La carrière « solide » du chef de la police de Konya où 7 Kurdes ont été massacrés récemment

0
275
TURQUIE – Après le meurtre raciste de 7 Kurdes à Konya / Meram le 20 juillet dernier, les projecteurs se sont de nouveau braqués sur Engin Dinç, chef de la police de la province de Konya. Dinç est un officier du renseignement qui a été jugé pour le meurtre du journaliste arménien Hrant Dink, comme l’a rappelé dans un tweet avocate et présidente de l’Association des droits de l’homme (İHD), Eren Keskin.

« Il doit démissionner ou être démis de ses fonctions. Il n’a pas réussi à protéger une famille », a déclaré Keskin.
 

Dinç a été nommé à son poste par le président Recep Tayyip Erdoğan peu de temps avant que sept membres d’une famille kurde ne soient abattus dans la province.

Sept membres de la famille Dedeoğlu ont été abattus vendredi. Par la suite, les assassins ont incendié leur maison dans un village du district de Meram à Konya. Des membres de la famille, qui ont également été tués lors de la fusillade de vendredi, avaient signalé des attaques racistes de la part de foule d’au moins 60 personnes dans le passé, dont la dernière datée de 12 mai 2021.

Dinç a été l’une des premières personnes à découvrir qu’un plan d’assassinat était en préparation contre le journaliste arménien Hrant Dink, a déclaré l’agence Mezopotamya. Le directeur de la sécurité a été crédité d’avoir transformé le suspect du meurtre Erhan Tuncel en informateur.

Dinç a été jugé pour son implication présumée dans le meurtre de Dink, mais l’affaire contre lui a été rejetée pour cause de prescription. À la suite du meurtre, Dinç a été promu directeur du service des renseignements.

Avant sa promotion, il avait été directeur de la branche du renseignement dans la province de Trabzon, qui a vu des lynchages de familles de prisonniers de gauche, un attentat à la bombe commis par des suspects dans l’affaire Dink et le meurtre d’Andrea Santoro, un prêtre catholique assassiné en 2006.

Sous la direction de Dinç en tant que directeur du renseignement, un rapport sur les plans de l’Etat islamique pour cibler un rassemblement pour la paix à Ankara en octobre 2015 a été préparé deux jours avant l’attaque, mais n’a été transmis aux directions provinciales antiterroristes que le 10 octobre. Les explosions ont tué plus de 100 militants kurdes et de gauche dans la capitale turque.

Des proches de la famille Dedeoğlu ont été agressés physiquement par la police alors qu’ils tentaient de se rendre au domicile de Meram, Konya, où le massacre a eu lieu, a rapporté  dimanche le site d’information Duvar.

Le neveu de la mère et du père tués dans l’incident a déclaré qu’un policier l’avait frappé avec une matraque, le faisant tomber, après quoi il a été attaqué par un groupe de 10 à 15 personnes, selon le communiqué.

« Nous sommes menacés depuis quatre mois et personne ne s’en soucie. Qu’ont-ils fait pour nous aider ? », a déclaré Harun Rıfatoğlu, cité par T24.

Pendant ce temps, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes contre le massacre de la famille kurde.

Des manifestants se sont rassemblés devant le siège du HDP dans la ville de Tarse, dans le sud de la province de Mersin.

La députée HDP Fatma Kurtalan et le coprésident provincial du parti Bekir Anaçkaya étaient parmi les personnes présentes, avec des manifestants portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Nous connaissons les meurtriers », alors qu’ils scandaient « Ensemble contre le fascisme ».

Dans la ville kurde de Diyarbakır (Amed), des membres d’organisation kurdes et des partis politiques kurde (DBP) et HDP, se sont rassemblés pour protester contre le meurtre des membres de la famille Dedeoğlu.

Des manifestants se sont également rassemblés dans la province d’Adıyaman.

La police est intervenue alors que le groupe s’apprêtait à publier un communiqué de presse, la députée du HDP Remziye Tosun étant traînée par la police turque.

Par ailleurs, le principal parti d’opposition turc, le Parti républicain du peuple (CHP), a appelé samedi à une enquête détaillée sur le massacre à la suite d’une visite à Meram d’une délégation du parti.

Une grande partie de la responsabilité incombe à l’État, au gouvernement et aux politiciens dans la gestion de ce massacre, a déclaré le législateur du CHP, Abdüllatif Şener, qui dirigeait la délégation, tout en demandant instamment que les détails de l’affaire soient dévoilés.

« Il est inévitable que l’administration et l’exécutif déploient tous leurs efforts pour s’assurer que les dimensions réelles de cet incident soient révélées », a déclaré Şener.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici