Quand Erdoğan dévoile un « plan d’action pour les droits humains »

0
576
TURQUIE – Le 2 mars dernier, Erdoğan, a dévoilé un « plan d’action pour les droits humains » composé de 11 principes. Annonce qui ressemble à une manouvre en vue des prochaines élections a fait rire jaune les Kurdes et les défenseurs des droits humains qui sont eux-mêmes persécutés par le régime turc.
 
« Les principaux déterminants dans l’élaboration du plan d’action pour les droits de l’homme de la Turquie étaient les besoins et les demandes de la population », a déclaré le président turc et chef du Parti de la justice et du développement (AKP), Recep Tayyip Erdogan.
 
« Le contenu du plan ne peut pas être respecté car il s’agit d’un texte visant à légitimer les tentatives du gouvernement pour une nouvelle constitution et d’autres mesures politiques et juridiques », selon l’avocat Mehmet Cemil Ozansü.
 
Le contenu du plan est familier et « loin d’être convaincant », a-t-il dit, ajoutant que la partie la plus frappante de celui-ci était la section sur « l’islamophobie ».
 
Recep Tayyip Erdoğan a déclaré qu’une nouvelle législation serait adoptée sur l’islamophobie et les crimes de haine.
 
« Les développements qui constituent des discours / crimes de haine tels que l’islamophobie et la xénophobie seront suivis aux niveaux national et international et des rapports périodiques seront préparés. Une nouvelle réglementation sera introduite dans le Code pénal turc sur la discrimination et l’islamophobie », a-t-il dit.
 
Le «nouveau crime de haine» du nouveau régime

« Il a insisté avec insistance sur l’islamophobie dans son discours. C’est une indication que le nouveau régime politique islamiste fera des ajouts de crimes politiques au code pénal. Apparemment, l’accusation de « provoquer l’inimitié et la haine du public » sera rendue plus courante.
 
Le texte annoncé est un simple texte de propagande dont le contenu ne peut être respecté. Par conséquent, l’accent mis sur les crimes de haine présente le danger que des punitions« morales »puissent être imposées sous un pouvoir dirigeant religieusement religieux.
 
Dans ces circonstances, des sanctions conformes à la politique basée sur la religiosité peuvent être appliquées. Je vois que l’application de la loi pénale sera éloignée de l’idée de liberté », a déclaré Ozansü.
 
Le calendrier du plan

L’avocat a déclaré que « Le but ultime du texte a été annoncé comme une nouvelle constitution. Quoi qu’il en soit, ce plan est basé sur la légitimité d’une nouvelle constitution, c’est un texte qui répète ce que nous savons déjà, qui ne dit rien de nouveau.
 
Le plan et le discours du gouvernement sur une nouvelle constitution sont à l’ordre du jour depuis 15 ans. Le point important est le concept d’une nouvelle constitution, et non un amendement à la constitution.
 
À l’heure actuelle, la direction de ce qu’ils appellent une nouvelle constitution n’est pas claire. Je pense qu’il y a une confrontation avec la volonté fondatrice, les principes de base de la république comme la laïcité.
 
Hier, à l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, des discussions ont eu lieu sur le califat. La semaine dernière, tous les partis politiques ont formé une ligne lors d’une réunion pour commémorer Erbakan [Necmettin Erbakan, ancien Premier ministre et fondateur du Parti de la félicité, le prédécesseur du AKP].
 
Ce n’était pas un moment de silence pour la personne d’Erbakan, c’était pour un mouvement politique. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici