La résistance créative d’une artiste kurde depuis la prison

0
517
TURQUIE / BAKUR – La veille de son incarcération en 2017, l’artiste kurde Fatoş İrwen avait filmé une performance dans les ruelles étroites de sa ville natale de Diyarbakır (Amed). Vêtue d’une robe blanche fluide, elle a joué des fragments de l’histoire mouvementée de cette vieille ville, qui avait été récemment détruite par l’armée turque après que les habitants de la régions avaient proclamé à l’autonomie (kurde) locale. Derrière les barreaux, İrwen a continué cette performance, en embellissant la robe qu’elle avait portée ce jour-là avec ses propres cheveux [utilisés comme du fil à coudre] et de ceux d’autres détenues.
 
La robe et le film sont maintenant présentés dans le cadre de la première exposition personnelle de l’artiste, Temps exceptionnel, jusqu’à 10 juillet au centre culturel Depo et à la galerie d’art Karşı Sanat à Istanbul/Beyoğlu.
 
Les dessins, peintures, pièces textiles, photographies, installations et sculptures de l’exposition couvrent plus d’une décennie de la carrière d’İrwen, y compris les près de trois ans qu’elle a passés en prison. Elle a été poursuivie avec peu de preuves en vertu de larges lois « antiterroristes » souvent utilisées pour cibler les Kurdes de Turquie et d’autres personnes considérées comme faisant partie de l’opposition – y compris le fondateur emprisonné de Depo, le philanthrope Osman Kavala.
 
Les œuvres de Temps Exceptionnels démontrent l’engagement prolongé de l’artiste avec la politique des espaces physiques et sociaux, reflété à travers le prisme de ses expériences en tant que femme et Kurde. « La politique, la guerre et l’oppression font partie de ma vie », a déclaré İrwen à Hyperallergic lors d’une visite de l’exposition.
 
Le titre du spectacle est tiré d’une performance de 2010, l’une des nombreuses œuvres de l’artiste utilisant les cheveux et le corps humain comme sujet et médium. Mais dans sa version turque d’origine (Olağan Zamanın Dışında), il a des résonances inévitables avec les législations sur « l’état d’urgence » (olağanüstü hâl) qui ont été utilisées à plusieurs reprises pour restreindre les libertés, y compris celles de création, dans les régions du sud-est dominée kurdes et au-delà. Pour des artistes kurdes comme İrwen et Zehra Doğan, qui ont également été emprisonnées pour des accusations de « terrorisme », la pression actuelle sur les voix dissidentes en Turquie est plus la norme qu’un signe de temps exceptionnel.
 
En prison, İrwen dit qu’elle a réalisé 1 500 œuvres d’art en utilisant des cheveux, du thé, de la nourriture, du cirage à chaussures, de vieux manuels et journaux, des draps, des pinces à linge, des foulards et même de la moisissure et de la cendre de cigarette. « Ces ouvrages réagissent aux matériaux et au système ; ne pas se rendre à eux, mais les transformer », a noté Mahmut Wenda Koyuncu, co-commissaire de l’exposition.
 
Pointant du doigt un groupe d’orbes éparpillés sur le sol à Depo, wenrwen explique qu’elle les a fabriqués à partir des cheveux de codétenus en grève de la faim, dont la politicienne kurde Leyla Güven . La pièce de 2019 s’intitule « Gülleler » (Bolets de canon). « La grève de la faim, c’était comme tirer un coup de feu sur le monde extérieur », dit Irwen.
 
La vie et la mort, la croissance et la décadence s’entremêlent dans de nombreuses œuvres d’Irwen, dont « Beton Bahçe » (Jardin de béton, 2019-2020). Dans l’installation, de petits blocs de ciment servent de socles miniatures pour des objets – insectes séchés, fleurs, os d’animaux, petits bibelots – qu’İrwen a ramassés dans la cour de la prison. Parmi eux se trouve la cuillère tordue avec laquelle elle a gratté les éclats de peinture du plafond de la salle de bain de la prison. Ces fragments sont affichés comme « Zaman Katmanları/Duvarlar » (Les couches du temps/Murs, 2019), une « fouille archéologique » dans le passé du bâtiment.
 
Les militants kurdes ont fait pression en vain pour que le tristement célèbre établissement – ​​où de nombreux prisonniers politiques ont été incarcérés et torturés après le coup d’État militaire de 1980 en Turquie – soit fermé et converti en un musée des droits de l’homme. Mais İrwen crée de nouveaux sites de mémoire à travers des œuvres comme « Zaman Katmanları/Duvarlar », « Beton Bahçe » et « Hassas Zemin », un ensemble de cartes très personnelles de la prison cousues sur du matériel d’emballage de produits. D’autres pièces de l’exposition font allusion à l’idée de résistance en écrivant des histoires alternatives pour ceux qui ont subi le silence, la censure, la destruction et l’omission des récits officiels.
 
« Vous ne pouvez pas regarder les pièces de Fatoş et dire, oh, comme c’est triste », dit Koyuncu. « Il n’y a pas de qualité désespérée dans son travail. »
 
L’exposition a été organisée par Ezgi Bakçay et Mahmut Wenda Koyuncu

 
Reportage de Jennifer Hattam

est une journaliste indépendante basée à Istanbul, où elle écrit sur les arts et la culture, les questions environnementales, la nourriture et les boissons, la politique et la société, les voyages et l’urbanisme.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici