L’arrestation des représentants du Rojava par le PDK sert les intérêts de l’État turc

0
1947
Conférence de presse des représentants du Rojava au Kurdistan du Sud
ROJAVA – Le 10 juin, la milice du PDK a arrêté le représentant du Rojava à Hewler, capitale de la région autonome kurde d’Irak, Jihad Hassan et deux membres du Parti de l’Union démocratique, Mustafa Khalil et Mustafa Aziz et dont le sort reste inconnu depuis.
 
Alors que l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie (AANES) et le PYD ont exigé la libération immédiate de leurs collègues arrêtés par le PDK, Amina Ossi, conseillère et coprésidente du Conseil exécutif de AANES, a déclaré que l’arrestation des représentants de l’Administration autonome par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) s’est faite dans le cadre d’accords suspects avec l’Etat turc, et l’a qualifié de « honte pour le parti », soulignant que leur arrestation servait les agendas de l’État d’occupation turc pour frapper les gains réalisés dans le Nord et l’Est de la Syrie.
 
Amina Ossi
 
Amina Ossi a déclaré que cette arrestation coïncidait avec des accords suspects des autorités de la Région avec l’État turc, qui lance actuellement des attaques féroces contre le Başûr (Kurdistan du Sud), dans le but d’occuper davantage de terres du Kurdistan, sous prétexte de combattre le PKK.
 
Les Kurdes doivent avoir une position
 
Ossi a estimé que l’arrestation de diplomates et les attaques turques appellent une position populaire ferme au stade actuel, et a déclaré : « Une telle attaque, qu’il s’agisse de l’arrestation de nos collègues ou des attaques lancées par la Turquie sur le territoire de la région du Kurdistan, exige que les citoyens kurdes et même le gouvernement irakien prennent position.
 
Le peuple kurde dans la région et dans le nord et l’est de la Syrie a exprimé sa position, qui est de mettre fin à ces attaques, qui ne font que servir l’occupation turque et ses ambitions expansionnistes dans les territoires de la région du Kurdistan et les régions du nord et de l’est de la Syrie », a-t-elle déclaré.
 
Amina Ossi a noté que l’arrestation des diplomates et l’accord avec la Turquie ainsi que le soutien visent à frapper les gains réalisés dans le Nord et l’Est de la Syrie, notant le rôle pionnier du peuple kurde dans la lutte contre DAECH, la libération des régions et la formation de l’Administration autonome.
 
Elle a indiqué « le peuple kurde a eu un rôle pionnier dans la lutte contre DAECH, la libération des régions et la formation de l’Administration autonome dans ces régions, mais ce projet ne leur plaît pas, ils ont plutôt un plan global qu’ils cherchent à réaliser. »
 
L’arrestation de diplomates est une violation des lois internationales
 
Elle a expliqué que les attaques contre le Başûr « ont inévitablement des répercussions et des dimensions futures, affectant le nord et l’est de la Syrie, donc cela nécessite une prudence et une position stricte et sérieuse », notant que « notre peuple a montré cette préoccupation avec les manifestations massives contre cette occupation, et contre l’arrestation de nos collègues diplomates dans la région du Kurdistan. »
 
Amina Ossi a indiqué que l’arrestation a violé les lois internationales contre les diplomates, et a ajouté: « Nos représentants sont officiels, et nos représentations sont autorisées, depuis le début de l’établissement de l’administration, nos sièges sont présents, et ils sont le lien entre les diplomates de l’étranger avec le Nord et l’Est de la Syrie. »
 
Soulignant que les acteurs étaient au top de leur travail, et ont montré leur préoccupation et leur respect des lois du Kurdistan, et a souligné que leur arrestation aurait « un impact négatif sur les relations futures. »
 
Une tache sur le front
 
Elle a également considéré que l’arrestation des représentants par les Forces démocratiques du Kurdistan était « une tache sur le front », et a poursuivi : « Les citoyens kurdes dans tous les pays européens ont exprimé leur position, y compris les intellectuels, les politiciens, les partisans et les écrivains, comme ils sont intervenus dans cette affaire pour arrêter la conspiration que la Turquie vise à travers pour attirer les forces kurdes à la guerre visant à frapper les gains qui ont été réalisés dans nos régions, comme un projet qui ne réalise pas leurs intérêts stratégiques et économiques.
 
Les efforts déployés et les voix que nous entendons, tant de la rue kurde que de tous les politiciens, à ce stade, il est devenu clair pour nous que le Parti démocratique du Kurdistan est le seul à être en accord avec la Turquie sous le prétexte de combattre le PKK, car c’est la base d’un accord qui permet à la Turquie de s’étendre dans la région du Kurdistan.
 
Nous espérons que les efforts de notre peuple et de tous nos intellectuels porteront leurs fruits suite à l’arrêt des arrestations arbitraires de nos représentants et de nos diplomates, avec des revendications qui mettent fin à toutes les occupations et arrestations le plus rapidement possible. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici