« Erdoğan a demandé à la guérilla kurde un cessez-le-feu au Kurdistan du Nord »

0
362

KURDISTAN – Un haut dirigeant du PKK, Murat Karayılan déclare que le gouvernement turc a demandé au PKK un cessez-le-feu au Kurdistan du Nord. En retour, le mouvement kurde s’est vu offrir « les mains libres » dans d’autres régions du Kurdistan.

Cette déclaration intervient alors qu’on assiste à une guerre d’invasion turque dans les zones de la guérilla kurde au Kurdistan du Sud soutenue par le KDP qui rêve d’en finir avec son frère ennemi PKK.

Le commandant en chef des HPG (Les Forces de défense du peuple, branche armée du PKK), Murat Karayılan, a commenté l’invasion en cours de la Turquie au Kurdistan du Sud, dans le nord de l’Irak sur la chaîne de télévision Stêrk TV. Selon Karayılan, qui est également membre du comité exécutif du PKK, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a demandé au mouvement kurde, par le biais de contacts, un cessez-le-feu au Kurdistan du Nord (région kurde sous l’occupation turque). En retour, le PKK s’est vu offrir une « carte blanche » dans d’autres parties du Kurdistan. Voici la première partie de l’interview légèrement raccourcie.

L’incident du 5 juin à Metîna est actuellement au centre de l’agenda kurde. Un convoi des forces du PDK a tenté d’entrer dans la zone de guérilla le jour en question. Pendant ce temps, une explosion s’est produite. Le HPG a nié toute implication, mais le PDK tient néanmoins les guérilleros du PKK responsables de cette attaque. Qu’est-ce qui se cache derrière cet incident ?

La phase que nous vivons actuellement est une étape importante dans la lutte du peuple kurde. L’ennemi fait des plans insidieux contre cette lutte. Il est de notoriété publique que Rêber Apo (Abdullah Öcalan) a déclaré un cessez-le-feu au Kurdistan du Nord en 2013 [au cours des négociations de paix entre le gouvernement turc et le PKK]. Ce cessez-le-feu a duré environ deux ans et demi. Cependant, l’État turc a reconnu que cela renforçait la main des Kurdes au Moyen-Orient. Recep Tayyip Erdoğan a décidé de renverser la table des négociations, même si les pourparlers avaient atteint un certain niveau. Immédiatement après, il s’est allié à des gens comme Devlet Bahçeli et Doğu Perinçek, qui étaient ouvertement hostiles aux Kurdes, et a lancé une attaque à grande échelle contre notre mouvement. L’objectif était d’abord d’écraser le PKK, puis d’éliminer les acquis de l’ensemble du peuple kurde. C’est l’intention de ce nouveau concept : détruire les acquis des Kurdes dans toute la région. Dans ce cadre, une guerre de grande envergure fait rage contre nous depuis six ans.

Au début de cette année, l’intensité de la guerre a fortement augmenté. La première chose à mentionner est que la torture de Rêber Apo sur Imrali continue. Depuis quelque temps, toute communication avec lui est interdite. En parallèle, l’Etat turc utilise la guerre psychologique contre notre mouvement. Des dizaines de milliers de nos amis sont emprisonnés et torturés dans les cachots du régime. Des opérations d’arrestation contre notre peuple ont lieu tous les jours, ainsi que des opérations militaires dans toutes les régions du Kurdistan du Nord. Il s’agit notamment des opérations à Garzan, Van, Mardin et Botan, qui se poursuivent depuis le printemps et ont fait des victimes dans nos rangs. Ces évolutions peuvent être suivies au quotidien dans les médias. Le plan d’occupation de l’Etat turc au Kurdistan du Sud progresse lui aussi pas à pas depuis trois ans.

L’idée de base est d’occuper d’abord certaines régions pour ensuite s’installer définitivement dans le sud du Kurdistan. L’invasion de Metîna, Zap et Avaşîn a été initiée après avoir précédemment occupé certaines zones à Heftanîn et Xakurke. À ce jour, cette attaque d’occupation dure depuis 48 jours. Je parle d’une attaque globale contre nous. Les régions du sud du Kurdistan dominées par nos amis, par exemple, sont survolées par une trentaine de drones de reconnaissance pendant 24 heures. Les frappes aériennes des avions de chasse se déroulent en continu. Parfois, il frappe Maxmur et parfois d’autres régions. J’entends par là qu’il s’agit d’une attaque continue contre nous. Dans une situation comme celle-ci, au milieu d’une bataille de haute intensité, pourquoi ouvririons-nous un nouveau front de guerre en attaquant les peshmergas ? Serait-ce sage ? Absolument pas.

Les peshmergas non pas été attaqués par la guérilla

Ce serait extrêmement imprudent, surtout dans une région comme Metîna. Il serait même au-delà du sens et de la logique d’y ouvrir un deuxième front contre les peshmergas alors que la guerre bat son plein dans le nord. Nous rejetons fermement l’affirmation selon laquelle nous avons attaqué le convoi. Après tout, les guérilleros n’ont pas perdu la raison. L’intention derrière l’incident est de déclencher une guerre entre les peshmergas et la guérilla. Il n’y avait aucune instruction de notre part d’attaquer les forces peshmergas. Aucune décision de ce type n’a été prise et aucune activité dans ce sens n’a été menée. Une guerre interne kurde équivaut à une catastrophe pour nous. Nous le voyons comme la plus grosse erreur possible que nous ne voulons faire en aucun cas. Mais il est évident qu’il y a une mise en place ici.

Nous ne savons que trop bien qu’une guerre entre Kurdes à un moment aussi sensible conduira à une grande obscurité. Cela n’est dans l’intérêt ni du mouvement kurde ni du peuple kurde. A cet égard, l’incident qui a eu lieu à Metîna doit être pleinement clarifié. Cela n’a aucun sens d’entrer dans cette région à quatre heures du matin avec deux colonnes militaires en position d’attaque. C’est une zone militaire dominée par la guérilla et où les peshmergas n’ont pas pénétré depuis 25 ans. Le dialogue [avec la guérilla] aurait pu être établi à l’avance. On dit que les peshmergas voulaient simplement accomplir leurs tâches normales. Bien sûr, nous nous demandons pourquoi nous n’avons pas été informés.

Que peut-il être de monter à Metîna avec une centaine de véhicules sans préavis ? Bien sûr, ils [les peshmergas] disent maintenant qu’ils sont la force dominante et qu’ils n’ont à demander à personne la permission de déplacer des troupes. C’est peut-être vrai, mais à cinq kilomètres de là, une guerre intense se déroule. Il faut se positionner ailleurs. Pourquoi aidez-vous l’État turc ? D’accord, vous êtes la force dominante dans la région, mais la guerre crée des conditions extraordinaires. Pendant que les avions de chasse bombardent tout jusqu’aux décombres, vous concentrez vos troupes derrière notre front. Est-ce compatible avec l’humanité, avec une attitude kurde ? Peut-il y avoir une explication logique à ce comportement ? On prétend que les guérilleros ont attaqué un convoi de passage. Cela ne correspond pas à la vérité. Permettez-moi de mentionner que nous avons des amis qui se rendent disponibles en tant que médiateurs. Nous vivons au 21ème siècle, notre devise est que toute l’humanité résout ses conflits par le dialogue. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas avoir un dialogue mutuel entre nous et résoudre les problèmes existants ? Pour quelles raisons comptons-nous sur des moyens militaires et des attaques comme de nulle part, au lieu de la parole ? A qui et à quoi sert cette action ?

Pourquoi y avait-il des activités militaires si les canaux de communication étaient ouverts ?

Nous nous posons la même question. Dans les quartiers nord de Metîna, à la colline de Zendûra, à Çemço, à Qela Bêdewê dans la région de Zap et à Girê Mervanis à Avaşîn, l’armée turque est dans une impasse. La vague d’attentats est rompue, les occupants ne peuvent plus avancer. Le peuple kurde ne peut qu’être fier de la résistance que ces jeunes hommes et femmes opposent là-bas avec de nouvelles méthodes contre les avions de guerre, les chars, les obus et les agents chimiques. Cette situation est nouvelle dans l’histoire de la résistance kurde et fondamentalement le signe avant-coureur de nouvelles réalisations pour notre peuple.

A Zendûra, l’ennemi turc tente actuellement de pénétrer dans les tunnels de la guérilla. Pour ce faire, il s’appuie sur la carte kurde. Des collaborateurs au sein de l’association des gardes villageoises de Sêgirkê sont sollicités. Les tentatives d’infiltration dans les tunnels ont jusqu’à présent été infructueuses. En d’autres termes, les Kurdes sont à nouveau utilisés pour les intérêts de l’État turc. Il n’y a que suffisamment d’exemples de cela dans l’histoire des Kurdes. Des chiens équipés de caméras sont également utilisés pour pénétrer dans les systèmes de tunnels de la guérilla. Cependant, la résistance reste ininterrompue et l’État turc est bloqué. Maintenant, si nous prenons en compte tous ces points, nous concluons que les activités militaires du PDK sont dirigées contre la guérilla de Zendûra. Le KDP n’est peut-être pas d’accord avec cela, mais en fait, cela se résume à cela.

Personnellement, j’ai été déçu de voir les forces kurdes nous poignarder dans le dos lors de notre lutte contre une invasion turque. J’espère que les dirigeants du PDK prendront conscience de cette réalité. Ce comportement ne peut pas exprimer une position morale. Cela contredit les traditions du peuple kurde. Après tout, nous nous défendons contre une guerre. Si vous n’êtes pas à nos côtés, au moins vous ne devriez pas ouvrir un nouveau front contre nous.

Hulusi Akar appelle à l’implication des Peshmergas dans la guerre

Permettez-moi de passer à une autre question : nous avons des informations selon lesquelles [le ministre turc de la Défense] Hulusi Akar a exigé que la direction du PDK implique les peshmergas dans cette guerre. Le 20 mai, il y a eu une réunion des responsables du PDK à cet égard. On ne sait pas exactement ce qui a été décidé. Cela n’aurait pas à être mentionné ici de toute façon. Ce que je peux révéler en tout cas – en fait, j’aurais préféré en discuter avec Massoud Barzani ou un autre responsable du PDK – c’est que l’État turc, ou Recep Tayyip Erdoğan, nous a contactés il y a quelques mois par l’intermédiaire d’une délégation amicale et nous a demandé de annoncer un cessez-le-feu au Kurdistan du Nord. En retour, nous aurions carte blanche dans les autres parties du Kurdistan. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? ‘Proclamez-nous un cessez-le-feu et combattez le PDK, avec qui vous avez de toute façon des problèmes’. L’ennemi joue ses jeux, et nous devons y prêter toute notre attention. L’Etat turc a toujours joué les Kurdes les uns contre les autres afin de provoquer des conflits internes kurdes. C’est ainsi que cet état est né, et c’est aussi ainsi qu’il peut se maintenir.

L’histoire kurde est jonchée de promesses non tenues envers nous, Kurdes, que ce soit à l’époque de l’Empire ottoman ou de la République de Turquie. Ce fait doit être souligné à nouveau à cette occasion. On n’a même pas besoin de regarder loin dans le passé. En 1999, par exemple, Rêber Apo a été capturé et extradé vers la Turquie à la suite d’un complot international. A l’époque, l’Etat turc s’est réjoui que le PKK soit terminé. Lorsque nous avons arrêté la guerre, la ligne rouge a été tracée avec les dirigeants du Kurdistan du Sud. Pourquoi? Afin de ne pas réserver de place aux relations. Quand cette ligne a-t-elle à nouveau disparu ? Lorsque l’État turc a subi une défaite dans la région de Zap en 2008. L’État [turc] s’est rendu compte qu’il ne réussirait pas tout seul au Kurdistan du Sud.

La deuxième partie de l’interview sera publiée le 12 juin.

 

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici