7 après le génocide yézidi, quelle justice et quel futur pour les rescapés?

0
354

IRAK / SINJAR – Le 3 août 2014, DAECH (l’État islamique – EI) a commis un génocide à Shengal en massacrant des Kurdes yézidis et en capturant des milliers de femmes et d’enfants. Sept ans après ce massacre, quelle justice et quel futur pour les rescapés du génocide yézidi qui vivotent dans des camps de fortune ? Voici les réponses apportées par l’ONG Free Yezidi Foundation.

Commémoration de sept ans du génocide yézidi
 
Chaque année, le 3 août, la communauté yézidie pleure ceux qu’elle a perdus, se souvient de ceux qui ont disparu et cherche des solutions pour un avenir meilleur.
 
Cette année, la Free Yezidi Foundation met l’accent sur les sujets suivants, afin de favoriser le rétablissement et la croissance de la communauté. Ces sujets doivent être abordés lorsque les parties prenantes yézidies, irakiennes et internationales examinent le bien-être et les prochaines étapes pour notre communauté vulnérable. Les solutions cosmétiques ne résoudront pas les problèmes de longue date défis auxquels notre peuple est confronté. Des mesures sérieuses sont nécessaires pour que les familles yézidies puissent vivre en sécurité en Irak.
 
1. Ramenez nos femmes et nos filles !
 
Cela fait sept ans que Daesh a commencé sa campagne d’anéantissement des Yazidis. Au cours des premiers mois, des milliers de Yézidis ont été tués ou enlevés et soumis à des abus inhumains, y compris l’esclavage et la violence sexuelle continuelle. Depuis, un grand nombre des personnes enlevées sont parvenues à se mettre en sécurité, que ce soit en s’échappant ou en étant secourues. Mais beaucoup restent introuvables, même aujourd’hui. En mai 2021, ce chiffre s’élevait à 2 868 Yézidis. Il est incompréhensible qu’un si grand nombre d’enlèvements de Yazidis puissent rester disparus et ignorés sept ans plus tard. Malheureusement, nous savons que certains ont été assassinés par Daesh ou se sont suicidés. Malgré cela, les Yézidis méritent un effort sérieux pour retrouver les restes de ceux que nous avons perdus.
 
Dans le même temps, nous savons que de nombreuses femmes et filles sont encore en vie. Elles souffrent probablement à ce jour entre les mains de membres ou d’associés de Daesh en Turquie, en Syrie, en Irak ou ailleurs. Ceci est une abomination. La FYF appelle la Coalition mondiale pour vaincre Daesh, le gouvernement irakien, le gouvernement régional du Kurdistan, le gouvernement autonome du Kurdistan et les autorités locales à agir.
 
Le gouvernement régional du Kurdistan, l’Administration autonome du nord-est de la Syrie, Interpol, l’UNITAD, l’UNAMI et les autres parties prenantes à élaborer un plan et à mettre en place un effort sérieux pour localiser les personnes enlevées par les Yézidis qui sont encore en vie et souffrent. Avec les renseignements et les moyens logistiques actuellement disponibles, des progrès peuvent être réalisés. Ramenons les femmes et les filles yézidies.
 
2. Mise en œuvre équitable de l’accord de Sinjar
 
En octobre 2020, le gouvernement irakien et le gouvernement régional du Kurdistan ont conclu un accord officiel pour l’administration, la sécurité et la reconstruction de Sinjar.
officiel pour l’administration, la sécurité et la reconstruction de Sinjar. L’accord a été conclu sans pratiquement aucune participation des Yézidis. Néanmoins, les activistes yézidis ont noté que certains aspects de l’accord pourraient être utiles aux Yézidis.
l’accord pouvaient être utiles à la communauté yézidie retournant au Sinjar, même si d’autres aspects étaient problématiques. Malheureusement, des éléments clés de l’accord n’ont toujours pas été mis en œuvre.
 
De multiples milices continuent d’opérer dans et autour du Sinjar. Les intérêts géopolitiques de la Turquie et de Iran compliquent une situation sécuritaire très délicate. Par exemple, les multiples frappes aériennes de la Turquie, visant ostensiblement le PKK, ont non seulement mis en danger des milliers de vies, mais ont également suscité la peur et le doute parmi les familles yézidies qui envisagent de retourner à Sinjar. La proposition d’une force de police locale yézidie de 2 500 personnes pour protéger Sinjar est favorable en théorie, bien que beaucoup affirment que ce chiffre est beaucoup trop faible. Cette force n’a pas encore été mobilisée, malgré la réponse massive des recrues yézidies. recrues yézidies. La gestion municipale de Sinjar n’est toujours pas mise en œuvre, malgré l’accord l’accord prévoyant un maire et une gouvernance sans lien politique avec Bagdad ou Erbil.
 
Les efforts de reconstruction ont été modestes et sont loin d’être à la hauteur pour accueillir une grande population. population. Entre-temps, Sinjar est l’une des régions les plus contaminées par les mines au monde. 2 Les infrastructures de base sont presque inexistantes et, en dehors des postes de sécurité, les possibilités d’emploi sont rares. sont disponibles. À bien des égards, l’accord s’est avéré n’être guère plus qu’une cessation du conflit territorial entre Bagdad et Erbil. conflit territorial entre Bagdad et Erbil. En soi, cela donne un peu plus d’espace et de d’espace et de potentiel à la communauté yézidie pour envisager un avenir à Sinjar. Mais la mise en œuvre de l’accord Mais la mise en œuvre de l’accord reste dans l’impasse, et des barrages routiers empêchent toujours les citoyens de Sinjar de revenir.
 
3. L’égalité des chances pour les Yezidis
 
Chaque année, la Free Yezidi Foundation plaide pour une action concrète en faveur de l’égalité des chances pour les Yezidis en Irak. Compte tenu de l’histoire de l’exclusion et de la marginalisation systémiques, cela devrait prendre la forme de mesures proactives pour s’assurer que notre communauté a accès à l’éducation, à l’emploi, à la formation et à l’aide gouvernementale si nécessaire. Les Yezidis ne veulent pas l’aumône ou la charité, mais un traitement égal. Malheureusement, les richesses considérables de l’État irakien ont, selon tous les témoignages objectifs, été largement dilapidées en raison de l’absence d’une politique de développement durable et a été largement dilapidée en raison de la corruption et de la mauvaise gestion. Cela a un impact négatif chaque composante du pays, mais affecte de manière disproportionnée ceux qui ont le moins de ressources.
 
L’égalité des chances pour les Yezidis pourrait prendre de nombreuses formes : attribution de sièges aux Yezidis dans les universités, l’investissement dans l’éducation de base des Yezidis, des efforts proactifs pour promouvoir un environnement de travail diversifié dans le monde dans le monde des affaires, ainsi qu’une aide et un développement ciblés pour améliorer les compétences et la formation pour les ouvriers et les travailleurs yézidis.
 
Les jeunes Yezidis n’ont pas seulement été contraints de quitter leurs pour des camps de déplacés, ils ont également été contraints d’interrompre leurs études. En leur fournissant une éducation, des outils, et une perspective raisonnable d’avenir dans l’économie moderne peut ne pas sembler être une priorité urgente. Mais si ces besoins sont négligés, il est difficile d’envisager que les familles yézidies sortent de la subsistance et de la pauvreté.
 
Notre peuple était impuissant et à la merci des extrémistes en 2014. Le renforcement de la force économique est une solution clé pour aider notre communauté à prendre soin d’elle-même et à se protéger. Cela est impossible sans formation et sans éducation.
 
4. La loi sur les survivants yézidis
 
Le 1er mars 2021, le Parlement irakien a adopté la loi sur les survivants yézidis, qui prévoit un ensemble complet de services et de réparations financières pour les survivants des crimes de Daesh. Les personnes éligibles sont les femmes et les jeunes filles yézidies ayant survécu à des violences sexuelles, les femmes et les jeunes filles issues des des communautés chrétienne, turkmène et shabak, ainsi que les survivants d’exécutions massives. La loi prévoit un salaire mensuel, un lopin de terre ou un logement, un soutien pour réintégrer l’école et l’accès à des services psychosociaux et à d’autres services de santé. Cette loi est également la première reconnaissance officielle par le Parlement irakien du génocide des Yézidis.
 
La communauté yézidie salue chaleureusement cette reconnaissance et les services qu’elle promet. Bien que beaucoup auraient préféré que d’autres clauses soient incluses dans la loi, il s’agit d’une étape cruciale et symbolique. Il s’agit d’une avancée critique, symbolique et nécessaire pour les Yezidis en Irak. Néanmoins, le scepticisme demeure et des défis importants restent à relever. La mise en œuvre n’a pas encore n’a pas encore commencé. Les obstacles bureaucratiques doivent être surmontés, une communication précise avec les survivants individuels doit être transmise avec compassion et des fonctionnaires qualifiés doivent veiller à la bonne application de la loi et à la distribution des indemnités, comme stipulé. Ces obstacles ne sont pas
impossibles à surmonter, mais il y a eu par le passé des échecs dans la mise en œuvre de la législation irakienne.
 
Il sera essentiel que les agences des Nations unies et la communauté internationale, notamment les ambassades à Bagdad, suivent de près ce processus, apportent leur soutien technique lorsque cela est possible, et contribuent à faire en sorte que la mise en œuvre effective corresponde à la lettre de la loi, clause par clause.
 
5. De meilleures conditions pour les personnes déplacées
 
Les habitants de Sinjar ont le droit de retourner dans leur région d’origine de manière volontaire, sûre et digne. Le gouvernement irakien a annoncé la fermeture soudaine des camps dans tout l’Irak fédéral vers la fin de l’année 2020. Le gouvernement fédéral semble avoir l’intention de forcer la fermeture des camps dans la région du Kurdistan d’Irak, où se trouvent la plupart des camps de déplacés yézidis. Le ministère irakien des déplacement et de la migration maintient sa position d’accélérer la fermeture des camps. Il s’agit d’une question épineuse qui devrait être fondée sur les besoins humanitaires de la population déplacée, mais qui a été affectée par la politique irakienne. Pendant ce temps, les conditions à l’intérieur des camps continuent de se détériorer en raison de la négligence.

En juin 2021, 133 familles ont perdu leurs tentes à la suite d’un incendie massif qui a ravagé le secteur B du camp de déplacés internes de Sharya. Cet incendie aurait pu être évité et a probablement été causé par un câblage électrique dangereux. Le seul camion de pompiers du camp n’était pas opérationnel, ce qui a entraîné un délai d’intervention de près d’une heure. Plus tôt dans l’année un incendie s’est déclaré dans le camp de Bersivé, tuant une famille entière. Cette négligence des infrastructures de base est est malheureusement répandue dans tout l’Irak. Elle est particulièrement meurtrière dans les camps de personnes déplacées où les tentes sont inflammables et où vivent depuis sept ans des milliers de déplacés yézidis.
 
L’Irak prétend qu’il cherche à fermer les camps de déplacés en raison des mauvaises conditions et aider les Yezidis à retourner à Sinjar. Tous les Yezidis et les défenseurs de l’humanitaire s’accordent à dire que les Yezidis ont le droit de retourner chez eux. Mais ce retour doit être volontaire et sûr, et non forcé.
 
L’environnement actuel du Sinjar présente de sérieux défis pour les familles yézidies. Tous les efforts doivent être faits pour améliorer la sécurité, les infrastructures, l’emploi et les services de base à Sinjar et dans les villages environnants, les personnes déplacées doivent être autorisées à rentrer quand elles le décideront, et non le gouvernement.
 
Bien que les camps de déplacés ne doivent pas être permanents, ils offrent une protection et un logement de base. Toutes les parties prenantes doivent veiller à ce que les camps de personnes déplacées soient aussi sûrs que possible, notamment par la mise en œuvre de mesures de prévention des incendies. Simultanément, les efforts visant à accélérer le retour doivent être fondés sur des normes acceptées et ne seront couronnés de succès que si et quand la sécurité et les besoins fondamentaux seront satisfaits.
 
6. Justice et responsabilité
 
Cette année, les Nations unies ont formellement conclu que Daech a commis un génocide contre les Yezidis. Certains procès ont été menés, principalement en Allemagne, pour juger les auteurs de Daesh pour leurs crimes. Mais dans la plupart des cas, y compris des centaines de cas en Irak, les procès se sont déroulés sous la rubrique des lois sur le terrorisme.
 
Les membres de Daesh devraient être jugés pour terrorisme – et pour crimes contre les droits de l’homme. C’est une parodie de justice que d’omettre ces derniers. Au cours de l’année écoulée, une grande attention a été portée aux éléments suivants
membres étrangers de Daesh, en particulier les femmes membres de Daesh originaires d’Europe. Les forces de l’ordre ne doivent pas choisir la voie de la facilité et chercher à obtenir des condamnations uniquement pour des accusations liées au terrorisme. Les preuves doivent être examinées, malgré les difficultés et les coûts, pour s’assurer que ceux qui ont aidé ou participé à des crimes odieux, y compris l’esclavage et la traite des êtres humains, le viol, le meurtre, la torture, les crimes contre l’humanité et le génocide, soient tenus pour responsables. En d’autres termes, ceux qui ont commis un génocide ne doivent pas s’en tirer à bon compte.
 
Un effort intégré entre les services répressifs européens, Europol, les mécanismes de l’ONU, les organes militaires et de renseignement, et leurs homologues militaires et des services de renseignement, ainsi que leurs homologues irakiens, doivent veiller à ce que les dossiers de chaque membre de Daesh soient aussi précis que possible et incluent les allégations de génocide, les violations présumées des droits humains, et pas seulement le terrorisme.
 
Pour contacter FYF, écrire à: info@freeyezidi.org

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici