Buldan : Pas un seul Kurde ne veut s’asseoir à la table de l’AKP

0
472
TURQUIE / BAKUR – « Pas un seul Kurde ne veut s’asseoir à la table de l’AKP au milieu des atrocités commises par l’AKP [parti d’Erdogan], de la détention de nos maires, de nos députés en prison et des poursuites intentées contre nous », a déclaré la coprésident du parti HDP Pervin Buldan.
 

Le Parti démocratique des peuples (HDP) a organisé un rassemblement public dans la province kurde d’Urfa sous le slogan « Nous sommes le HDP, nous sommes partout » dans le cadre de sa « Campagne de défense ». La coprésidente du HDP Pervin Buldan et le coprésident du Parti des régions démocratiques (DBP) Keskin Bayındır ont été accueillis par les membres du parti à l’entrée de la ville.

Voici l’essentiel du discours de Buldan :

« Nous commémorons une fois de plus tous ceux qui ont perdu la vie dans ces massacres à Suruç et à la gare d’Ankara. Nous connaissons les auteurs des massacres et nous réaffirmons que nous allons les traduire en justice devant la justice.

Chers habitants d’Urfa, nous sommes également conscients des troubles vécus pendant les mois d’été, en particulier à Urfa. Les coupures de courant de DEDAŞ ont laissé les habitants d’Urfa sans électricité ni eau. Nous savons bien que l’hostilité envers les Kurdes se cache derrière ces politiques. Le gouvernement a terminé l’agriculture en coupant l’électricité et l’eau dans une ville où les gens vivent de l’agriculture. C’est parce que les dirigeants de ce pays, le gouvernement, l’AKP, ciblent et insultent les Kurdes et le HDP chaque jour. Nous pensons que les habitants d’Urfa donneront leur réponse à l’hostilité envers les Kurdes dans les urnes.

Nous avons appris que la famille Şenyaşar, qui menait une veillée judiciaire depuis 128 jours devant le palais de justice d’Urfa, a de nouveau été placée en garde à vue. Pourquoi ont-ils été détenus ? Les autorités savaient que nous venions ici aujourd’hui et elles ont détenu la famille Şenyaşar en raison de la possibilité d’une visite de notre part. Nous condamnons une fois de plus cette immoralité et cette illégalité. Le gouvernement AKP a encore une fois démontré sa cruauté. Nous envoyons notre respect et notre amour à notre mère Emine Şenyaşar.

La pression de l’AKP sur les Kurdes est évidente. Le gouvernement dirige le pays sous la tyrannie puisqu’il vise à revenir au pouvoir lors des prochaines élections. Cependant, il est temps de montrer une fois de plus que les peuples de Turquie et les Kurdes en ont assez des mensonges de l’AKP et ne se laisseront jamais berner par ces mensonges. J’ai parlé de l’importance du processus de résolution à Antep hier. Je réponds à ceux qui déforment ma déclaration et disent que le HDP veut s’asseoir à nouveau à la table de l’AKP pour reprendre le processus de solution : pas même un seul Kurde ne veut s’asseoir à la table de l’AKP au milieu des atrocités commises par le AKP, la détention et l’arrestation de nos maires, nos députés arrêtés dans les prisons et les poursuites intentées contre nous.

Ceux qui dirigent le pays avec des pratiques antidémocratiques et répriment le peuple kurde et ses élus politiques devraient bien savoir qu’ils vivent maintenant leurs derniers jours. Les sondages disent qu’ils perdent des voix. C’est pourquoi ils vont à Diyarbakır et brisent la glace avec les Kurdes. Cependant, les Kurdes n’oublieront jamais vos atrocités et ce que vous avez fait à Selahattin Demirtaş Figen Yüksekdağ et à d’autres.

Quelque chose que j’ai dit hier à Antep était également déformé. Des rumeurs ont circulé sur qui a renversé la table des négociations pendant le processus de paix. Le président a déclaré à Diyarbakır que le HDP avait renversé la table pendant le processus de solution. Je dis ici en tant que personne impliquée dans le processus de paix : ceux qui n’ont pas reconnu l’Accord de Dolmabahçe, ceux qui n’ont pas pu tolérer le succès électoral du HDP du 7 juin et ceux qui ont refusé de promouvoir la paix et la démocratie dans ce pays (…), le parti qui a mis fin au processus de paix est le gouvernement actuel de l’AKP.

Bien sûr, nous nous soucions du processus de solution. J’ai également dit hier que je souhaitais que le processus de solution soit réintroduit, que les pourparlers avec M. Öcalan commencent et que l’isolement sur lui soit levé. Cependant, nous savons également que le gouvernement AKP n’est pas en mesure de trouver une solution. Le gouvernement AKP cherche des voies et des méthodes pour approfondir et multiplier ce problème, au lieu de le résoudre. Il exécute l’isolement sur Öcalan dans Imrali. Pourtant, les peuples de Turquie, y compris les Turcs, les Kurdes, les Lazes, les Circassiens, les Arabes, les Sunnites et les Alévis formeront une union de forces pour que ce pays ait une administration démocratique lors des prochaines élections. Mais ces forces ne doivent pas renier les Kurdes. Ils doivent reconnaître pleinement et clairement le problème kurde. Nous sommes prêts à assumer notre responsabilité de construire une Turquie démocratique et pacifique.

Nous savons qu’ils considèrent le HDP comme le plus grand obstacle à leurs objectifs. Le plus gros obstacle, c’est nous, le HDP. Parce que nous sommes partout en Turquie, nous sommes turcs, kurdes, arméniens, syriaques, alévis, sunnites, femmes, jeunes… Parce que nous sommes ouvriers, ouvriers, commerçants… Quiconque a un problème, nous sommes là à ses côtés . Le HDP occupe une place importante dans l’arène politique de la Turquie d’aujourd’hui. Ils ont récemment lancé un dossier de fermeture contre nous. Ils pensent que si le HDP est fermé, il disparaîtra.

Personne ne devrait penser ou espérer que le HDP sera fermé. Nous ne leur permettrons jamais et jamais de fermer le HDP. Nous organisons notre travail en fonction de l’agenda de notre peuple, et non en fonction du cas de fermeture du HDP. Chaque jour, nous sommes dans les champs, sur les places et dans les rues. »

Après le discours de Buldan, la réunion s’est terminée par des danses kurdes.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici