Al-Monitor rapporte de nouveaux crimes de guerre commis à Afrin par les gangs de la Turquie

0
438
SYRIE / ROJAVA – Al-Monitor rapporte de nouveaux témoignages des Kurdes d’Afrin victimes de crimes abjects commis par les gangs islamistes de la Turquie.
 
« La topographie sereine de l’enclave syrienne d’Afrin dément le vide du pouvoir et la violence qui affligent désormais de nombreux territoires sous le contrôle des forces soutenues par la Turquie dans le nord-est du pays déchiré par la guerre.
 
Pendant 17 jours de captivité, Leila Mohammed Ahmed a vu, impuissante, 10 jeunes femmes se suicider après avoir été violées par des membres de la Brigade Sultan Murad, la faction sunnite qui opère sous la bannière de l’Armée nationale syrienne soutenue par la Turquie (ANS / SNA). La femme kurde de 63 ans originaire d’Afrin, l’enclave à majorité kurde du nord de la Syrie occupée par les forces soutenues par la Turquie depuis janvier 2018, a fait part à Al-Monitor des souffrances de ses codétenus lors d’un entretien téléphonique. « Certaines ont utilisé des ceintures pour se pendre, des stylos ou d’autres objets pointus qu’elles se sont enfoncés dans la gorge. Ensuite, il y avait les pauvres filles qui se cognaient la tête contre le mur jusqu’à ce qu’elles s’effondrent », a déclaré Ahmed.
 
L’histoire d’Ahmed n’est pas rare. Dans les territoires occupés par la Turquie, un schéma de violence et de criminalité a été établi. Des groupes d’opposition soutenus par la Turquie qui se consacraient autrefois à des causes politiques sont accusés par les résidents de devenir des syndicats criminels qui kidnappent pour de l’argent et exploitent les ressources des citoyens à leur propre profit.
 
« Nous étions environ 150. On nous donnait une pomme de terre avec une demi-miche de pain syrien deux fois par jour, et on nous battait tous les soirs de 1 heure du matin à 3 heures du matin. « C’était comme une tradition », a déclaré Ahmed à propos du centre de détention d’al-Rai, une ville du nord occupée par la SNA, sa voix oscillant entre chagrin et rage.
 
Ahmed a été arrêtée en raison de ses liens avec l’administration qui gouvernait autrefois Afrin, une région vallonnée et verdoyante tapissée d’oliveraies et de ruines antiques, avant que l’armée turque et ses alliés de la SNA ne capturent Afrin lors d’une campagne militaire sanglante de deux mois. .
 
Avec la majeure partie de sa population kurde déplacée de force et réduite au statut de minorité, Afrin est un sombre témoignage du passage de l’opposition syrienne soutenue par la Turquie d’un zèle révolutionnaire à une cupidité et une criminalité sans entrave – un laboratoire pour les expériences de la Turquie en matière d’ingénierie démographique et d’impérialisme culturel, soutenue par une détermination à empêcher les Kurdes de Syrie d’établir leur autonomie.
 
[La turquification de la région d’Afrin] était pleinement affichée cette semaine alors que le ministre de l’Intérieur belliciste du pays, Suleyman Soylu, s’est rendu à Afrin à l’occasion de la fête musulmane du Sacrifice, ou Eid al-Adha.
 
Des photos de la tournée publiées sur son fil Twitter montraient Soylu au centre de commandement des forces spéciales turques. Des drapeaux turcs géants ornaient le bâtiment et des portraits du président turc Recep Tayyip Erdogan et Kemal Ataturk étaient accrochés au mur.
 
L’invasion turque du « printemps de la paix » du territoire contrôlé par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie en octobre 2019 a reçu le feu vert de l’administration Donald Trump et a provoqué un tollé mondial. Des brigades affiliées à la SNA se sont livrées à une litanie d’abus, dont le plus mémorable peut-être, l’exécution sommaire de la femme politique kurde Hevrin Khalaf . Elle a été sortie de sa voiture, abattue, puis rouée de coups par des membres d’Ahrar al-Sharqiyah, une brigade sous la bannière de la SNA. Trump a été dénoncé par des politiciens des deux partis américains comme ayant trahi les alliés kurdes de l’Amérique qui avaient héroïquement aidé à vaincre l’État islamique, et a été contraint d’annuler sa décision de retirer les forces américaines de Syrie.
 
Aucun tel tollé n’a été entendu lorsque la Turquie a envahi Afrin au motif que l’administration kurde qui la dirigeait était sous l’influence du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), le groupe militant qui mène une campagne armée contre la Turquie. Les États-Unis ont fait valoir qu’Afrin était hors de leur contrôle, rendant l’Amérique impuissante à agir. La Russie, qui règne sur le nord-ouest, a peut-être laissé la Turquie envahir Afrin afin de punir les Kurdes de leur refus de rompre les liens avec les États-Unis et de se soumettre à l’autorité du président syrien Bachar al-Assad.
 
Bassam al-Ahmed, un militant syrien des droits humains et fondateur de Syrians for Truth and Justice, un organisme de recherche à but non lucratif qui recense les abus commis par toutes les parties au conflit syrien qui dure depuis dix ans, a déclaré à Al-Monitor : « Presque tout le monde était contre la paix. Printemps. Mais avec Afrin, il y avait un grand silence. Ce qui se passe actuellement à Afrin est un nettoyage ethnique en profondeur dont la Turquie et les brigades profitent également financièrement. »
 
Leila Mohammed Ahmed a de la chance. Elle a été libérée par le sultan Murad parce que « j’étais trop vieille » et ramenée à Afrin. Sa maison dans le village de Matina est maintenant occupée par un Arabe syrien avec deux femmes et 10 enfants ; ils ont été amenés en bus depuis la ville syrienne de Homs dans le cadre de la prétendue campagne turque visant à nettoyer ethniquement Afrin de sa population kurde. Un labyrinthe de souches est tout ce qui reste des 150 oliviers appartenant à sa famille. Elle vit à Alep, détenue par le régime, depuis 2019, après avoir soudoyé Afrin pour 350 $, une somme considérable dans la Syrie paupérisée d’aujourd’hui.
 
« Il y a environ une semaine, un de mes amis qui était détenu à al-Rai est revenu et m’a dit qu’il y avait encore un grand nombre de femmes et de filles en prison », a-t-elle déclaré.
 
Son récit est conforme à la panoplie d’exactions documentées à Afrin et dans d’autres territoires occupés par les brigades de la SNA soutenues par la Turquie, notamment des viols, des enlèvements, des nettoyages ethniques et le recrutement d’ enfants soldats pour les incursions de la Turquie en Libye et en Azerbaïdjan.
 
Les violations dans lesquelles ces brigades se livrent – ​​du pillage à l’imposition de « taxes » sur les habitants kurdes d’origine ou les récents arrivants arabes dans les zones occupées par la Turquie – sont de plus en plus liées par un motif commun : le profit. Les commandants de brigade utilisent l’argent récolté grâce à ces activités illicites pour investir dans des propriétés et d’autres projets lucratifs à la fois en Turquie et dans le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles.
 
Dans un rapport de mars , la Commission d’enquête de l’ONU sur la République arabe syrienne a déclaré : « Après la capture d’Afrin, déclarée en 2018… un vide sécuritaire est apparu, créant un environnement permissif pour que les combattants se livrent à des enlèvements, des prises d’otages et des extorsions. Le rapport a noté que des schémas similaires, « bien que dans une moindre mesure », ont été observés dans et autour des villes de Ras al-Ain et Tell Abyad après l’opération Peace Spring, « affectant principalement les rapatriés d’origine kurde, y compris les femmes ».
 
« Pendant leur détention, des femmes kurdes (et parfois yézidies) ont également été violées et soumises à d’autres formes de violence sexuelle, notamment des actes dégradants et humiliants, des menaces de viol, la réalisation de « tests de virginité » ou la diffusion de photographies ou de matériel vidéo montrant la détenue maltraitée », ajoute le rapport.
 
Meghan Bodette, chercheuse basée à Washington et fondatrice du « The Missing Afrin Women Project », dit qu’elle a documenté 135 cas de femmes qui sont toujours portées disparues sur 228 cas au total d’enlèvements signalés. Elle a déclaré que 91 femmes auraient été libérées, tandis que deux auraient été tuées en détention. « En parlant directement aux survivants et en lisant d’autres témoignages, j’évalue que le nombre réel d’enlèvements et de disparitions est probablement plus élevé que nous ne le pensons, en raison des difficultés et des dangers de signaler ces abus et du refus de la Turquie d’autoriser les médias indépendants et les organisations de défense des droits humains à accéder dans la région », a déclaré Bodette à Al-Monitor.
 
Les rares fois où la Turquie a autorisé un média international à entrer à Afrin, le résultat a été un blanchiment embarrassant. Dans son article du 16 février, le New York Times a déclaré : « La Turquie est devenue la seule force internationale sur le terrain à protéger quelque cinq millions de civils déplacés et vulnérables. Aujourd’hui, les soldats turcs sont tout ce qui se dresse entre eux et un massacre potentiel aux mains des forces du président Bachar al-Assad et de celles de ses alliés russes.
 
Il n’y avait aucune mention des atrocités commises par les protégés rebelles de la Turquie. Les Kurdes syriens étaient atterrés.
 
Sinam Mohammed, le représentant à Washington du Conseil démocratique syrien, un organe politique supervisant l’administration kurde protégée par les États-Unis dans le nord-est de la Syrie, a déclaré : commettent des crimes là-bas. C’était une fausse nouvelle qui montrait que tout allait bien.
 
Mohammed a déclaré à Al-Monitor : « Je sais ce qui se passe là-bas. Quotidiennement, ils commettent des abus. Violer des filles. Torturer des hommes à mort. Changer la démographie. La maison familiale de Mohammed à Afrin a été usurpée, les usines de son mari ont été dépouillées de leurs machines et laissées à pourrir. « Moi et de nombreux membres de la communauté kurde avons écrit au New York Times. Ils n’ont jamais répondu », a déclaré Mohamed.
 
L’ONU et divers groupes de défense des droits affirment que les abus commis par les factions affiliées à la SNA constituent des crimes de guerre. Pourtant, selon plus d’une douzaine de sources turques, kurdes et arabes syriennes interrogées par Al-Monitor, le pillage et le pillage persistent, plusieurs chefs de guerre s’engraissant de jour en jour. Des individus turcs ayant des liens avec le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir en Turquie se partageraient le butin.
 
Bassam Ahmed de Syrians for Truth and Justice a déclaré : « S’ils ne savaient pas qu’ils sont protégés par la Turquie, ils ne pourraient jamais faire ces choses. La plupart des principaux commandants de brigade ont la nationalité turque.
 
La Turquie nie les allégations. Cependant, dans un geste rare, un tribunal militaire du soi-disant gouvernement intérimaire de l’opposition syrienne a condamné un membre d’Ahrar al-Sharqiyah pour le meurtre de Hevrin Khalaf, selon l’ONU.
 
Zéro discrimination
 
Ce ne sont pas seulement les Kurdes qui sont ciblés – les Arabes syriens amenés à Afrin depuis la Ghouta orientale après sa chute sous le contrôle du régime sont soumis à certains des mêmes abus. Un habitant arrivé à Afrin au printemps 2018 dresse un sombre tableau de la ville autrefois tranquille. Il a déclaré à Al-Monitor : « Je louais une maison à un Kurde, mais la brigade contrôlant la zone m’a expulsé, ainsi que le propriétaire de la maison, et a confisqué la maison sous prétexte que le propriétaire de la maison était dans le PKK. La brigade fautive était Ahrar al-Sharqiyah. « Cela est arrivé à des dizaines de familles de la Ghouta orientale, qui ont été chassées de leurs maisons par Ahrar al-Sharqiyah », a-t-il déclaré.
 
Un chercheur turc connaissant parfaitement les factions de la SNA, qui s’est rendu à plusieurs reprises à Afrin, a déclaré à Al-Monitor : « Afrin a été divisée entre les différentes brigades comme butin de guerre et elles ont établi des zones et des frontières mutuellement convenues entre elles. Ils usurpent la propriété puis la revendent au propriétaire d’origine. Rien de tout cela n’est légal ou juste », a déclaré le chercheur, à condition de ne pas être identifié par son nom par crainte de représailles de la part des autorités turques.
 
L’habitant d’Afrin a déclaré : « Chaque quartier a sa propre brigade. Le quartier de Mahmoudiya, par exemple, contient 10 quartiers plus petits, et chaque quartier plus petit a une brigade en charge. Les civils qui n’ont aucun soutien d’une brigade donnée, leurs biens sont comme partis. »
 
Il a poursuivi: «Si vous venez à Afrin, dès que vous vous promenez, vous serez sûr que seule la force des armes gouverne cette zone. Il y a un phénomène terrible, la multiplication des magasins qui vendent des armes. Où que vous alliez, vous trouverez des magasins d’armes. C’est un spectacle vraiment laid.
 
Le chercheur turc a affirmé que le gouvernement turc cherchait à imposer la loi et l’ordre à Afrin. Cependant, le bureau du gouverneur de Hatay, qui administre l’occupation d’Afrin, assure les services de base et supervise la reconstruction, a eu peu d’impact. « Ils semblent soit peu disposés soit incapables de contrôler les brigades », a-t-il déclaré. « La Turquie se concentre principalement sur sa propre sécurité », a-t-il ajouté.
 
Cela inclut d’éviter les attaques sporadiques des Forces de libération d’Afrin, une branche du PKK, qui mène une insurrection de faible intensité pour chasser les forces turques et les forces d’opposition, sans grand effet. Les attaques attribuées à ce groupe et à ses affiliés, y compris le bombardement d’un marché populaire dans le centre d’Afrin, ont coûté la vie à des civils ainsi qu’à des soldats.
 
Le 21 mai, la sécurité de la Turquie semblait menacée par les mêmes factions liées au SNA qui comptent sur son soutien, lorsque des centaines de leurs membres présumés ont percé une brèche dans le mur frontalier en béton séparant la Turquie de la Syrie. Ils ont afflué d’Atmeh, un camp géant pour déplacés syriens, et ont attaqué un poste frontière turc tenu par les forces de gendarmerie dans le district de Reyhanli à Hatay. Des villageois locaux cités par le média en ligne indépendant turc, Duvar, ont déclaré que les Syriens avaient mis le feu à leurs récoltes de blé et d’oliviers. L’un des villageois a déclaré : « Le poste [de gendarmerie] a essuyé une pluie de coups de feu. Était-ce un cocktail Molotov ou autre chose, je ne sais pas mais l’un d’eux a lancé un explosif. Sans le mur de béton, tous les soldats seraient morts. » (…)
 
Les villageois ont déclaré qu’ils ne savaient pas ce qui avait déclenché l’attaque. Cependant, Umit Ozdag, un législateur indépendant au parlement turc, a suggéré dans un tweet une semaine plus tard qu’il était lié à la saisie le 15 mai au port d’Iskendurun de Hatay de plus d’une tonne de pilules Captagon, une drogue stimulante, avec une valeur marchande. d’une valeur de 37 millions de dollars. La police turque a déclaré que les pilules étaient destinées aux Émirats arabes unis et avaient été dissimulées dans des briques.
 
Ozdag, un ardent défenseur de l’expulsion des quelque 4 millions de réfugiés syriens en Turquie, a tweeté : « Les Syriens se sont soulevés à Reyhanli. Un poste frontière turc a été perquisitionné. Les soldats se sont retirés pour éviter un affrontement. Des armes ont été volées au poste frontière. La raison de l’éruption des événements était l’opération de stupéfiants à Iskenderun. La mafia syrienne dit : « Mettez-moi à pied ma propriété. » Suffisant. »
 
Les responsables turcs n’ont donné aucune explication
 
Sefik Cirkin, un politicien nationaliste chevronné de Hatay et membre de l’opposition de centre-droit Iyi ou du « Bon » Parti, a déclaré à Al-Monitor : « Malheureusement, je peux dire que cette histoire est vraie. Cent pour cent. » Cirkin a refusé d’élaborer. Ozdag n’a pas répondu à la demande de commentaires d’Al-Monitor.
 
De nombreuses autres saisies de drogue ont été signalées cette année à Hatay, la plus récente en juillet lorsqu’un cargo transportant 117 kilogrammes (258 livres) de cocaïne a été appréhendé au large des côtes d’Iskenderun. Dans plusieurs cas, des arrestations ont été effectuées. Mais l’identité et la nationalité des suspects n’ont pas été révélées. Aucune arrestation n’a été annoncée par les autorités turques en relation avec la saisie du 15 mai.
 
Elizabeth Tsurkov, doctorante à l’université de Princeton et membre du Newlines Institute, un think tank de Washington, compte parmi les plus grands experts de l’opposition syrienne. Tsurkov a déclaré à Al-Monitor : « Plusieurs factions syriennes dans les zones sous contrôle turc sont impliquées dans le trafic de drogue. »
 
Rencontre avec Abu Amsha
 
Mohammed Jassem est le commandant basé à Afrin de la brigade Sultan Suleiman Shah, affiliée à la SNA, du nom de l’un des fondateurs de l’Empire ottoman dont les restes sont enterrés dans le nord de la Syrie. Jassem, ou « Abu Amsha » comme il est mieux connu, est un excellent exemple du jeu de profit de guerre du nord-ouest de la Syrie. La brigade Suleiman Shah, communément appelée «Amshat» d’après leur chef, a été impliquée dans des violations des droits à Afrin, notamment des enlèvements, le nettoyage ethnique et le fait de forcer les oléiculteurs à payer à la brigade une part de leur récolte.
 
Le fil Twitter de Jassem se lit comme un serment de fidélité à la Turquie et à son sultan des derniers jours, Erdogan. Il y a des hommages à divers ultra-nationalistes turcs, des condoléances au ministre de l’Intérieur turc pour la perte de sa mère (décédée à 75 ans d’une insuffisance cardiaque en mars) et des promesses de poursuivre les «chiens» des Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis ( SDF) qui sont « vraiment PKK ». L’opération « Branche d’olivier » de la Turquie contre Afrin et l’opération « Printemps de la paix » qui a suivi reposent sur cette logique – que le SDF est « le même » que le PKK.
 
Répéter les points de discussion de la Turquie sur le PKK – et la rhétorique nationaliste teintée d’islam d’Erdogan – a servi de couverture utile à Jassem alors qu’il étend un mini-fief hors de la région de Cheikh Hadeed d’Afrin, qu’il a repris après avoir aidé la Turquie à prendre le contrôle de l’enclave.
 
Un militant du Sultan Suleiman Shah s’exprimant sous le couvert de l’anonymat a déclaré à Al-Monitor : « Lorsque les factions de l’opposition ont pris le contrôle d’Afrin, la division Sultan Suleiman Shah a pris le contrôle de la région de Sheikh Hadeed et y a installé son centre de commandement. Le commandant de la division, Abu Amsha, ne reçoit pas d’ordres de l’armée nationale syrienne ou du ministère de la Défense [du gouvernement intérimaire de l’opposition syrienne basé à Istanbul], il se coordonne directement avec les services de renseignement turcs.
 
Les groupes de défense des droits affirment que les factions ont aidé l’appareil de sécurité turc à transférer illégalement des centaines d’Arabes syriens et de Kurdes accusés de travailler pour le PKK des zones occupées par la Turquie vers la Turquie. Les factions brandissent régulièrement la menace de restitution pour extraire des sommes importantes, et ceux qui ne sont pas en mesure de payer sont remis à la Turquie, comme indiqué précédemment par Al-Monitor.
 
La nouvelle prospérité de Jassem provient de plusieurs sources. Le contrôle des points de contrôle qui facturent des frais de transit pour les véhicules commerciaux en est un. L’huile d’olive en est une autre. Le militant du sultan Suleiman Shah a expliqué : « Au début, la faction du sultan Suleiman Shah à Afrin fonctionnait comme les autres factions de la région. Elle coupait et vendait des oliviers, mais elle a récemment changé de stratégie. Les membres de la faction ont commencé à cultiver des olives sur des terres confisquées aux personnes accusées d’être fidèles au SDF. Ils ont ensuite imposé un impôt sur le revenu de 25 % à 50 % aux propriétaires fonciers. » Le militant a poursuivi : « Cependant, l’exploitation forestière n’a pas encore cessé, les membres de la brigade abattant des arbres et les vendant pour profiter de leur prix. Le leadership de la faction permet aux membres de bénéficier individuellement d’une petite marge de profit afin de garantir leur fidélité.
 
En Turquie, la Coopérative de crédit agricole d’État achète l’huile d’olive aux brigades par le biais d’intermédiaires puis la vend aux producteurs turcs qui exportent vers l’Europe et les États-Unis.
 
Le commerce illicite a été amplement documenté
 
« Sans les olives Afrin, nous n’aurions pas pu atteindre ce niveau d’exportations », a déclaré l’ exportateur turc d’huile Ali Nedim Gureli au service de langue turque de la chaîne allemande Deutsche Welle. « Autrefois, ce produit venait illégalement d’Afrin et était vendu aux producteurs. Maintenant, les ventes sont effectuées par l’État. Maintenant, la majorité de la [production annuelle de] 30 000 tonnes d’huile d’olive estimée d’Afrin arrive en Turquie. L’huile d’olive d’Afrin est devenue un produit turc », a-t-il dit.
 
Tous les producteurs turcs ne sont pas aussi satisfaits. Selon Cirkin, le politicien nationaliste, une bonne partie de l’huile d’olive d’Afrin est vendue localement, bien en deçà des prix du marché grâce à des programmes élaborés. «J’ai dit au gouverneur [Hatay] que l’huile d’olive d’Afrin était passée en contrebande et vendue ici. J’ai dit ‘Fais quelque chose. Les producteurs sont blessés. Rien n’a été fait.
 
Les tentatives de la Turquie de peindre un vernis de légitimité sur le commerce de l’huile d’olive en l’acheminant via les coopératives de crédit agricole laissent les juristes internationaux indifférents. « Le droit international offre un certain nombre de protections à ceux qui vivent en territoire occupé, tels que ceux qui vivent à Afrin sous occupation turque. Leurs biens immobiliers et personnels sont protégés par les Conventions de Genève », a déclaré Roger Lu Phillips, avocat international et directeur juridique du Syrian Justice and Accountability Centre, une organisation à but non lucratif basée à Washington qui documente les crimes de guerre en Syrie.
 
« Plus important encore », a ajouté Phillips, « il est contraire au droit international pour une puissance occupante de réquisitionner des denrées alimentaires, en particulier lorsque la population civile souffre de pénuries alimentaires. »
 
En outre, la puissance occupante, la Turquie, doit s’assurer que la juste valeur est payée pour toutes les marchandises réquisitionnées. « Si la Turquie prend des oliviers et de l’huile d’olive aux agriculteurs locaux sans compensation équitable, elle a violé les lois de l’occupation, même si elle l’a fait sous le couvert de milices armées sous son contrôle. »
 
Jassem a investi une partie de ses gains dans des entreprises en Turquie, selon les sources qui ont informé Al-Monitor sur le sujet.
 
On dit qu’il s’agit de plusieurs restaurants et concessionnaires automobiles. Le correspondant d’Al-Monitor a appelé El Safir Oto, un concessionnaire automobile que Jassem posséderait dans la ville frontalière de Gaziantep, et lui a demandé : « Est-ce le concessionnaire automobile qui appartient à Abu Amsha ? Un homme a répondu dans un turc à l’accent épais : « Oui, ça l’est. Qui es-tu? »
 
Jassem « est le numéro un en termes d’affaires dans la région », a déclaré Ahmed Ramadan, rédacteur en chef de l’Euphrate Post, un média de l’opposition syrienne basé à Istanbul. Ramadan, qui a enquêté sur les activités commerciales des factions, a déclaré à Al-Monitor : « Le monde entier sait qu’ils volent, ce sont des profiteurs de guerre, des profiteurs de crise. Ils n’ont plus honte.
 
L’ agence StepNews, pro-opposition, a affirmé dans un article du 17 mai que des responsables de la sécurité turque avaient perquisitionné les domiciles de plusieurs individus de la brigade Sultan Suleiman Shah, dont le frère de Jassem, dans le cadre d’opérations distinctes à Gaziantep, Reyhanli et Osmaniye. StepNews a affirmé que les raids étaient liés à la saisie de drogue de Captagon le 15 mai. ASO, une agence de presse affiliée à l’administration dirigée par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie, a fait écho à cette affirmation.
 
Tsurkov a déclaré que ses propres conclusions correspondent également aux affirmations. « Mes recherches sur les activités illicites des factions, il semble que les Amshat soient les plus fortement impliqués dans le trafic de drogue. »
 
Tsurkov a poursuivi : « Selon mes sources à l’intérieur d’Amshat, l’effort de trafic de drogue est dirigé par Sayf Jassem, le frère d’Abu Amsha et les combattants et commandants de son entourage personnel.
 
« La plupart des drogues sont introduites en contrebande depuis les zones du régime par la 4e division de l’armée syrienne, qui est l’appareil du régime qui dirige la fabrication et le trafic de drogue à l’intérieur de la Syrie et au-delà des frontières. Les drogues sont passées en contrebande de Nubul et Zahraa, des villes chiites sous contrôle du Hezbollah à Alep vers Afrin par les Amshat », a déclaré Tskurkov.
 
« Abu Amsha a institué une interdiction totale de la contrebande de drogue en Turquie », a ajouté Tsurkov. Mais cela n’empêche pas d’utiliser Iskenderun à des fins de transit.
 
Mis à part l’implication présumée de Jassem dans le trafic de stupéfiants, le ressentiment interne à l’égard de son comportement couve depuis un certain temps.
 
En 2018, Isra Khalil, l’épouse d’un combattant de la brigade Sultan Murad de la SNA, a affirmé dans un enregistrement vidéo que Jassem l’avait violée à plusieurs reprises, y compris sous la menace d’une arme. « Abu Amsha m’a violée », a-t-elle déclaré. « Ensuite, il s’est tenu dans l’embrasure de la porte, alors qu’il partait. Il m’a fait sortir de la pièce et m’a dit : « Si vous dites que je suis venu vers vous, je tuerai votre mari, votre beau-frère. Je lui ai dit : ‘Pour l’amour de Dieu, monsieur, je n’ai rien fait, d’accord ? Dieu gardera privé ce qu’il garde privé, je ne t’ai jamais rien fait.’ » Khalil a ajouté : « Il n’y a pas que moi qu’il a violée. Un certain nombre de femmes. Beaucoup de femmes ont été scandalisées par lui. Khalil a décrit plusieurs autres incidents en détail.
 
Une semaine plus tard, Khalil a posté une autre vidéo affirmant qu' »une mauvaise personne » lui avait proposé de lui payer « quel que soit le montant d’argent que vous voulez, je vous le donnerai si vous enregistrez cette vidéo sur Abu Amsha ». Une source crédible de l’opposition a déclaré à al-Monitor que Khalil avait été forcée de revenir sur ses accusations précédentes.
 
Ahmed Rahhal, un général qui a fait défection de l’armée syrienne pour rejoindre la révolution, et est un critique virulent de la corruption et des abus des factions, a déclaré que le déni ultérieur de Khalil « ne me convenait pas ».
 
« Lorsque j’ai fait un suivi auprès de personnes en qui j’ai confiance, en Syrie, ils ont dit qu’Abu Amsha avait simplement payé des pots-de-vin, quatre voitures, une pour le juge, une au policier et deux à d’autres, et le problème a été résolu. Et la fille a enregistré la deuxième vidéo contre sa volonté. Par la force. J’ai écrit à ce sujet. Ce viol est mal », a ajouté Rahhal.
 
Le franc-parler de Rahhal a eu un prix. En août 2020, il a été déchu de sa résidence en Turquie et emprisonné pendant 73 jours, « sans être formellement accusé de quoi que ce soit. C’était incroyablement insultant pour moi ». Il pense que Jassem et ses hommes ont probablement fait de fausses déclarations contre lui aux autorités turques, affirmant qu’il était un « agent des Émirats arabes unis, ou un agent de l’Arabie saoudite ou des Kurdes ». Rahhal dit qu’il reçoit chaque jour des centaines de menaces de la part de personnes affiliées aux brigades, le visant lui et sa famille, et que sa vie est en danger. Il a publiquement lancé un appel à Erdogan, Soylu et aux dirigeants du gouvernement intérimaire syrien pour leur aide.
 
En avril, Orient, un autre média syrien pro-opposition, a relayé les accusations portées dans une vidéo par des combattants de la SNA soutenus par la Turquie selon lesquelles Jassem avait « volé » les salaires qui leur avaient été promis pour avoir combattu en Azerbaïdjan dans sa guerre contre l’Arménie. « On leur avait promis 2 000 $ par mois mais ils ont reçu beaucoup moins et avec des retards », a déclaré Tsurkov.
 
Un lanceur d’alerte turc
 
Sedat Peker, un truand turc qui vit en exil à Dubaï, a impliqué des responsables turcs actuels et anciens ayant des liens étroits avec le gouvernement d’Erdogan dans des crimes graves, notamment le viol, le trafic de drogue et le transport d’armes vers des djihadistes syriens. Le flux de vidéos révélatrices enregistre des millions de vues sur YouTube, et pour beaucoup, sonne plus vrai parce que Peker, de son propre aveu, a participé à certains des crimes. Dans une vidéo récente, il a affirmé : « Si vous voulez faire des affaires en Syrie, savez-vous ce que vous devez faire ? Il y a un M. Metin Kiratli, permettez-moi de dire le nom de son bureau : La direction des affaires administratives de la présidence [turque]. Vous devez aller chez lui, mais pas pour de petites affaires, comme deux camions qui valent des trucs. Je veux dire pour les grosses affaires.
 
Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Ibrahim Jaafari, a déclaré dans une récente interview avec Deutsche Welle : « Je voudrais exprimer que je confirme, affirme et vérifie que ce que M. Sedat Peker a dit est tout à fait vrai. » Kiratli a nié les allégations et a déposé une plainte pénale contre Peker.
 
Que Peker dise la vérité ou non, le commerce qu’il décrit semble se développer avec les bénédictions d’Ankara : un nouveau poste frontalier non officiel situé entre Ras al-Ain et Tell Abyad dans la zone de Peace Spring appelé Tuhafa ou « pomme », reliant les Turcs soutenus l’opposition et les territoires des FDS dans le nord de Raqqa, ont commencé à fonctionner plus tôt cette année.
 
Tuhafa est dirigé par le leader d’Ahrar al-Sharqiyah, Abu Hatem Shaqra, une figure de proue du racket des profiteurs de guerre qui a été surnommé « la pieuvre » en raison de sa grande portée financière. Deux autres brigades liées à la SNA, Jaysh al-Sharqiyah et Squad 20, partagent le contrôle des Tuhafa. Des renseignements open source extraits par Al-Monitor et observés par le chercheur connu sous le nom de @obretix sur Twitter ont montré un camion-citerne stationné au passage à niveau le 13 juillet.
 
« Les traversées entre les zones contrôlées par les différentes parties sont comme des trésors pour les brigades rebelles. Tuhafa va être un grand point de passage économique, le revenu mensuel qui en découle pourrait atteindre 1 million de dollars », a déclaré Ramadan, le rédacteur en chef du journal.
 
Sinam Mohammed du Conseil démocratique syrien insiste sur le fait que les États-Unis doivent désigner les brigades de la SNA qui ont commis des crimes de guerre comme terroristes. « C’est une étape nécessaire », a-t-elle déclaré. « Sinon, ils ne s’arrêteront pas.
 
Mais Bassam Ahmed de Syrians for Truth and Justice a déclaré qu’il pensait qu’il s’agissait d’un objectif irréaliste, déclarant: « Le plus que nous puissions espérer, c’est que certains de ces seigneurs de guerre soient individuellement sanctionnés pour leurs crimes ».
 
« Il est temps que les États-Unis agissent contre ces groupes », a ajouté Bassam Ahmed.
 
Un porte-parole du département d’État s’exprimant en arrière-plan a déclaré à Al-Monitor : « L’administration est préoccupée par les informations continues selon lesquelles certains éléments de l’armée nationale syrienne ont violé le droit des conflits armés et violé les droits humains dans le nord de la Syrie. Nous continuons d’exhorter la Turquie à faire pression sur les groupes d’opposition soutenus par la Turquie pour qu’ils mettent fin aux violations des droits de l’homme, obligent les auteurs à rendre des comptes et prennent des mesures pour empêcher de tels abus à l’avenir.
 
Le porte-parole a ajouté : « Les États-Unis et la Turquie partagent un intérêt à mettre fin durablement au conflit en Syrie et nous continuerons à consulter Ankara sur la politique syrienne et à rechercher des domaines de coopération. Les États-Unis et la Turquie ont des intérêts communs dans la lutte contre le terrorisme, la fin du conflit en Syrie et la dissuasion des influences malveillantes dans la région.
 
En juillet, les États-Unis ont ajouté la Turquie à une liste de pays impliqués dans l’utilisation d’enfants soldats au cours de l’année écoulée, marquant la première fois qu’un allié de l’OTAN était désigné comme tel.
 
Le département d’État a noté dans son rapport sur la traite des personnes de 2021 que la Turquie fournissait un «soutien tangible» à la division Sultan Murad qui a déployé des enfants soldats en Libye, comme d’autres parties au conflit là-bas. Le département d’État a également nommé les FDS ainsi que d’autres groupes armés en Syrie qui recrutent des mineurs pour le combat. Ankara était furieux.
 
Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré qu’il « rejetait complètement » cette affirmation et que son bilan était vierge. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici