SYRIE. Mort d’une femme d’Afrin torturée par les mercenaires de la Turquie

0
538
SYRIE / ROJAVA – Une femme kurde d’Afrin est décédée sous la torture dans une prison d’un groupe de mercenaires islamistes soutenu par la Turquie. Jusqu’à présent, 150 habitants d’Afrin sont morts sous la torture dans les prisons des mercenaires de la Turquie.
 
Mawlida Nu’man est décédée des suites de la torture dans une prison d’un groupe armé soutenu par la Turquie dans la ville d’al-Ra’i, dans la campagne septentrionale d’Alep, après plus de trois ans de détention. 
 
Nu’man, qui était originaire du village de Budikeh dans le district de Jindires, dans la campagne d’Afrin, a été arrêtée par la division al Hamza après avoir refusé de quitter sa maison que les gangs voulaient transformer en quartier général pour le groupe terroriste, a déclaré lundi le Centre de documentation sur les violations dans le nord de la Syrie (VDCNSY).
 
Le VDCNSY a souligné que la cause du décès était la mauvaise qualité des soins médicaux et le fait qu’elle n’ait pas été transférée à l’hôpital pour y être soignée.
 
La vieille femme souffrait de nombreuses maladies, dont le diabète, l’hypertension et l’insuffisance cardiaque, et l’administration pénitentiaire ne lui pas fourni de médicaments, a noté VDCNSY.
 
Le centre a indiqué que le nombre de civils qui ont été tués sous la torture dans les prisons des groupes armés pro-turcs s’élève à 150.
 
Hier, l’Organisation des droits de l’homme d’Afrin a déclaré qu’un civil d’Afrin était mort de graves tortures dans les prisons des groupes armés pro-turcs dans la région d’al-Bab, dans le nord de la Syrie.
 
Kawa Omar
 
L’organisation a publié sur son compte Facebook officiel que Kawa Omar, 32 ans, un habitant du village de Dargir, dans le district de Maabatli, dans la campagne d’Afrin, est mort à l’intérieur de la prison de Zira’a dans la ville d’al-Bab.
 
Omar, avec sa femme, a été kidnappé par la division Hamzat soutenue par la Turquie le 17 septembre 2019, accusé d’avoir des liens avec l’administration autonome kurde d’Afrin avant l’invasion du canton en mars 2018, selon l’organisation.
 
Selon l’organisation des droits de l’homme, l’épouse s’est évadée de détention il y a environ un an, après que des familles de colons ont pris d’assaut l’une des prisons de la division Hamzat, à Afrin.
 
Le 28 mai 2020, la ville d’Afrin a été témoin de combats entre la division Hamzat et le groupe Ahrar al-Sham, qui ont coûté la vie à un certain nombre de civils, poussant les familles de colons à attaquer le siège de la division Hamzat où se trouvaient huit femmes détenues. trouvé, et Rokan Manla, la femme d’Omar, était parmi elles.
 
Des sources de la famille d’Omar ont déclaré à l’organisation qu’Omar avait perdu ses capacités mentales à la suite de sévères tortures tout au long de sa détention.
 
Omar est décédé il y a environ un an, à l’intérieur de la prison de Zira’a, dans la ville d’al-Bab, sous la torture sévère des membres de la division al-Hamzat agissant sous les ordres de la Turquie, selon l’organisation.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici