TURQUIE. L’avocate kurde, Eren Keskin reçoit le prix « Paix, amitié et démocratie »

0
525

TURQUIE / BAKUR – Avocate kurde défendant les droits humains, Eren Keskin a reçu le « Prix de la paix, de l’amitié et de la démocratie » de l’Association médicale de Diyarbakır pour ses années de travail contre la violence faites aux femmes alors qu’elle est persécutée par la « justice » turque qui veut la condamner à plusieurs dizaines d’années de prison pour sa lutte acharnée en faveur des droits humains.

L’Association médicale de Diyarbakır a décerné à l’avocate des droits humains Eren Keskin le « Prix de la paix, de l’amitié et de la démocratie » pour ses années de travail contre la violence envers les femmes. Depuis les années 1990, connues comme « les années sombres » surtout pour la société kurde, Keskin s’est engagée à aider les victimes de violences sexuelles et de viols, à lutter contre le racisme et la discrimination et à faire en sorte que les droits de l’homme soient valables pour tous, partout, selon le communiqué de l’Association médicale de Diyarbakir (Amed).

L’Association médicale de Diyarbakir décerne le prix de la paix, de l’amitié et de la démocratie depuis 1995. Eren Keskin, qui est également co-présidente de l’Association des droits de l’homme (IHD), l’a reçu samedi avec le slogan « Jin, Jiyan, Azadî » (Femmes, Vie, Liberté) et le slogan « La lutte continue ». Le jury avait déjà annoncé le lauréat de cette année en février. Ce samedi, la cérémonie de remise des prix a eu lieu dans les salles de conférence de l’Association du Barreau de Diyarbakir. Dans le public étaient assises plusieurs personnalités politiques, des arts et de la société civile, notamment des membres du parti HDP et des militantes de l’initiative des Mères de la Paix.

Message du maire déchu d’Amed actuellement en prison 

La cérémonie a commencé par un moment de silence pour tous les travailleurs de la santé qui ont perdu la vie en service. Le discours d’ouverture a été prononcé par Elif Turan, présidente de l’Association médicale. Turan a d’abord salué le maire destitué d’Amed actuellement en prison, Adnan Selçuk Mızraklı, et l’ancien député HDP Idris Baluken. « La démocratie est essentielle pour la santé et la paix. La paix et la démocratie sont une condition préalable aux valeurs médicales universelles », a déclaré Mme Turan. Elle a ensuite lu un message de Mızraklı. Le politicien de 58 ans, qui est médecin de profession, est en prison depuis octobre 2019. En mars 2020, il a été condamné à neuf ans et quatre mois et demi de prison pour « appartenance à une organisation terroriste armée. » Dans son message, Mızraklı a rappelé les nombreux travailleurs de la santé qui sont morts à la suite de la pandémie du coronavirus en Turquie et a souligné l’importance de renforcer la confiance et le bien-être du public maintenant. »

La région kurde est traversée par une vague de désobéissance

Dans son discours, Eren Keskin a évoqué les trente dernières années de sa vie, au cours desquelles elle a toujours plaidé pour la fin des violations des droits humains en Turquie. Revenant sur les années 1990, la femme de 61 ans a décrit la structure de l’État à laquelle elle avait affaire à l’époque : « Nous savions qu’il existait un pouvoir en dehors de l’appareil gouvernemental, nous savions tous qu’il y avait du militarisme. Nous étions conscients de ces structures, mais les gouvernements niaient leur existence.

Aujourd’hui, nous sommes face à un État qui admet ouvertement ses actes. C’est l’idéologie officielle de la synthèse turco-islamique qui persiste depuis le génocide arménien et nous fait sentir son existence à tout moment. Cette idéologie a été si profondément intériorisée qu’aujourd’hui, même la société ressemble à l’Etat. Nous sommes confrontés à un racisme qui est devenu habituel », a déclaré Keskin.

Faisant remarquer que le monde a toujours été changé par ceux qui luttent et résistent, Keskin a déclaré au sujet de la région kurde de Turquie : « Je crois qu’il y a une nervure de désobéissance qui traverse la région. J’ai une grande confiance dans cette nervure principalement kurde. Donc, notre devise est : la lutte continue. Il n’y a pas d’autre alternative de toute façon. Nous avons besoin les uns des autres ».

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici