TURQUIE. Newroz, ou trouble nationaliste post-traumatique

0
627
Quand le régime turc a compris qu’il ne pouvait faire disparaitre la célébration de Newroz par les Kurdes avec des interdictions et la répression, il a essayé de le récupérer en déclarant que ceci était en réalité une fête turque et qu’elle s’appelait Nevruz (les lettres, w, x et q étant interdites car elles existent dans l’alphabet kurde). Le journaliste Zafer Yoruk revient sur cette tentative de récupération d’une fête kurde par la Turquie en expliquant la différence entre le Newroz kurde et le Nevruz turc (ou névrose symptomatique).
 
Newroz est une fête vieille de plusieurs millénaires en Asie centrale [en en Mésopotamie] qui coïncide avec l’équinoxe de mars, traditionnellement célébrée principalement par les peuples perse et kurde. Pour l’identité collective des Kurdes, Newroz – au-delà du début du printemps – a une signification mythologique, c’est-à-dire symbolique, culturelle et par conséquent politique.
 
Jusqu’à ces dernières décennies, la date du 21 mars ne signifiait pas grand-chose pour la majorité de la population turque. Mais depuis le milieu des années 1980, parallèlement au renouveau kurde, Newroz a commencé à être célébré en masse par les Kurdes de Turquie, qui étaient en train de découvrir leur «passé glorieux» longtemps oublié. On aurait dit qu’une tradition avait été découverte et réinventée avec de nouvelles connotations en ligne avec ce que l’historien britannique Eric Hobsbawm a souligné comme les principales caractéristiques d’un renouveau national. Hobsbawm a affirmé que toutes les nations sont généralement construites grâce à la revitalisation de traditions longtemps oubliées dans les temps modernes. Les élites modernes ont «inventé» ou «imaginé» des nations en découvrant des pratiques longtemps oubliées, qui avaient généralement un caractère rituel et symbolique. Ces pratiques insinuent une continuité naturelle avec un passé convenable et visent à inculquer certaines valeurs et normes de comportement par la répétition. La découverte par les Kurdes de Turquie de leur «passé glorieux» à travers les rituels de Newroz serait considérée comme un cas typique.

Sous cet abri symbolique, un conflit armé s’intensifiait entre les forces de sécurité turques et les unités de guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), parallèlement au développement d’un mouvement politique kurde à la fois dans les provinces kurdes du sud-est de la Turquie et dans les grandes villes, un événement majeur dont les célébrations annuelles de Newroz. De nombreux livres ont été publiés sur la culture et l’histoire kurdes dans lesquels la légende de Newroz a joué un rôle important. Une variété de symboles particulièrement kurdes, y compris les couleurs kurdes (jaune, vert et rouge); chansons en kurde; Sheikh Said et Seyyid Riza – les dirigeants régionaux qui se sont révoltés contre Ankara – en martyrs kurdes; Abdullah Öcalan en tant que chef de la nation et le mythe de Kawa fleurissaient dans tout le pays.

Le gouvernement turc a dès le départ considéré ce renouveau comme une question de contre-insurrection, imposant des mesures punitives pour supprimer toute expression culturelle ou politique de l’identité kurde. Parmi ces expressions, toute tentative de manifestation le jour de Newroz a été réprimée par la violence. Au mépris des interdictions, les Kurdes ont constamment tenté en nombre croissant de célébrer Newroz en allumant des incendies au sommet des collines et des manifestations de masse sur les places urbaines.

« Nevruz » ou névrose

Incapables de faire face à la popularité croissante des manifestations de Newroz, les autorités ont révisé leur approche du pôle opposé, réalisant soudain que leurs cousins ​​turcs d’Asie centrale avaient des vacances de printemps appelées « Nevruz ».

En mars 1995, le Premier ministre turc de l’époque, Tansu Çiller, a annoncé que non pas «Newroz», mais «Nevruz» était en fait une fête turque et serait officiellement célébrée à Ankara et dans les provinces kurdes. Des cérémonies ont été organisées avec les représentants des «républiques turques» d’Asie centrale pour marquer le «jour sublime de la nation». Les couleurs nationales kurdes – rouge, jaune et vert – dont le port est toujours considéré comme un crime politique, sont désormais déclarées «couleurs turques». Depuis lors, le Nevruz officiel a été observé avec des défilés militaires, des incendies officiels à Nevruz et des cérémonies soulignant à quel point la nation turque était grande et sublime. Le ministère de la Culture a parrainé des volumes de livres, dans lesquels les vacances à Nevruz sont glorifiées comme une tradition turque vieille de plusieurs siècles.

Au-delà de cela, «Nevruz» n’était pas simplement une fête de printemps, mais le jour où l’événement mythologique fondateur de la nation turque, Ergenekon, s’était produit dans l’histoire, tout comme le mythe Kawa des Kurdes. Selon la mythologie turque, «  l’âge d’or  » des Turcs dans leur abîme imaginaire, Ergenekon, s’est terminé par la famine et la traite, ce qui a conduit un quincailleur parmi eux à fondre la montagne afin d’ouvrir un passage à la recherche de nouvelles terres. Reflétant cette légende, dans un message aux écoliers, le ministère de l’Éducation a déclaré le 20 mars 1996: «Nevruz est une fête turque. Son origine est Ergenekon. Nos ancêtres ont célébré ce jour pendant de nombreux siècles comme le jour d’Ergenekon».

Lorsque l’identité kurde est niée, mais que le déni de New (v) ro (u) z devient impossible à soutenir, la seule façon de se réconcilier avec la réalité est l’introjection. Elle devient une partie du folklore turc et un mythe des Turcs, puisque l’identité kurde interdite et donc officiellement inexistante ne peut pas avoir de folklore, mythe ou tradition en tant que tel. Il s’agit ici d’un aspect du nationalisme, qui ressemble beaucoup à un symptôme névrotique, c’est-à-dire au-delà de l’imagination d’Hobsbawm. Il convient néanmoins de noter qu’Hobsbawm a fait la distinction entre l’adaptation des traditions existantes à de nouvelles situations et l’invention consciente de traditions essentiellement «inexistantes» pour répondre à de nouveaux besoins. Cette distinction peut expliquer la différence entre le Newroz kurde et le Nevruz turc (ou névrose symptomatique).

En regardant en arrière sur les deux décennies et demie de ces manifestations officielles du trouble narcissique, le tout ressemble à une farce, avec le gouverneur de la province de Diyarbakır et des bureaucrates locaux en costume sautant par-dessus un feu de camp chaque année pour effectuer un rituel «purement turc». Les tentatives soutenues de turquifier le mythe de Newroz en tant que «nevruz» se sont soldées par un échec.

Mythe et envie

La définition de l’envie dans la théorie psychanalytique est le sentiment de colère que «l’autre» possède et jouit de quelque chose d’autre désirable, souvent accompagné d’une impulsion à l’enlever ou à le gâcher. Melanie Klein observe que les impulsions envieuses, de nature sadique, conduisent aux manifestations de destructivité primaire dans la psyché humaine. Du point de vue de Klein, le rassemblement Newroz 2013 à Diyarbakır et le cours des événements qui ont suivi peuvent être considérés comme un cas typique de désordre envieux.

L’un des rassemblements les plus remarquables de Newroz a été le rassemblement de Diyarbakır en 2013, où une lettre du dirigeant kurde emprisonné Abdullah Öcalan a été lue, en turc et en kurde, depuis la scène par les députés pro-kurdes du HDP, déclarant un cessez-le-feu qui comprenait la fin de la lutte armée du PKK. La déclaration d’Öcalan qui promettait le début de la paix est intervenue après de longues négociations entre le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan d’un côté et les députés du HDP de l’autre, qui représentaient également à la fois Öcalan et les dirigeants du PKK basés dans le nord de l’Irak.

L’accord de paix, cependant, ne tiendrait pas longtemps: suite à la victoire du HDP aux élections de juin 2015, Erdoğan a déclaré une nouvelle guerre aux Kurdes. Depuis lors, les villes et villages kurdes ont été soumis à des opérations militaires, notamment des destructions sous les tirs de chars et d’artillerie. Des centaines d’hommes politiques et d’activistes kurdes, y compris des dirigeants pro-kurdes du HDP et des maires élus des villes kurdes ont été emprisonnés pour «terrorisme». La guerre d’Erdoğan avait également un caractère transfrontalier, visant à éliminer l’entité kurde émergente dans le nord de la Syrie.

L’incendie de Newroz, cependant, n’a cessé de croître chaque année, avec une plus grande participation en masse dans les centres provinciaux kurdes et les places des grandes villes, notamment Diyarbakır et Istanbul, entre autres. Le Newroz de cette année n’a pas seulement déclenché l’agression envieuse annuelle habituelle, mais il est également arrivé lorsque le souvenir frustrant du traumatisme de la gare était encore frais dans la psyché officielle turque. Par conséquent, la réaction turque à Newroz a été trop agressive.

Mercredi dernier, le parlement turc s’est réuni pour déclarer la suppression du statut de député d’Ömer Faruk Gergerlioğlu du Parti démocratique des peuples (HDP). Le même jour, un acte d’accusation exigeant la fermeture du HDP pro-kurde et l’interdiction de plus de 600 membres du parti de la politique a été émis par le procureur de la Haute Cour. Gergerlioğlu, qui a refusé de quitter le bâtiment du parlement, a été expulsé de force aux premières heures du 21 mars. La nuit précédente, le président Erdoğan a résolu par lui-même pour retirer la Turquie de la Convention d’Istanbul de la Commission européenne de 2012, qui régit la protection juridique des femmes et des filles contre la violence. L’anxiété de Newroz de cette année, semble-t-il, ne vise pas seulement l’identité kurde mais aussi les femmes, ce qui indique les forces dissidentes les plus redoutées du régime autoritaire d’Erdoğan.

Newroz est un mythe important et un symbole concret de la lutte démocratique des femmes et des hommes kurdes et turcs.

 
La version anglaise est ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici