« Ils reconnaissent le génocide arménien, mais exterminent les Kurdes »

1
479

Le jour où les Etats-Unis ont reconnu officiellement le génocide arménien, la Turquie a débuté une nouvelle opération militaire dans la région kurde d’Irak. Sachant que la veille, Joe Biden avait téléphoné à Erdogan et que « les deux dirigeants sont convenus du caractère stratégique de la relation bilatérale et de l’importance de travailler ensemble à bâtir une coopération plus étroite sur les sujets d’intérêt mutuel », déclarait la présidence turque dans un compte rendu de la conversation, l’attaque turque contre le Kurdistan du Sud a certainement reçu le feu vert de Biden.

Le vice-directeur de l’Académie de la politique et de la pensée démocratique du Kurdistan du Sud, Kamiran Barawari a déclaré que l’attaque de l’occupation turque contre les bases du PKK s’inscrit dans le cadre d’un plan global auquel participe l’Etat conspirateur contre le peuple kurde. Il a également appelé les forces du Kurdistan du Sud à prendre une position ferme contre ces attaques.

Kamiran Barwari a parlé à l’Agence de presse Hawar (ANHA) de l’évolution générale de la situation au Kurdistan, des attaques de l’État d’occupation turc contre les zones de défense légitime, ainsi que du plan visant Şengal (Shengal).

Le but est d’occuper le Kurdistan

Kamiran Berwari a noté que cette attaque s’inscrivait dans le cadre d’un plan global visant les Kurdes et le Kurdistan, et a déclaré : « L’objectif régional, international et local de ces attaques est de réoccuper complètement le Kurdistan et de mettre fin aux acquis du peuple kurde. » Berwari a appelé les forces du Kurdistan du Sud à adopter une position ferme contre ces attaques.

Kamiran Berwari a déclaré que « Les ennemis et les occupants du Kurdistan, les pays conspirateurs qui ont participé au complot de 1999, sont tous d’accord sur cette idée. L’appel téléphonique entre le président américain Joe Biden et Erdogan, la réunion que le secrétaire d’État américain a tenue avec les forces du Kurdistan du Sud, la déclaration américaine sur l’attribution de récompenses à ceux qui fournissent des informations sur les dirigeants kurdes, les attaques de Şhengal et de Qamishlo, le fait de permettre à l’État turc d’occuper le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, les Balkans, la Russie et de nombreux autres pays, tous ces événements ne sont pas sortis du néant. Ils ont été planifiés. Le PKK est considéré comme le principal obstacle à la réalisation de tous ces plans, car le PKK exige un Kurdistan libre. »

D’abord Shengal, le Kurdistan du Sud ensuite

Conformément aux termes de l’accord d’occupation de Shengal, signé entre le PDK et le gouvernement irakien, les forces irakiennes ont tenté d’entrer dans Shengal. Mais elles se sont heurtées à la résistance des habitants de la région. Selon Berwari, le plan d’occupation comprend l’occupation de Shengal d’abord et du Kurdistan du Sud ensuite, et Barwari a ajouté à ce sujet : « Leur premier objectif est Shengal et le Kurdistan du Sud, le Rojava et l’élimination des entités existantes là-bas. Ces forces associées aux occupants ne veulent pas réaliser l’unité kurde. Les forces politiques du Kurdistan du Sud doivent se revoir et penser que l’ennemi et les occupants du Kurdistan ne les soutiendront en aucune façon. Ceux qui commettent une trahison seront victimes de leur trahison. »

Ils ont reconnu le massacre des Arméniens, mais exterminent les Kurdes

Après l’appel téléphonique entre Joe Biden et Erdogan, l’État turc a lancé son attaque contre le Kurdistan du Sud; ce n’était pas une simple coïncidence, et cela a soulevé des questions quant à savoir si l’Amérique avait donné son feu vert à cette attaque. Concernant la position américaine sur cette question, Barwari a déclaré : « Nous espérons que Joe Biden ne déformera pas sa réputation devant l’humanité libre, les révolutionnaires et le peuple kurde. Et la nouvelle administration américaine ne sera pas entraînée dans les plans de l’État turc. Il a été pris par l’administration américaine et le reste du monde, d’une part ils reconnaissent le génocide arménien, et d’autre part, ils acceptent de génocider le peuple kurde. Le génocide arménien est un crime majeur commis par l’État turc et l’humanité. Si l’humanité n’est pas loyale envers les Arméniens, elle n’a aucun sens. Le peuple kurde est actuellement dans la même tranchée que les Arméniens. Nous devons renforcer l’unité politique et diplomatique entre les Arméniens, les Kurdes, la Grèce et le reste des autres peuples qui ont été touchés par l’Empire ottoman.

Si l’administration de M. Biden commet la même erreur que les administrations de George W. Bush, Barack Obama et Donald Trump, une opposition pourrait se manifester en Amérique. L’administration américaine devrait soutenir un Kurdistan libre et une entité démocratique dans toutes les régions du Kurdistan. Les Kurdes ne peuvent pas vivre dans cet état actuel. »

Le Pentagone et l’OTAN devraient prévenir la Turquie contre cette attaque

Barwari a également évoqué le silence du gouvernement de la région du Kurdistan du Sud et du gouvernement irakien, qualifiant cette situation de « grande catastrophe », et a ajouté : « Si les partis du Kurdistan du Sud ne clarifient pas leur position, cela signifie qu’ils suivent la voie de la trahison. L’État turc n’a jamais mené d’attaque en s’isolant de l’Amérique, et il ne peut pas non plus lancer une attaque pour occuper un pouce sans l’Amérique. Il est du devoir de l’OTAN et du Pentagone de prévenir l’État turc, d’empêcher la Turquie d’utiliser ses armes contre le peuple kurde. L’État turc attaque dans le but d’éliminer le peuple kurde. L’État turc n’a pas laissé de frontières entre le Kurdistan du Nord et du Sud et entre l’Irak et la Turquie. Par conséquent, le peuple kurde est obligé d’être à côté d’Imrali, de Qandil et de la guérilla. Il n’y a pas d’autre front pour défendre les acquis des Kurdes et du Kurdistan.

Si les forces armées du Kurdistan du Sud ne prennent pas position contre cette occupation, le résultat sera une révolution complète dans tout le Kurdistan du Sud. (…) ».

La déclaration américaine vise tous les Kurdes

Le département d’État américain a publié un avis de recherche contre trois dirigeants du PKK. A ce sujet, Berwari a déclaré que cette déclaration vise tous les Kurdes, ajoutant : « La déclaration signifie le consentement au meurtre de tous les Kurdes dans le monde. Parce que les trois dirigeants kurdes se battent pour le bien des Kurdes, du Kurdistan, de la paix, de la liberté et de la démocratie. La place de ces leaders est connue, elle est dans le cœur du peuple kurde. Tuer les 3 leaders du PKK qui n’ont fait aucun mal à l’Amérique ou à la politique de l’OTAN, constitue un accord pour tuer l’humanité. »

ANHA

1 COMMENTAIRE

  1. Ils ont reconnu le massacre des Arméniens, mais pas celui des Grecs; il est encore plus important sur le plan culturel. Ils ne reconnaissent pas l’appropriation des biens, effacent les noms et détruisent le patrimoine. La fin du génocide a été conclu grâce à l’Accord d’Angora, le 20 octobre 1921, avec la France et la Banque Lazard, en échange d’une bouchée de pain et d’une ligne de chemin de fer.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici