros
 
Il y avait au moins 18 millions d’oliviers à Afrin avant l’invasion. De plus, les olives de la région sont utilisées pour produire le célèbre « savon d’Alep ». Pendant des siècles, l’huile d’olive d’Afrin a été considérée comme « l’or jaune ». Ankara et ses troupes mercenaires se partagent les revenus, tandis que les familles restées dans la région après l’invasion ne peuvent en garder qu’une fraction pour elles-mêmes. La valeur du « butin » pillé a été estimée à environ 90 millions d’euros. Cela comprenait la cannibalisation des installations de production de savon et l’extorsion de rançons à travers d’innombrables enlèvements. Le montant réel est donc susceptible d’être beaucoup plus élevé.
 
Selon les économistes, la production d’huile d’olive en 2018 à Afrin était d’environ 50 000 tonnes et était estimée à 130 millions d’euros. Le magazine français Le Point a publié un rapport de recherche sur le sujet en janvier 2019, indiquant que 20 000 tonnes d’huile d’olive d’Afrin d’une valeur de 60 millions d’euros avaient été vendues en Turquie.
 
Des usines entières mises au service du régime d’occupation
 
En novembre 2018, l’ANF a publié des documents montrant que l’État turc et ses mercenaires avaient conclu un accord sur le pillage. Ce protocole promettait aux groupes de mercenaires les revenus de la production d’huile d’olive en 2018 et 2019. Ainsi, 22 millions de dollars de revenus devaient être générés pour les mercenaires de la vente d’olives à la seule Espagne. Ainsi, l’exploitation a gagné son niveau international, qui est encore répandu aujourd’hui. Les usines pillées de la ville ont été mises au service du régime d’occupation. Un rapport du 28 juin 2021 de l’ANF a noté que les propriétaires de 50 des 100 usines d’huile d’olive de la ville restant à Afrin ont fui vers Shehba et Alep. Leurs usines ont été confisquées.
 
Necib Şêxo , qui possédait l’une des oliveraies et formait un groupe d’intérêt avec d’autres producteurs d’huile d’olive déplacés, a déclaré à ANF en juin 2021: « Ils font pression sur la population et l’obligent à vendre l’huile d’olive produite à Afrin à un prix très bas prix. Il est collecté à l’usine Nûri Arap à Jindires. De là, il traverse la frontière turque par le passage opposé dans le village de Hamam dans la province turque de Hatay. »
 
L’Allemagne est la pierre angulaire de la distribution des produits pillés
 
Aujourd’hui, l’huile d’olive volée à Afrin est vendue dans presque tous les pays européens ainsi qu’aux États-Unis et au Canada. L’Allemagne est l’un des principaux piliers du pillage et donc du financement des groupes mercenaires de l’ANS. Ce n’est pas un hasard, car l’Allemagne est aussi le plus véhément partisan du fascisme turc.
 
L’huile d’olive pillée est distribuée depuis Magdebourg
 
L’Allemagne est la plaque tournante de la distribution de pétrole via Internet, les médias virtuels et les marchés. Ainsi, « Zêr Afrin » (« or Afrin » en kurde) est ouvertement proposé en Allemagne. L’huile d’olive est collectée et distribuée à partir d’un grand dépôt à Magdebourg. Les produits pillés de la région kurde occupée sont d’abord amenés en Turquie et transportés en Europe par l’Institut turc de normalisation (TSE). La « Syrie » est indiquée comme pays d’origine des produits. L’entreprise, située Liebknechtstraße 99 à Magdebourg, n’a pas répondu aux demandes de renseignements.
 
La société Salet Al Ghouta, basée à Wuppertal, vend également de l’huile d’olive volée à Afrin. Ici, elle est vendue sous le nom de « Jibal Afrin » , « huile d’olive des montagnes d’Afrin » pour 15,28 euros en bidons de deux litres.
 
L’huile d’olive d’Afrin arrive en Europe via les canaux officiels
 
Les produits oléicoles sont acheminés en Europe par camions et bateaux. Ils semblent passer la douane par les voies officielles.
 
La réponse du gouvernement allemand aux enquêtes correspondantes adressées au ministère de l’Agriculture le confirme. La réponse indique que les entreprises de pays tiers exportant vers l’UE n’ont pas besoin d’un permis pour importer des produits alimentaires non animaux. Les douanes et les autorités étatiques procèdent seules à des « évaluations » dans des cas individuels. Statistiquement, les importations ne sont pas enregistrées.
 
Des demandes similaires adressées aux autorités françaises et belges n’ont même pas reçu de réponse. Aucune des sociétés vendant de l’huile d’olive n’a non plus répondu aux demandes de renseignements correspondantes de la presse.
 
Ventes au Canada, au Danemark et en France
 
Les produits de la marque « Jibal Afrin » volés à Afrin sont également vendus au Canada. La Syrie est indiquée comme pays d’origine. Les produits portent le sceau de l’autorité turque de normalisation TSE et l’étiquette mentionne une société appelée « Mir Paketleme İTH. HR. VE TİC. LTD. Tİ.  » Ce groupe est basé à Hatay, une province frontalière turque avec Afrin occupé. Sur le site Internet de « Jibal Afrin », l’huile d’olive pillée à Afrin est proposée à 13 dollars le litre. Neuf kilos de « savon vert bio » coûteraient 75 dollars.
 
En France, l’huile d’olive volée à Afrin est vendue sous le nom de Yaman sur un site Internet appelé Mira. « Syrie » est donné comme lieu de production de l’huile. La description parle d’ « huile d’olive naturelle de première classe de la marque Yaman (Afrin-Alep) », où trois litres d’huile d’olive coûtent 13,50 euros, litres 22,50 euros et 18 litres 81 euros.
 
Une autre société vendant les produits d’Afrin s’appelle « Jobri Food », qui opère au Danemark et dont le siège est à Viborg. Cette société vend des «produits Afrin» et dispose également d’un réseau allemand. Les produits sont emballés et testés en Turquie. De la présentation de l’entreprise, il apparaît qu’elle a des représentants dans toute l’Union européenne et que son propriétaire est originaire d’Afrin. Jobri Food se présente comme l’une des entreprises leaders dans l’UE. Une note indique: « Nous sommes fiers d’offrir des aliments de la plus haute qualité provenant de cultures d’Afrin bien connues. »
 
Toutes les huiles d’olive produites en Turquie sont suspectes
 
De même, des produits à base d’huile d’olive pillés à Afrin ont été trouvés aux États-Unis et dans de nombreux autres pays d’Europe. Il existe un grand nombre d’internautes qui annoncent l’achat de tels produits sur les réseaux numériques. De nombreux produits qui ne portent pas le nom «Afrin» sont également issus de pillages. Il est donc difficile de déterminer l’étendue réelle de l’exportation des biens pillés. Tous les produits à base d’olives fabriqués en Turquie ou approuvés là-bas doivent être considérés comme suspects à cet égard.
 
Les États européens aident et encouragent le financement du terrorisme
 
L’incapacité des États européens à prendre des mesures contre cela les rend complices des crimes d’Afrin et complices du financement du terrorisme. En effet, les produits volés à Afrin financent à la fois un régime oppressif et des groupes qui commettent les crimes de guerre les plus graves, notamment des membres de DAECH, al-Nosra, et des milices d’extrême droite et djihadistes de l’ASL comme Ahrar al-Sham et Ahrar al-Sharqiya, qui a été récemment placé sur la liste des sanctions américaines. Ainsi, la vente de ces produits peut constituer à la fois un crime de guerre et un crime au regard du droit national.
 
L’Europe ne fait rien
 
Suite à une décision de la Cour de justice de l’UE, les États de l’UE sont obligés d’étiqueter les produits des territoires palestiniens occupés comme tels. Ce règlement vise à informer correctement les consommateurs sur l’origine des produits. Comme la même pratique ne s’applique pas aux produits pillés à Afrin, il n’est pas difficile d’imaginer que de nombreux consommateurs soutiennent à leur insu le pillage et l’occupation.
 
Avocat Malterre: le pillage et la commercialisation des produits d’Afrin violent le droit international
 
Jean-Louis Malterre, avocat au barreau de Paris, déclare que le pillage et la commercialisation des produits Afrin violent le droit international de la guerre: « Cela viole les conventions qui régissent les actions militaires ; c’est du pillage ». Malterre rappelle l’affaire Lafarge-Holcim. La multinationale du ciment avait continué à exploiter son site de Çelebiyê dans le sud-est de Kobanê jusqu’en 2014, versant de l’argent à des tiers sur le terrain pour négocier des accords avec des groupes islamistes afin de maintenir la production. Treize millions d’euros de bakchich auraient coulé entre 2011 et 2013 seulement. Les pots-de-vin ont continué même lorsque l’Etat islamique a envahi certaines parties de la Syrie en juin 2014 et a proclamé l’établissement d’un califat.
 
Dans ce contexte, LafargeHolcim est accusé de « complicité de crimes contre l’humanité » pour ses activités au Rojava. Selon l’avocat Jean-Louis Malterre, la vente des produits oléicoles pillés pourrait avoir des conséquences similaires.
 
Malterre explique que les produits introduits dans l’UE en provenance d’Afrin sont également « des produits de pillage et de vol », ajoutant que: « ceux qui participent directement au pillage et ceux qui profitent du pillage peuvent être poursuivis ». Pour lancer le processus, cependant, des accusations criminelles doivent être déposées par les personnes impliquées. »
 
Maxime Azadi, pour ANF

1 COMMENTAIRE

  1. ‘ »L’Allemagne est le plus fervent partisan du fascisme turc » : cela montre le vrai visage d’Angela Merkel et de son gouvernement. L’UE est dirigée par de dangereux extrémistes qui parviennent à se faire passer pour des démocrates grâce à une propagande omniprésente et incessante. L’attitude de nos dirigeants envers le régime d’Herr Dogan relève ni plus ni moins de la collaboration active.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici