Le Parlement européen demande à l’UE d’ajouter les loups gris turcs à la liste des organisations terroristes

1
1732
Le Parlement européen a appelé l’Union européenne à ajouter les loups gris, une organisation d’extrême droite turque, à sa liste des organisations terroristes, ce qui devrait aggraver les relations entre l’UE et la Turquie.
 
Dans le rapport préparé par Nacho Sanchez Amor, le rapporteur du Parlement européen (PE) sur la Turquie, le PE a exprimé ses inquiétudes concernant le groupe raciste et d’extrême droite, qui, selon lui, se développe à des niveaux inquiétants non seulement en Turquie, mais aussi dans les pays de l’UE.
 
Soulignant que le groupe est lié au Parti du mouvement nationaliste (MHP), le partenaire de la coalition gouvernementale turque, le rapport a appelé à l’ouverture d’une enquête pour interdire ses activités dans l’UE.
 
Les loups gris constituent une menace pour tous les groupes qu’il perçoit comme des opposants, principalement les Kurdes, les Arméniens et des personnes d’origine grecque, a indiqué le rapport, ajoutant que les activités du groupe devaient être surveillées de près.
 
L’organisation des loups gris est considérée comme la branche armée du MHP et au cours des années 1970 et 1980, elle a semé la terreur dans les rues de Turquie, où ses membres s’en sont pris à des opposants politiques.
 
Pendant des décennies, les loups gris se sont établis dans plusieurs pays européens, créant des réseaux de milliers de personnes et développant une forte influence dans les différentes communautés turques à travers l’Europe.
 
En novembre de l’année dernière, la France a officiellement interdit le groupe pour incitation à la discrimination et à la haine et pour avoir été impliqué dans des actions violentes. Sa décision est intervenue après que des membres du groupe ont dégradé un monument du génocide arménien et organisé des marches de «Chasse aux Arméniens» dans le pays.
 
D’autres pays européens ont également envisagé d’interdire le groupe.
 
S’exprimant au sujet du rapport susceptible d’alimenter les relations entre Ankara et l’UE, Amor a déclaré qu’il était le plus difficile jamais vu sur la situation en Turquie.
 
« C’est le rapport parlementaire le plus dur jamais réalisé sur la situation dans le pays et le reflet du recul grave et continu dans les domaines de l’état de droit et des droits de l’homme en Turquie au cours des deux dernières années », a déclaré Amor.
 
«Le rapport envoie des messages clairs à la fois à la Turquie et aux autres institutions et États membres de l’UE: sans progrès urgents dans la situation des droits de l’homme et de l’état de droit en Turquie, il ne peut y avoir d’amélioration des relations UE-Turquie.»
 
Le groupe du Parti populaire européen (PPE), le plus important du Parlement, a déclaré qu’il pensait que les négociations d’adhésion avec la Turquie devaient être «formellement suspendues si la tendance négative actuelle n’était pas inversée de manière urgente et cohérente».
 
«Tant que le président Recep Tayyip Erdoğan continuera de provoquer l’UE et ses États membres, violera l’intégrité territoriale de la Grèce et de Chypre et détournera la Turquie des normes européennes, de l’État de droit et des droits fondamentaux de l’homme, il n’y aura aucune perspective pour des relations améliorées», a déclaré un porte-parole du PPE, cité par le magazine du Parlement.
 

1 COMMENTAIRE

  1. MDR et les lavé du cerveau vont être à fond avec cette décision du parlement européen qui n’aboutira à rien .
    C’est comme si il s’attaquaient au coq de la France .😂🤣 Des vrais branquignoleils

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici