ROJAVA. Contre toute attente, une économie stable en Syrie

0
804
SYRIE / ROJAVA – Malgré la réduction drastique par la Turquie du débit du fleuve Euphrate desservant la Syrie du Nord et l’embargo total, l’administration kurde du Rojava maintient son économie à flot, grâce notamment aux coopératives dans lesquelles les femmes tiennent une place centrale.
 
Un article daté de mars 2021 revient sur les viviers de l’économie du Rojava en proie aux menaces et attaques des forces islamo-turcs et les pression du régime syrien soutenu par la Russie. 
 
Ceux qui ont suivi la guerre civile syrienne sont susceptibles de reconnaître l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) comme un allié clé de la coalition dans la lutte contre DAECH. Bien que cela soit certainement vrai, cette focalisation singulière a éclipsé le fait qu’une profonde transformation se produit également dans la société civile, une transformation qui répare des décennies d’injustice économique dans les zones minoritaires (kurdes, assyriennes, turkmènes, etc.) du nord et de l’est de la Syrie.
 
Les populations du nord et de l’est de la Syrie ont historiquement été soumises à des politiques continues de dépossession et de sous-développement économique. À la suite de la déclaration officielle de la Syrie en tant que République arabe lors du référendum constitutionnel de 1961, un processus de recensement/réforme agraire a été entrepris, privant délibérément un grand nombre de Kurdes de leur identification officielle et les reclassant comme des personnes « non enregistrées » ou « étrangères ». En plus de se voir refuser l’accès aux services de base, les victimes de cette politique n’ont pas pu suivre une éducation formelle, posséder des biens, obtenir un emploi professionnel ou participer à la vie politique.
 
Ces formes directes de dépossession ont été aggravées par une politique délibérée de monoculture et de dépendance. La Syrie du Nord et de l’Est a été transformée en grenier à blé pour le reste du pays, réduisant la diversité agricole et se concentrant sur l’orge et le blé – des cultures connues pour éroder la qualité des sols et les rendements, à moins que les cultures ne soient alternées.
 
Plus récemment, la production d’olives dans le canton occidental d’Afrin a été une autre culture historique majeure, mais avec l’occupation turque, les huiles d’olive d’Afrin, les célèbres savons et autres produits ont été largement pillés et ré-étiquetés comme produits de la Turquie – à hauteur de 80 millions dollars américains perdus par récolte.
 
Les ressources les plus importantes du nord et de l’est de la Syrie sont les puits de pétrole, qui pourraient fournir des revenus réguliers dans le cadre d’une future économie intégrée. Cependant, l’État syrien a délibérément maintenu les raffineries et les équipements de traitement à l’intérieur du pays, garantissant ainsi la dépendance vis-à-vis du gouvernement syrien.
 
Face à une économie de guerre et à d’énormes obstacles historiques, il est remarquable que l’AANES ait pu créer l’une des économies les plus stables et autosuffisantes du pays. Grâce à des structures telles que les comités de femmes et les conseils économiques, des voies de microcrédit et de formation professionnelle ont été créées, permettant la création de nombreuses nouvelles entreprises allant de l’agriculture et de l’élevage au recyclage, en passant par les organisations de grossistes. Des académies ont été créées pour combler les lacunes en matière d’accès à l’éducation, formant les jeunes à tout, de l’agronomie à la théorie économique – nouvellement disponibles dans des langues supprimées et à un coût minimal.
 
Ces innovations menées par les citoyens ont donné à de nombreuses femmes, en particulier, leur premier accès à des revenus indépendants, renforçant ainsi leur capacité à participer à la société et à la politique, tout en démocratisant la main-d’œuvre. Elles ont également eu un impact important sur la durabilité, en ramenant dans l’agriculture locale des produits comme les fruits, qui ne faisaient traditionnellement pas partie du plan de développement basé sur la dépendance. L’écologie, un pilier du contrat social d’AANES, est également au cœur de ces nouvelles entreprises, qui demandent l’intégration de la production d’aliments de base avec le recyclage biodynamique, le recyclage des déchets comme engrais et les techniques agricoles écologiques.
 
Nombreux sont ceux qui pensent que c’est en grande partie grâce à l’une des nouvelles initiatives, la coopérative de grossistes Hevgirtin, que les spéculateurs ont été évincés et que les prix sont restés suffisamment stables pour permettre aux jeunes initiatives économiques de prospérer et de continuer à fournir des biens et des services essentiels.
 
Cependant, l’innovation locale ne peut résoudre qu’une partie des problèmes. L’AANES doit faire face à de nombreux défis à court terme si la communauté internationale ne lui vient pas en aide. Les invasions de la Turquie se sont accompagnées d’une guerre économique, non seulement sous la forme de pillages et d’expropriations, mais aussi de pratiques plus sinistres comme la fermeture des frontières, l’allumage d’incendies et la manipulation des réserves d’eau au nord de la frontière – menaçant l’agriculture de l’AANES en aval. Seule une pression internationale intelligemment appliquée peut permettre d’atteindre des objectifs tels que l’ouverture des frontières pour l’exportation/importation et la prévention de la militarisation de l’eau.
 
Malheureusement, l’approche actuelle de la communauté internationale vis-à-vis du nord et de l’est de la Syrie est tout sauf « intelligente ». L’AANES, non reconnue officiellement comme une administration autonome, est soumise aux mêmes sanctions que le gouvernement syrien, malgré ses efforts pour construire une alternative démocratique à l’autocratie autoritaire du président Assad.
 
La livre syrienne a été rapidement dévaluée, atteignant de nouveaux planchers le mois dernier. Les matériaux et équipements essentiels ne peuvent être ni échangés ni expédiés. Les grandes puissances, qui prennent des risques dans le conflit syrien, n’ont pas voulu insister sur la reconnaissance formelle du projet démocratique de l’AANES, que ce soit lors des pourparlers de paix ou en tant qu’acteurs économiques. Cette reconnaissance est vitale pour faire progresser la coopération sur les questions transfrontalières, notamment la production et la vente de réserves pétrolières dans des conditions écologiques sûres et optimales.
 
Ces facteurs macroéconomiques ne peuvent être abordés que par la communauté internationale, en commençant d’abord et avant tout par le leadership des États-Unis. Une législation comme la S2641 au Sénat, une variante du Congrès de la « loi de soutien aux Kurdes », serait un excellent début. En différenciant l’AANES du gouvernement syrien, en sanctionnant la Turquie pour son occupation et sa déstabilisation de la région, en assumant la responsabilité des prisonniers DAECH et en étendant l’aide humanitaire, les États-Unis feraient un premier pas important vers la normalisation.
 
La démocratie, il faut le rappeler, ne sera finalement pas encouragée par la force des armes, mais par sa capacité à créer une société prospère dans la vie quotidienne. L’AANES a pris de nombreuses mesures prometteuses pour construire cette base démocratique, un accomplissement dans une région longtemps considérée par l’Occident avec suspicion et cynisme. Les intérêts des puissances mondiales ont trop souvent occulté les réels progrès réalisés sur le terrain par la gouvernance de l’AANES. L’histoire la plus importante est peut-être que, à partir de la tragédie de la guerre, les graines sont plantées non seulement pour une économie pluraliste, féministe et démocratique, mais aussi pour une société démocratique. Ce serait la tragédie ultime si cette vision elle-même était étouffée par une politique à courte vue et un manque de volonté politique.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici