Les Tentatives pour tarir la révolution du Rojava

0
516
La Turquie utilise l’eau comme une arme contre les habitants du Rojava.
 
La convention de l’ONU sur les cours d’eau de 2014 stipule l’utilisation équilibrée des cours d’eau transfrontaliers afin de prévenir les dommages importants dans la zone d’un cours d’eau partagé. La Turquie boycotte cette convention et utilise délibérément ses barrages et donc l’eau de l’Euphrate, par exemple, comme une arme contre la société de la Syrie du Nord et de l’Est.
 
Elle détruit aussi délibérément les infrastructures hydrauliques de la région, avec de graves conséquences pour la population, l’agriculture et l’approvisionnement en électricité. La société civile de la Fédération démocratique de Syrie du Nord et de l’Est est prise en otage par la politique expansionniste agressive de la Turquie, et la population est privée d’une importante source de revenus dans son pays.
 
Le gouvernement autonome est confronté à des défis majeurs en raison de la forte baisse des précipitations et de l’embargo.
 
« Depuis le début de l’année, l’État turc a de nouveau gravement affecté le débit de l’Euphrate. 500 000 personnes dans le nord et l’est de la Syrie ont déjà perdu leur source naturelle d’eau potable en conséquence, et 5 millions d’autres risquent de subir le même sort », peut-on lire dans un communiqué de presse de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est sur la politique de l’eau.
 
De l’eau courante seulement tous les 5 jours…
 
L’exemple de l’approvisionnement en eau de la province et de la ville de Hesekê montre les effets dramatiques de l’occupation par les troupes turques et leurs alliés djihadistes.
 
Sozdar Ahmed, coprésidente de la direction de l’eau de la région d’Hassakeh, nous raconte les conséquences pour les habitants de la ville de Hesekê : « Surtout ici, dans la ville de Hesekê, nous luttons actuellement contre une crise majeure. Depuis le 12 avril, l’eau du plus long affluent de l’Euphrate est à nouveau coupée à cause de l’utilisation abusive de la station d’eau d’Elok (Allouk). Nous avons été obligés de diviser la ville en cinq secteurs. Chaque jour, un seul de ces secteurs peut être approvisionné en eau. La population n’a donc de l’eau courante qu’une fois tous les cinq jours. Nous devons encourager les gens à l’utiliser le plus modérément possible et, si possible, à utiliser l’eau plus d’une fois. Il existe de nombreux endroits qui ne peuvent pas être atteints par les conduites d’eau existantes, c’est pourquoi nous, en tant que service des eaux de l’administration locale, devons apporter notre aide. À cette fin, jusqu’à 20 camions sont en service chaque jour. Toutefois, compte tenu de la situation actuelle, il en faudrait 300. Cette pénurie d’eau nous frappe particulièrement à un moment où le nombre de cas d’infection à Corona augmente. »
 
La station de pompage mentionnée d’Elok est située dans le territoire proche de Serêkaniyê (Ras al-Ain), qui est occupé par l’armée turque depuis 2019, et a été coupé de l’approvisionnement nécessaire en électricité par les troupes de l' »Armée syrienne libre » contrôlée par la Turquie immédiatement après l’occupation. Un accord spécial entre la Turquie et l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est stipule qu’Elok doit recevoir la moitié des 600 MW nécessaires fournis par la centrale électrique près de Tirbespiyê, qui se trouve dans le nord-est de la Syrie. Cependant, l’ « Armée syrienne libre » a récemment annulé l’accord de son propre chef, détourné l’électricité et l’a injectée dans son propre réseau dans le territoire occupé. Faute d’une alimentation électrique suffisante, la production de l’usine hydraulique d’Alok a dû être réduite au minimum. Le risque de devoir l’arrêter complètement est réel. À elle seule, cette situation fait courir le risque à près d’un million de personnes dans la ville et la province de Hesekê de ne plus avoir accès à l’eau. Les villes de Til Temir, Şeddadê, Arisha et des milliers de réfugiés dans trois camps seraient touchés, ainsi que le camp d’al Hol avec plus de 60 000 personnes en quête de protection, dont des membres et des familles de de DAECH / ISIS.
 
Les gens souffrent de ce problème depuis 2019 et il n’y a pas de solution en vue dans les conditions de l’occupation turque.
 
Les trois barrages sur le territoire de l’Administration autonome sont les sources centrales d’électricité pour la région. Il s’agit des barrages d’Euphrate, Tabqa et Ticherine. Ils sont tous directement affectés par l’interférence de l’État turc dans l’écoulement des eaux de l’Euphrate et ont donc dû réduire massivement leur production d’électricité. Les régions de Kobanê, Raqqa, Minbîc, Tabqa et Deir ez-Zor sont alimentées en énergie électrique exclusivement par ces barrages. Cependant, en raison du faible niveau actuel des eaux, ils ne peuvent être exploités qu’en alternance et avec une seule des turbines, parfois jusqu’à dix, à la fois. Au lieu de la production habituelle de plus de 2 500 MW, les experts locaux estiment qu’ils ne seront bientôt plus en mesure de fournir que 100 MW. Dans le pire des cas, la production pourrait tomber à 80 MW.
 
Le rapport du premier trimestre de 2021 documente la forte baisse de la production des barrages. En outre, le rapport met en évidence d’autres conséquences graves du manque de débit d’eau : En raison du faible niveau d’eau, l’Euphrate n’a pas la capacité de s’auto-épurer naturellement à long terme, ce qui a des conséquences désastreuses pour l’écosystème du fleuve et donc aussi pour la qualité de l’eau.
 
L’Office des eaux de la Syrie du Nord et de l’Est fournit une autre analyse des risques pour le barrage de Tişrîn. S’il reste sans électricité trop longtemps, les pompes qui éloignent l’eau des générateurs tomberont en panne et la technologie des générateurs serait endommagée à long terme.
 
Danger d’assèchement des réserves d’eau souterraine
 
Dans le barrage de Tabqa, 80 % des réserves d’eau ont déjà été utilisées, ce qui correspond à peu près à 9,4 km3 d’eau. Tabqa fournit de l’eau aux communautés locales. Toutefois, les réserves restantes sont désormais également nécessaires pour maintenir la technologie du barrage en état de fonctionnement.
 
Le manque d’eau a un impact direct sur l’alimentation de base et les réserves d’eau souterraine. Le nord et l’est de la Syrie sont considérés comme le grenier à blé du pays. Les barrages ont fourni de l’eau à l’agriculture pendant des décennies. Cependant, maintenant que l’Euphrate transporte de moins en moins d’eau et que les réservoirs sont de plus en plus petits, les agriculteurs sont obligés de compter de plus en plus sur les réserves d’eau souterraine. Les puits creusés de plus en plus profondément et l’utilisation intensive de cette ressource font baisser le niveau des eaux souterraines. Avec une telle consommation continue, il y a un risque qu’elle s’assèche dans les deux prochaines années.
 
La sécheresse actuelle oblige les agriculteurs à récolter plus tôt afin de ne pas perdre la totalité du rendement de l’année. Un nouveau déclin de la culture du blé est attendu dans les années à venir, avec des conséquences négatives pour l’approvisionnement alimentaire de la population et pour l’économie de toute la région.
 
Sur le plan économique, le faible débit de l’Euphrate, délibérément provoqué par la Turquie, affecte également les pêcheurs restants. Leurs moyens de subsistance sont menacés. Beaucoup d’entre eux ont déjà dû quitter la région ou chercher d’autres sources de revenus.
 
Les membres de l’Administration autonome qui sont responsables de l’approvisionnement en eau dans tous les districts décrivent la situation comme menaçante et catastrophique. Cela ne vaut pas seulement pour le nord et l’est de la Syrie.
 
En Irak aussi, la population souffre de la politique de l’eau de l’État turc. En prélevant délibérément de l’eau, la Turquie exerce également une pression sur cet État voisin. Selon les chiffres officiels du ministère irakien des ressources en eau, les niveaux d’eau de l’Euphrate et du Tigre ont baissé de près de 50 % depuis les années 1980. Le fleuve Euphrate, autrefois abondant, est passé d’une capacité de 30 milliards de mètres cubes d’eau à près de la moitié, soit 16 milliards de mètres cubes, selon les annonces officielles. Le ministre irakien Hassan al-Janabi, en charge du département de l’eau du pays, prévoit une nouvelle baisse d’au moins 50 % d’ici 2030. Les conséquences pour la société locale sont difficiles à imaginer.
 
Les conflits et les guerres autour de la précieuse ressource qu’est l’eau constituent une menace pour le monde entier, et pas seulement pour le Moyen-Orient. Si les gouvernements qui utilisent l’eau dans le cadre de leur politique étrangère, de leur quête de pouvoir et comme arme ne sont pas arrêtés, les dangers pour les populations et leurs moyens de subsistance naturels s’intensifieront.
 
Cependant, les habitants du nord et de l’est de la Syrie ne restent pas passifs. Sozdar Ahmed a déclaré qu’elle cherchera à obtenir un soutien par tous les moyens. Dans le cadre de ces efforts, a-t-elle dit, des réunions et des entretiens ont déjà eu lieu avec les Nations unies, diverses organisations de défense des droits de l’homme et des droits civils, les États-Unis, la Russie et la Croix-Rouge, dans le but de faire pression sur la Turquie. « Mais nous ne voyons aucun changement, nous n’obtenons que des promesses vides et de belles paroles », a déclaré Sozdar Ahmed.
 
Mais la société ne se laisse pas décourager pour autant. « Le peuple et son Administration ont déjà été capables de résoudre des problèmes plus importants. Les tentatives de l’État turc d’assécher notre région ne pourront pas nous dissuader de construire la nouvelle société. »
 
Par Gisela Rhein, pour Kurdistan Report

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici