L’Iran assimile les Kurdes via son « soft power »

0
370
IRAN / ROJHILAT – Le régime iranien modifie les caractéristiques des Kurdes du Kurdistan de l’Est et utilise une politique d’assimilation en utilisant son « soft power » alors qu’en parallèle, il écrase dans le sang la moindre résistance kurde qui tente de protéger la culture et l’identité kurde.
 
Les politiques assimilationnistes de l’Iran sont appliquées avec beaucoup de « finesse ». La destruction écologique, le génocide culturel, les attaques contre les valeurs historiques et l’identité kurde sont introduits par des méthodes assimilationnistes.
 
S’adressant à l’ANF, Efruz Feruhzade du village de Bahramabad a déclaré ce qui suit sur les politiques assimilationnistes de l’Iran : « Les caractéristiques du peuple kurde dans la région ont été étudiées et une politique de remodelage de l’identité kurde par le soft power a été suivie. Les politiques de l’Iran ne sont pas basées sur un simple déni. L’Iran donne certaines opportunités aux gens en les gardant sous contrôle. Par exemple,(…) il existe des publications dans différentes langues au niveau local et national. Les minorités peuvent vivre leur propre culture et leurs activités artistiques jusqu’à un certain point, mais elles ne sont pas autorisées à faire de la politique et sont sous le contrôle et la supervision de l’État. En d’autres termes, l’Iran trompe le peuple avec une politique prudente. Il continue à dire aux Kurdes : « Vous avez [des droits], vous avez toutes les possibilités, alors taisez-vous ». Cette situation est une illusion. »
 
L’identité perse est idéalisée
 
« L’Iran popularise l’identité perse et la présente comme un modèle idéal. Il n’y a pas d’école officielle en langue kurde, il n’y a pas d’éducation dans la langue maternelle. La langue kurde devient progressivement persane. L’État iranien rend insidieusement les Kurdes enclins à l’identité persane. (…) »
 
Les médias au service de l’assimilation
 
« L’Etat iranien a mis en place des chaînes de radio et de télévision spécifiques à chaque région pour tromper les Kurdes, qui ont le plus fort pouvoir d’opposition. Bien que les chaînes de télévision essaient de parler la culture et la langue de cette région, elles font en réalité la propagande de l’Etat. Des danses kurdes et des chansons kurdes peuvent être vues/entendues à la télévision et à la radio. Les nouvelles sont données en kurde. En bref, la radio fait toute la propagande de l’État dans différents dialectes kurdes. De cette façon, la réaction du public est affaiblie. La politique principale de l’Iran est d’essayer d’obtenir des résultats en parlant à ses citoyens avec une politique très sophistiquée. En fait, cela détruit la volonté politique. »
 
Promotion des mariages des jeunes / mineurs
 
« Une jeunesse rebelle et résistante est toujours dangereuse pour l’Iran. Une façon d’éloigner les jeunes de ces pensées est de les rendre dépendants de l’État en leur ouvrant la voie au mariage à un âge précoce. Cela les rend dépendants de l’État. L’Iran accorde des prêts pour le mariage. C’est pourquoi les médias soulignent constamment que le mariage précoce est une loi de la charia, que le mariage doit être développé et que s’il ne l’est pas, c’est un péché. Les familles font pression sur leurs enfants pour qu’ils se marient. »
 
Politiques de régions spéciales
 
« Des endroits comme Sînê (Sanandaj), Kermanshah et Urmia font partie des régions sur lesquelles l’État se concentre. Sine a été choisie comme cible principale. Pendant la résistance du Komala [parti armé kurde], Sine était dominée par le Komala. En d’autres termes, c’est le centre de la révolution et de la littérature kurde. Les grands révolutionnaires sont sortis de là, mais c’est l’un des endroits les plus marginalisés aujourd’hui. L’Iran essaie par tous les moyens d’éloigner les habitants de Sînê de la kurdicité. »
 
L’Iran est préoccupé par le PJAK
 
« Les habitants de Rojhilat (Kurdistan oriental) sont des gens patriotiques. Ils avaient l’habitude d’avoir un patriotisme émotionnel, mais maintenant, avec l’organisation du Parti de la Vie Libre du Kurdistan (PJAK), la conscience politique et idéologique de la population augmente de jour en jour. L’engagement envers le PJAK augmente. C’est pour cette raison que l’État fait de la propagande contre l’organisation du PJAK auprès du peuple. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici