TURQUIE. Deux maires kurdes jugés pour avoir introduit le système de coprésidence homme/femme

0
697
TURQUIE / BAKUR – Les co-maires emprisonnés de la ville kurde d’Amed, Gülten Kışanak et Fırat Anlı, ainsi que 63 membres du conseil municipal sont jugés pour avoir introduit le système de coprésidence homme/femme au sein du conseil municipal. Les prévenus risquent jusqu’à 4 ans de prison pour « abus de fonction ».
 

Le procès contre les anciens co-maires d’Amed (Diyarbakır) Gülten Kışanak et Fırat Anlı et 63 membres du conseil municipal se poursuit. Les politiciens kurdes déposés et emprisonnés Kışanak et Anlı ont été inculpés pour avoir introduit le système de coprésidence reposé sur la parité homme / femme au conseil municipal de l’Amed. Pour cela, selon le parquet, ils devraient être condamnés à des peines d’emprisonnement allant de neuf mois à quatre ans pour « abus de fonction ». Les conseillers municipaux risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement pour avoir accepté ce système.

Gülten Kışanak est tenue en otage dans une prison depuis 2016, Fırat Anlı vit en exil. Aucun d’eux n’a assisté à l’audience de vendredi. Parmi les prévenus, les anciens membres du conseil municipal Eşref Mamedoğlu, Zeynep Çelik, Murat Alökmen, Zuhal Tekiner, Cihan Aydın, Sezai Aydın, Adnan Akgül, Mustafa Emra, Hayrettin Satar et Zahit Çiftkuran ont assisté à l’audience avec leurs avocats. Le procès a commencé lorsque le juge a demandé aux accusés de se lever et d’attendre leur tour de témoigner. Les accusés et leurs avocats ont rejeté cela comme une violation des règles de procédure. Le juge a ensuite fait expulser quatre des accusés de la salle d’audience par la police.

Les avocats Resul Tamur, Bahar Aslan, Mehmet Öztekin, Eyyüp Aydeniz, Burhan Arta et Berfin Dayan ont déposé une requête pour partialité contre le juge et ont quitté la salle d’audience en signe de protestation. Le procès a été ajourné au 8 octobre.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici