La leçon de démocratie d’un maire italien à l’ambassadeur de Turquie à Rome

0
642
De nombreuses villes italiennes ont décerné la citoyenneté d’honneur au chef kurde Abdullah Öcalan. Cela déplaît à l’Etat turc. Maire de Rende, Marcello Manna éclaire l’ambassadeur de Turquie à Rome sur les principes d’une société démocratique.
 
Début avril, la ville italienne de Rende, dans la région de Calabre, a nommé Abdullah Öcalan citoyen d’honneur. Ce faisant, le conseil municipal a rendu hommage au modèle de société alternatif proposé par Öcalan et a dénoncé le mépris des droits de l’homme en Turquie. L’ambassadeur de Turquie à Rome, Murat Salim Esenli, a réagi immédiatement, écrivant au maire Marcello Manna pour qualifier cet hommage de « soutien au terrorisme ».
 
Manna a partagé la lettre de l’ambassadeur de Turquie sur son compte Facebook et a répondu publiquement. Il a déclaré que l’attribution de la citoyenneté honoraire à Abdullah Öcalan ne consistait pas à « soutenir le terrorisme et encore moins à le légitimer. Öcalan est un leader pour le peuple kurde et n’apparaît dans aucune liste officielle avec cette désignation », écrit Marcello Manna qui poursuit :
 
« Öcalan a toujours opté pour la recherche constante, voire unilatérale, d’une solution pacifique au conflit. Pendant vingt-deux ans, il a payé sa lutte inlassable pour défendre les droits de son peuple par un emprisonnement sévère, qui pendant seize ans est devenu l’isolement cellulaire-torture reconnu comme une violation du droit international ainsi que du droit turc lui-même. Ce n’est certainement pas un hasard si la communauté occidentale lui attribue le mérite de l’implication de première ligne de la milice kurde dans la guerre contre l’EI depuis 2013 à nos jours, comme la seule force terrestre au sein de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.
 
En attribuant la citoyenneté d’honneur à Öcalan, nous voulions mettre en évidence la question du processus d’autodétermination du peuple kurde, un problème que nous connaissons historiquement depuis la Seconde Guerre mondiale et que notre pays a surmonté grâce aux luttes partisanes et à la réalisation de la démocratie, principes contenus dans notre Charte constitutionnelle. Dans une société démocratique, pluraliste, écologique, féministe et libérale, les droits civils et les droits des individus et des minorités ethniques doivent être universellement reconnus et garantis.
 
En fait, nous avons l’habitude de discuter et de ne pas imposer les principes d’égalité entre les sexes et de respect des différences. Nous sommes arrivés au troisième millénaire, qui est l’ère des droits non seulement pour l’Italie mais aussi pour tous les autres pays du monde. Rende travaillera toujours pour protéger les droits humains et l’égalité entre les peuples », a déclaré le maire Marcello Manna.
 
En Italie, de nombreuses villes et municipalités ont déjà déclaré Abdullah Öcalan citoyen d’honneur, notamment Palerme, Naples, Palagonia, Reggio Emilia, Riace, Martano, Pinerolo, Castel de Giudice, Castel Bottaccio, Berceto, Cinquefrondi et Fossalto. En mars 2020, le gouvernement turc avait vivement réagi à la nomination d’Öcalan en tant que citoyen d’honneur de Fossalto, exprimant son espoir que les autorités italiennes considéreraient cela comme une « collaboration avec le PKK ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici