Comment la Turquie a-t-elle participé au massacre de Kobanê via DAECH?

0
513

SYRIE / ROJAVA – Le 25 juin 2015, des terroristes de DAECH portant des uniformes des YPG ont massacré 253 civils kurdes dans le village de Berxbotan et dans la ville de Kobanê.

Le massacre de Kobané du 25 juin 2015 avait des objectifs et des dimensions politiques dont la Turquie est directement à l’origine, d’après les déclarations de certains témoins du massacre et les aveux des mercenaires qui y ont participé. La question ici est de savoir comment la Turquie a contribué au massacre de Kobané via DAECH ?

La Turquie a toujours essayé par divers moyens de saper la volonté et la résistance des populations de la région en soutenant des mercenaires et des organisations d’extrémistes comme DAECH, Al-Nosra et la soi-disant « Armée syrienne libre » et en les déplaçant contre les zones sous contrôle de l’administration autonome du Rojava.

Mais le massacre de Kobanê et du village de Barkh Batan est peut-être l’un des événements les plus sanglants en Syrie. Le 25 juin 2015, des dizaines de mercenaires de DAECH se sont infiltrés dans le village de Barkh Batan et dans la ville de Kobanê, et ont commis un horrible massacre contre des civils, tuant 233 personnes, dont 27 civils du village.

À l’époque, la Turquie a été accusée, notamment parce que certains témoins ont vu des membres de DAECH entrer depuis le territoire turc dans la ville de Kobanê le jours du massacre, et que des informations ont été reçues selon lesquelles la Turquie était déjà au courant des intentions de DAECH de commettre le massacre. Ce qui soulève de nombreuses questions sur la nature du rôle de la Turquie dans la perpétration de cette opération sanglante.

Pourquoi Kobanê ?

Kobané, la ville kurde syrienne située au nord et à l’est de la Syrie, à la frontière syro-turque, se trouve à 30 kilomètres à l’est de l’Euphrate et à environ 150 kilomètres au nord-est d’Alep.

Kobané a été libérée des forces gouvernementales syriennes le 19 juillet 2012 pour être la première ville kurde libérée du contrôle gouvernemental.

Les habitants de Kobané ont mis en place une administration autonome et leurs propres forces militaires, comme dans les régions d’Afrin et d’Al-Jazira, mais cela n’a pas plu aux parties régionales et locales, comme la Turquie et ses armes sur la géographie syrienne, de sorte que plusieurs parties ont commencé à traquer l’administration autonome qui a été annoncée à Al-Jazira, Kobané et Afrin au cours du mois de janvier en 2014.

En commençant par la soi-disant « Armée libre », en passant par Jabhet al-Nusra (actuellement Hayet Tahrir Al-Sham), et en terminant par DAECV, plusieurs parties ont attaqué la ville de Kobané, mais la bataille décisive a été celle de DAECH qui a lancé une attaque massive sur Kobané et ses villages les 15/16 septembre 2014. Rapidement, ils ont pris le contrôle de la plupart des villages et de plus de la moitié de la superficie de la ville, mais les Unités de protection du peuple (YPG) et les Unités de protection des femmes (YPJ) ont défendu la ville et l’ont libérée 134 jours après des batailles continues, pour que DAECH soit officiellement expulsé de la ville le 26 janvier 2015.

Ainsi, les Unités de protection du peuple et les Unités de protection des femmes ont continué à libérer progressivement tous les villages de la campagne de Kobané, atteignant Girê Spî / Tel Abyad à l’est de la ville de Kobané, Ain Issa au sud-est de Kobané, et la campagne du district de Sarin au sud de la ville. Ensuite, la population a commencé à revenir progressivement dans la ville et sa campagne, et la vie a recommencé à battre son plein dans les rues, les quartiers et la campagne de Kobané.

Cependant, après les défaites qu’elle a subies, DAECH a infiltré la ville de Kobané, et a commis un horrible massacre contre les civils en représailles à ses défaites, et derrière elle se trouvait la Turquie qui voulait se venger des habitants de la région qui avaient contrecarré ses plans, qu’elle voulait mettre en œuvre en coopération avec DAECH et d’autres agents sur la géographie syrienne.

Assaut de Kobanê, de sa campagne et le massacre

Le 25 juin, les mercenaires de DAECH ont pris d’assaut la ville de Kobané et un certain nombre de ses villages vers 4 heures du matin, commettant d’horribles massacres qui variaient entre des meurtres directs, en plus des tirs isolés et des attentats-suicides, selon les témoins oculaires.

Les mercenaires de DAECH sont restés terrés dans les quartiers où ils sont entrés et les civils ont été pris au piège pendant près de trois jours jusqu’à ce que les unités de protection du peuple et les femmes parviennent à les libérer à l’extérieur de la ville, tandis que des centaines de familles sont restées bloquées à la frontière turque pendant deux nuits consécutives, et que des centaines d’autres étaient également bloquées à l’ouest de la ville de Kobané.

Le massacre a atteint des dimensions d’un génocide

Les méthodes les plus odieuses de violence et de criminalité contre l’humanité qui sont internationalement interdites ont été utilisées par DAECH, comme le massacre, l’incinération et la mutilation de corps humains, qui ont fait un grand nombre de victimes civiles innocentes et sans défense. L’administration autonome a recensé 333 personnes qui ont été massacrés à la suite de ce massacre, dont environ 27 dans le village de Barkh Batan, la plupart étaient des enfants, des femmes et des personnes âgées.

Selon plusieurs rapports d’organisations humanitaires, le massacre commis par les mercenaires de DAECH a atteint le niveau d’un génocide contre les Kurdes.

Le massacre de Kobané est une vengeance de la défaite de DAECH

Bakr Hajj Issa

Dans ce contexte, le coprésident du Bureau des relations du Parti de l’Union démocratique (PYD) dans la région de l’Euphrate, Bakr Hajj Issa, déclare que « le massacre de Kobané était en représailles à la défaite de DAECH, à la victoire de la résistance populaire de Kobané et aux gains des YPG et YPJ. L’État turc ne pouvait pas supporter la victoire de Kobané sur son partenaire DAECH. »

Bakr Hajj Issa confirme que l’État turc a eu des tentatives pour saper la résistance de Kobané, en disant : « Le 29 novembre 2014, pendant la résistance du peuple de Kobané aux attaques brutales de DAECH, la Turquie a amené un véhicule blindé du poste frontière de Murshed Benar à Kobané pour exploser à la porte, laissant des victimes et des blessés, mais elle n’a pas pu vaincre la résistance du peuple. »

Bakr souligne que cet incident était la première tentative de la Turquie de saper la résistance du peuple, mais la deuxième tentative a eu lieu le 25 juin 2015, commettant un massacre via ses mercenaires ; cependant, les habitants de la région ont réussi à saper les plans de l’ennemi.

Il était dans l’intérêt de la Turquie de saper la résistance de Kobanê

Hajj Issa pense que le but de ce massacre était de saper l’esprit de la résistance de Kobané, en plus d’instiller la peur dans le cœur des gens pour les déplacer, et donner l’idée que Kobané n’est pas sûre et est toujours en danger de la menace de DAECH, et que cette idée était dans l’intérêt de la Turquie en présentant Kobané au monde de cette façon.

Il note que c’était là les plans de l’État turc pour déplacer les populations de la région et commettre des massacres contre elles, et que la Turquie travaille toujours selon ce plan, ce qui est évident à travers son occupation de plusieurs zones dans le nord de la Syrie et la perpétration de massacres et de crimes contre la région et ses habitants, en particulier contre les femmes dans les zones kurdes occupées.

Selon le coprésident du bureau des relations du Parti de l’Union démocratique dans la région de l’Euphrate, Bakr Hajj Issa, ces massacres illustrent la mentalité de l’État turc qui, tout au long de l’histoire, a exterminé les peuples arménien, assyrien et kurde, et la Turquie continue de le faire jusqu’à aujourd’hui.

Malgré l’implication de la Turquie dans de nombreux crimes et massacres commis contre les populations du nord et de l’est de la Syrie, que ce soit dans les zones occupées ou dans le reste des régions syriennes, il n’y a pas de mouvement international pour tenir la Turquie et les responsables turcs responsables de leurs crimes.

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici