Il y a 42 ans, l’Iran islamiste écrasait dans le sang la révolte des Kurdes du Rojhilat

0
378
IRAN / ROJHILAT – Il y a 42 ans, le 21 juillet 1979, les Kurdes de Merîwan ont déserté la ville en signe de protestation contre le nouveau régime iranien. 20.000 personnes se cachaient dans la forêt alors que le conflit faisait rage. La pénurie de nourriture et de médicaments a entraîné une marche, menée par des femmes, de Sînê à Merîwan en guise de soutien aux habitants de Merîwan.
 
Nous sommes en 1979 et l’Iran vient d’être secoué par une révolution nationale massive. Les espoirs sont grands, mais le rêve de changement s’estompe rapidement lorsque le nouveau régime islamique renforce son emprise sur le pays. Les Kurdes, qui, comme le reste du pays, avaient accueilli favorablement la révolution, deviennent rapidement sceptiques car le nouveau régime ne montre aucun intérêt pour la démocratie ou la reconnaissance des demandes kurdes.
 
En juillet 1979, le gouvernement a cherché plus activement à établir une présence militaire au Kurdistan afin de mettre un terme à la situation de double pouvoir qui y régnait. Mais le Kurdistan oriental n’allait pas être mis à terre sans résistance.
 
Auparavant occupés par des rébellions ailleurs dans le pays, au début de l’été 1979, une offensive et une militarisation du Kurdistan iranien ont commencé. En juillet, le gouvernement a commencé à envoyer par avion des gardes révolutionnaires à Merîwan pour réprimer les manifestants, tirant sur la foule et tuant plusieurs manifestants.
 
Une unité de Pasdarans (organisation paramilitaire de la République islamique d’Iran) a été installée à Merîwan après que deux émissaires cléricaux de Khomeini venus de Téhéran aient visité sa garnison. Les Pasdarans ont attaqué une foule de manifestants et tué trois personnes. Des combats éclatent entre les Pasdarans et les habitants armés de la ville. Le gouvernement envoie des renforts par voie aérienne et, en dépit des négociations, s’appuie sur la puissance militaire pour contrôler la ville. Des chars et des véhicules blindés envoyés de Kirmaşan (Kermanshah) ont été arrêtés par des Kurdes protestataires à Kamyaran.
 
Le 21 juillet, la quasi-totalité de la population de Merîwan a quitté la ville en signe de protestation, installant un village de tentes dans les bois. Des habitants d’autres villes kurdes ont commencé à envoyer de la nourriture, des vêtements et des médicaments, mais l’armée a arrêté tout camion entrant dans la zone et a arrêté 16 militants.
 
À la mi-mars, les manifestants kurdes et les pêşmerge (Peshmergas) ont pris le contrôle du quartier général de la police, des bases de l’armée et de certaines parties des casernes de Sine, et des centaines d’hommes et de femmes ont entamé une grève de la faim. Des centaines d’autres se sont à nouveau rassemblés pour soutenir les personnes bloquées à Merîwan.
 
Une marche a commencé le 27 juillet, organisée par les groupes politiques, dont le Conseil des femmes de Sînê (Sanandaj). D’autres personnes les ont rejoints en cours de route. Des photos montrent des femmes en tête de la marche de 130 km.
 
Plus de 2 000 hommes et femmes ont parcouru à pied les 90 kilomètres de route en gravier de Sine à Merîwan en quatre jours de torture, juste pour pouvoir, comme l’a dit sans détour un journaliste local, « dire au gouvernement de Téhéran d’aller se faire voir ».
 
Lorsque les marcheurs sont arrivés au village de tentes de Merîwan, ils étaient environ 15 000 personnes. Les 16 militants sont libérés mais le gouvernement envoie des troupes supplémentaires pour contrôler le Kurdistan, qui est désormais en pleine rébellion, les forces kurdes contrôlant de nombreuses villes.
 
Pendant ce temps, la radio et la télévision d’État ont mené une campagne de propagande contre le mouvement autonomiste, accusant les dirigeants kurdes d’être des sécessionnistes et des « agents de puissances étrangères ». Les campagnes anti-kurdes ont donné lieu à de nombreuses manifestations pour protester contre les provocations du gouvernement.
 
Alors que la crise se poursuivait à Merîwan, une autre crise s’est développée à Pawe ou Paveh, où les partisans de Ellameh Ahmad Moftizadeh* ont commencé un sit-in, exigeant l’envoi de Pasdarans pour le contrôle de la ville. Des Pasdarans ont rapidement été envoyés par hélicoptère et ont occupé certains bâtiments. Des centaines d’habitants de la ville ont protesté contre l’invasion et demandé le retrait, exigeant l’élection d’un conseil pour administrer les affaires de la ville. Ces demandes n’ont pas été satisfaites et des combats ont éclaté à la mi-août.
 
Après trois jours de combats maison par maison, Khomeini ordonne à l’armée, le 18 août, de mettre fin à la bataille. Des jets et des hélicoptères de combat se sont joints à l’opération et ont capturé la ville après de lourdes pertes dans les deux camps ; les troupes ont immédiatement exécuté 11 personnes.
 
Quelques jours plus tard, l’armée envahit Merîwan le 21 août et exécute 22 habitants. Khomeini a émis une fatwa contre les Kurdes et a entamé une campagne de trois semaines pour éliminer les bastions kurdes, principalement Seqiz et Mahabad et ses environs. Le 20 août 1979, l’armée iranienne a commencé le siège de Mahabad. Le 30 août, il a été signalé qu’ils avaient réussi à encercler complètement la ville et trois jours de négociations ont commencé. Après l’échec de celles-ci, les forces iraniennes ont envahi la ville le 3 septembre.
 
Soutenues par des avions de chasse F4, plus de 100 chars et une puissance d’artillerie, elles ont réussi à prendre le contrôle de la ville après seulement quelques heures de combat. Par la suite, les forces iraniennes ont continué à marcher sur la ville plus petite de Bane. Plus de 500 personnes ont été tuées pendant le siège. Le ressentiment à l’égard de Khomeini est désormais profond ; les Kurdes le considèrent comme « pire que le Shah », et il est considéré comme personnellement responsable de d’effusion de « sang et de larmes » lors des fêtes de Newroz et de Fitr.
 
Les Kurdes de Kirmaşan, qui avaient été relativement passifs pendant le soulèvement, éprouvaient désormais du ressentiment envers le traitement brutal que le gouvernement réservait à leurs compatriotes plus au nord.
 
Les défenseurs kurdes ont été dépassés par la puissance de l’offensive iranienne ; ils ont utilisé de l’artillerie lourde, des chars et une couverture aérienne, mais ont réussi à résister efficacement. Une grande partie de la population civile a battu en retraite et s’est enfuie dans les montagnes. Les groupes kurdes ont repris leur offensive six semaines plus tard, retournant à Mahabad et combattant efficacement l’armée avec des cocktails Molotov et des RPG. Fin novembre, ils ont également repris le contrôle de Sine, Seqiz et d’autres zones kurdes.
 
Au printemps 1980, après des mois de résistance, les forces gouvernementales sous le commandement d’Abulhassan Banisadr ont brutalement conquis la plupart des villes kurdes grâce à une vaste campagne militaire, en envoyant des divisions militaires dans les villes kurdes, causant de nombreuses pertes. Les Gardiens de la révolution islamique ont pris le contrôle des régions kurdes, le Kurdistan iranien devenant le champ de bataille de la guerre Iran-Irak.
 
Plus de 10 000 Kurdes ont été tués au cours de cette campagne d’extermination, suivi d’exécutions sommaires et de la destruction de nombreux villages kurdes. Des milliers de Kurdes ont été déplacés, se sont exilés ou se sont retrouvés dans des camps de réfugiés. Cela fait partie de l’histoire [tragique] du Rojhilat.
 
 
*Ellameh Ahmad Moftizadeh a joué un rôle de premier plan dans la négociation des libertés démocratiques pour le peuple kurde en Iran pendant la Révolution islamique du pays. Il a dirigé l’une des trois principales factions kurdes pendant la révolution islamique qui exigeaient des droits accrus pour les Kurdes dans le nouveau gouvernement. Ses négociations ont finalement échoué et les nouvelles autorités révolutionnaires de la République islamique d’Iran ont ordonné l’arrestation de Moftizadeh et de plusieurs de ses partisans. Moftizadeh est mort peu de temps après sa libération de prison le 9 février 1993 en raison de la torture et du mauvais traitement sévères par les autorités.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici