Les Juifs, la Palestine, Erdoğan et les Kurdes

0
708
Aujourd’hui, le chef de file de l’antisémitisme, c’est Recep Tayyip Erdoğan, qui a également créé l’État islamique et Al-Qaïda et entretient l’idéologie de la « Fraternité » (Frères musulmans), qui est la version arabe du nazisme. (Par Ahmet Kahraman)
 
Les Juifs ont joué un rôle important dans le développement de la civilisation. Le judaïsme, en tant que religion du prophète Moïse, est l’une des plus anciennes religions monothéistes « célestes ». Jésus, le prophète du monde chrétien, est également issu de la tribu de Moïse. Le judaïsme a de nombreux rôles importants dans la « théologie » et les « rituels » de l’Islam, ainsi que dans la Bible…
 
Mais les ennemis de ce peuple productif et créatif sont nombreux. C’est le roi babylonien Nakubudnezar qui leur a porté le plus grand coup. Les Babyloniens n’ont pas seulement « détruit » et « partagé » leur terre, ils ont exilé les gens de leur patrie vers les autres parties du monde. Les Juifs ont été déterritorialisés.
 
Les Turcs, qui accusent aujourd’hui les Israéliens de persécuter les Palestiniens, ont fait la même chose aux Arméniens, aux Grecs, aux Assyriens ce que les Babyloniens ont fait aux Juifs, et ils font la même chose aux Kurdes depuis cent ans.
 
Cependant, les Juifs étaient attachés à leurs racines. Ils ont résisté aux pressions destructrices, embrassant fidèlement leurs racines culturelles et ethniques. Dans les années 1800, ils ont planifié le retour à leur patrie.
 
À cette époque, leur pays était sous occupation ottomane. (A l’époque du sultan Abdulhamid), le slogan « A bas Israël et le sionisme » a été transmis aux défenseurs du Comité d’Union et de Progrès des Ottomans d’abord et aux kémalistes ensuite.
 
Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’immigration juive en Israël a commencé, il n’y avait plus d’Ottomans et les Turcs étaient faibles. Certains Arabes ont considéré que c’était une question de religion (oumma) et ont assiégé les Juifs.
 
Aujourd’hui, le chef de file de l’antisémitisme est Recep Tayyip Erdoğan, qui a également créé l’État islamique et Al-Qaïda et joue pour le leadership de l’idéologie « Ihvan » (Frères musulmans), qui est la version arabe du nazisme. En scandant le slogan « À bas le sionisme, vive la liberté palestinienne », Erdoğan et sa femme participent à des « rituels de pleurs » en criant sur les places qu’Israël est un État « terroriste » en même temps que son « immoralité », son « injustice » et sa « cruauté ».
 
Mais il ne se souvient jamais de ce qu’il a fait et fait aux Kurdes ; au contraire, il justifie la cruauté à leur égard.
 
Parce que tuer et assassiner en masse les Kurdes, brûler leurs villes est légitime pour lui (…). Aucune enquête n’a été ouverte pour de telles atrocités commises contre les Kurdes. Dans ce contexte, Recep Tayyip a annoncé à plusieurs reprises l’existence des Kurdes comme un danger pour la « survie de la Turquie ». Il ne cesse de donner les chiffres des Kurdes assassinés [qu’il fait passer pour des combattants du PKK] avec un rire au fond de ses yeux.
 
La première chose qu’ils ont faite dans les terres occupées du Rojava [nord-est de la Syrie] a été de déplacer les Kurdes de leurs terres natales. Leurs biens et possessions ont été confisqués. La langue, la culture et l’histoire kurdes ont été interdites dans les écoles. Dans la patrie kurde, les traces des Kurdes ont été effacées.
 
Le Kurdistan irakien a été occupé région par région. Les vignobles, les vergers, les champs sont interdits à leurs propriétaires. Que dire de plus à ces libertaires palestiniens… Tous ces événements qui arrivent aux Kurdes sont considérés comme légitimes parce que ces personnes sont des Kurdes.
 
En revanche, « la blessure des Palestiniens » est une autre question pour les Kurdes. Les Kurdes ont également payé le prix pour les Palestiniens et leur cause. Ils n’ont pas agi pour la liberté des Palestiniens parce qu’ils attendaient quelque chose en retour. Cependant, ils ne méritaient pas de tels mots : « Il n’y a pas de question kurde, nous sommes contre un État kurde », prononcés par le leader des Palestiniens Yasser Arafat. C’était inattendu car il était aussi un combattant de la libération du peuple.
 
Quant aux Juifs : Il y a aussi des Kurdes (juifs) de la religion de Moïse. Beaucoup d’entre eux sympathisent avec les Kurdes. Un des quartiers de Tel Aviv s’appelle Kurdistan. Malgré cela, l’État israélien a toujours été problématique dans la pratique. Ils ont également apporté leur soutien aux ennemis des Kurdes. Ils ont transféré des armes et des équipements de guerre aux Turcs pour leur intérêt.
 
Cependant, Israël n’est pas un « ennemi » pour les Kurdes. Israël est un État qui s’occupe de ses propres intérêts et qui met ses avantages en premier. Les Kurdes ne se positionnent pas en ennemi vis-à-vis de qui que ce soit, simplement parce qu’ils ne les ont pas aidés dans leur cause.
 
Le Hezbollah [kurde créé par l’Etat turc], qui a tué les partisans kurdes de la liberté, est affilié à l’État turc. Il est clair que les rassemblements « A bas Israël » organisés par l’Etat turc à Amed [Diyarbakır] et à Van ne sont d’aucun intérêt pour les Kurdes. Il s’agit d’une solidarité de meurtriers.
 
En guise de conclusion : Recep Tayyip Erdoğan ne sert pas la cause de la Palestine, il ne l’a jamais fait. La seule cause qu’il ait jamais servie est sa propre cause pour maintenir sa propre gloire.
 
En fait, il est allé dans son palais d’été à Marmaris pour profiter de la mer. Alors que la Palestine est dans le sang, il profite de ses vacances, nageant et prenant le soleil sur les sables apportés du Golfe d’Aden. La Palestine n’est […] qu’un matériel de propagande pour lui-même.
 
Ahmet Kahraman (La version anglaise est ici)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici