Que sont devenues les 1200 femmes et fillettes d’Afrin kidnappées par les gangs de la Turquie?

0
715
SYRIE / ROJAVA – Kidnappings, torture, viols, meurtres… l’État turc et ses mercenaires commettent des crimes abominables contre les femmes et fillettes du canton kurde d’Afrin depuis son invasion en mars 2018. Selon les statistiques de l’Organisation des droits de l’homme à Afrin, 83 femmes ont été tuées et 1200 autres ont été kidnappées à Afrin depuis 2018. Le sort des femmes kidnappées reste inconnu, même si on sait que la majorité finissent comme esclaves sexuelles dans des centres de détention gérés par les renseignements turcs et les gangs islamistes et que certaines sont transférées en Turquie.
 
Le 18 mars 2018, l’État turc a occupé la région d’Afrin avec le soutien de l’OTAN et de la Russie. Pendant plus de trois ans d’occupation, l’État d’occupation turc et ses mercenaires ont commis des crimes, dont des féminicides, viols, séquestrations, et des violations graves contre les femmes à Afrin.

Nayla Mahmoud, membre de l’Organisation des droits de l’homme à Afrin, a déclaré à cet égard que les femmes à Afrin sont soumises à des violations et des crimes majeurs.

Nayla Mahmoud a déclaré que l’Organisation des droits de l’homme à Afrin a documenté le meurtre de 83 femmes aux mains de l’armée d’occupation et de ses mercenaires, y compris 5 cas de suicide de femmes qui se sont suicidées par peur de tomber entre les mains des mercenaires.

En outre, 216 femmes ont été blessées, en plus de 70 cas de viols.

Nayla Mahmoud a ajouté : « L’organisation a également documenté, au cours des 6 derniers mois, l’enlèvement de 25 femmes dont le sort est toujours inconnu. Parmi les femmes kidnappées figurent deux filles : Alia Adnan Juma’a, 13 ans, et Roya Mahmoud Khater, 6 ans, ainsi qu’une femme de 60 ans, Amina Mustafa.

Neuf femmes ont également été tuées, dont l’enfant Hana Mustafa (deux ans), Zainab Sheikh Daoud, 21 ans, Zainab Ibrahim, 14 ans, et Haifa Sharif Qassem, 21 ans.

Les violations et les crimes de l’État turc ont été documentés. Personne ne peut cacher ces faits. Cependant, les véritables crimes sont au-delà de la documentation. Il y a des centaines de femmes d’Afrin détenues dans des prisons, violées, battues et torturées. Avant l’occupation d’Afrin, la proportion de Kurdes était de 90%. %, mais ce pourcentage a diminué à 25 % après l’occupation, et c’est un grand danger. Ceux qui sont maintenant réinstallés à Afrin sont issus des familles des mercenaires qui sont réinstallés à la place des Kurdes. »

Membre du Comité des relations diplomatiques au Congrès des étoiles Suzan Mustafa a également fait la lumière sur les violations et les crimes de l’occupation turque et de ses mercenaires contre les femmes à Afrin au cours des 3 dernières années, et a déclaré à cet égard : « Les femmes subissent quotidiennement des violations et des crimes qui dépassent toutes les normes humaines et les principes moraux. Nous recevons quotidiennement de nombreuses informations et des nouvelles douloureuses. Afrin est témoin de cas répétés d’enlèvement de femmes sous le nom de mariage et elles sont transférées en Turquie. Certaines femmes qui ont précédemment passé des peines de prison dans des prisons de mercenaires nous ont parlé de violations à l’intérieur des prisons, où les femmes sont soumises à des pratiques brutales insupportables.

Les femmes ne peuvent pas se promener et sortir sans foulard. D’après les informations que nous avons obtenues par téléphone, des filles sont kidnappées, puis on fait chanter leurs familles avec des photos et des vidéos pour les forcer à payer une rançon. De nombreuses familles ont dû vendre leurs biens, tandis que de nombreuses filles se sont suicidées. Chaque jour, la gravité des violations, des meurtres, des tortures, des suicides, des enlèvements et des emprisonnements s’aggrave. Ils ont saisi l’argent de nombreuses femmes qui travaillaient auparavant dans les institutions de l’administration autonome. Les femmes sont victimes de viols. Toutes ces violations sont documentées par nous. De nombreuses femmes ont été libérées après nos appels, mais d’autres sont transférées par des mercenaires en Turquie. »

Concernant les statistiques liées aux violations et aux crimes contre les femmes au cours des trois dernières années et demie, Suzan Mustafa a déclaré : « Depuis l’occupation d’Afrin et jusqu’à aujourd’hui, le sort de 1 200 femmes enlevées est toujours inconnu. Plus de mille femmes ont été violées et tuées, et 99 femmes ont été enlevées et emprisonnées dans la prison d’Azaz. Au cours des six derniers mois, le meurtre de 23 femmes, un mariage forcé et 9 cas de viol ont été documentés. »

Suzan Mustafa a terminé son discours en disant : Ceux qui prétendent sur les réseaux sociaux qu’il n’y a pas de violations à Afrin, nous avons les documents. Ces personnes qui promeuvent ces allégations sont celles qui ont participé à l’occupation d’Afrin et maintenant elles soutiennent le changement démographique et participent aux crimes brutaux commis contre les femmes kurdes. J’appelle la communauté internationale et tous les peuples du monde, en particulier les femmes, à se dresser contre cette injustice. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici