L’administration Biden doit soutenir les Kurdes

0
159
Trois journalistes kurdes appellent l’administration américaine à soutenir le Kurdistan d’Irak face aux menaces terroristes tout en demandant aux dirigeants kurdes de respecter la liberté d’expression, les droits humains dans une région où le népotisme et les violations des droits gangrène la société.

Voici l’article signé par Ruwayda Mustafa, Yerevan Saeed et Mohammed Salih:
 
De bonnes relations avec le Kurdistan irakien sont un atout stratégique précieux pour les États-Unis, mais le soutien de l’administration Biden ne doit pas être inconditionnel.
 
Alors que l’administration Biden recalibre la politique américaine envers le Moyen-Orient, il sera important de prêter attention à la région du Kurdistan d’Irak (Gouvernement régional kurde – GRK), une région autonome qui occupe une position géostratégique importante dans le nord de l’Irak. Le GRK est la région la plus stable d’Irak et un partenaire solide des États-Unis depuis près de trois décennies. En outre, elle a joué un rôle essentiel dans la lutte contre les menaces de groupes comme DAECH et Al-Qaïda en Irak et en Syrie voisine, et elle est restée un lieu d’accueil pour les troupes américaines et les diplomates et entreprises occidentales.
 
Tout en reconfigurant sa politique au Moyen-Orient, l’administration Biden devrait s’engager à soutenir les Kurdes irakiens sur deux fronts essentiels. Premièrement, l’administration devrait continuer à fournir soutien et protection au gouvernement régional du Kurdistan pour contrer les menaces croissantes des milices pro-iraniennes et des militants de DAECH qui ciblent les Kurdes irakiens principalement en raison de leur association avec les États-Unis. Deuxièmement, l’administration devrait conditionner ce soutien au gouvernement régional du Kurdistan à de sérieuses réformes de la gouvernance locale, notamment l’institutionnalisation des forces de sécurité sous le commandement du gouvernement régional du Kurdistan et l’amélioration des droits de l’homme, ce dernier point étant un pilier de la politique étrangère déclarée de Biden.
 
La présence des troupes américaines au Kurdistan a mis en colère l’Iran et ses alliés des milices chiites irakiennes qui ont lancé plusieurs attaques de missiles sur le GRK au cours de l’année dernière. La plus récente de ces attaques a eu lieu le 15 février 2021, lorsqu’une milice chiite prétendument soutenue par l’Iran a tiré un barrage de roquettes sur la capitale du Kurdistan, Erbil, ciblant l’aéroport international de la ville, qui accueille une base américaine et un certain nombre de quartiers civils. L’attaque a fait deux morts, dont un entrepreneur militaire américain, et plus d’une douzaine de blessés, dont des civils locaux, des entrepreneurs du gouvernement américain et un membre des services américains. Un groupe appelé Saraya Awliya al-Dam, largement considéré comme un groupe de façade de la milice iranienne, a revendiqué l’incident.
 
Les attaques de la milice sont en partie liées aux efforts de Téhéran pour faire pression sur Washington en prévision des négociations nucléaires prévues, mais elles doivent également être considérées comme faisant partie d’une campagne iranienne plus large visant à affirmer son hégémonie régionale. Dans le cadre de cette campagne, l’Iran et ses alliés irakiens tentent d’affaiblir et éventuellement de démanteler le gouvernement régional du Kurdistan, la seule grande institution irakienne qui a largement résisté à l’influence croissante de l’Iran en Irak tout en restant amie de l’Occident. Alors même que les États-Unis tentent de relancer la diplomatie avec l’Iran, le renforcement du gouvernement régional du Kurdistan peut donner à Washington un moyen de pression supplémentaire pour gérer les menaces iraniennes à la sécurité, indépendamment du fait que les États-Unis puissent ou non parvenir à un accord avec Téhéran sur les questions nucléaires et régionales.
 
Une autre source d’instabilité vient de DAECH, qui a lentement mais sûrement intensifié ses activités en Irak et en Syrie ces derniers mois. Les Kurdes jouent un rôle essentiel dans les efforts visant à contrer cette menace djihadiste, Erbil étant une plaque tournante majeure pour les opérations dans les parties nord de l’Irak et de la Syrie. DAECH a accru ses activités dans les zones frontalières entre le territoire du gouvernement régional du Kurdistan et le reste de l’Irak. Le récent double attentat à la bombe à Bagdad, survenu après un an d’interruption, est un signe supplémentaire que DAECH se développe en termes d’audace et de capacités alors que les forces irakiennes luttent pour opérer efficacement. Les divisions entre l’armée irakienne et les milices chiites, qui sont théoriquement sous le contrôle du gouvernement irakien sous la rubrique des Forces de mobilisation populaire (FMP), n’ont fait qu’affaiblir davantage les efforts déployés pour contrer DAECH. Cette inaction devrait être un sujet de préoccupation majeur pour les États-Unis, car l’histoire récente montre que l’inaction face à la menace djihadiste, encore gérable aujourd’hui, pourrait avoir de lourdes conséquences à l’avenir. En ce qui concerne le gouvernement régional du Kurdistan, le Kurdistan est essentiel à tout effort visant à maîtriser la violence djihadiste pour la sécurité de la région et des États-Unis.
 
Néanmoins, alors que le Kurdistan s’est révélé être un acteur très compétent pour combattre DAECH et faire un contrepoids relatif aux milices pro-iraniennes en Irak, le bilan interne du gouvernement régional du Kurdistan et de ses deux principaux partis au pouvoir en matière de droits de l’homme s’est détérioré ces dernières années. Les forces de sécurité répondent désormais souvent aux protestations par la violence, comme en témoigne la répression militaire des manifestations de Soulaïmaniyah à la fin de 2020. En outre, dans une démarche condamnée par les organisations nationales et internationales de défense de la liberté de la presse, un tribunal d’Erbil a récemment condamné cinq journalistes et militants à six ans de prison.
 
Cette situation dégradée des droits de l’homme est étroitement liée à d’autres aspects de la gouvernance au Kurdistan, notamment le contrôle administratif des forces de sécurité. Si des progrès ont été réalisés dans l’institutionnalisation et l’unification des forces de sécurité contrôlées par le parti, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Les États-Unis et d’autres États membres de l’OTAN ont apporté un soutien important à cet égard, mais ils devraient exercer davantage de pression sur le gouvernement régional du Kurdistan et ses partis au pouvoir pour qu’ils prennent des mesures plus sérieuses sur cette question.
 
Par conséquent, si les États-Unis doivent continuer à fournir un soutien sécuritaire aux Kurdes en tant que partenaire précieux, ils doivent subordonner cette aide à l’amélioration des droits de l’homme et de la gouvernance locale, à l’unification des forces de sécurité et au transfert pacifique du pouvoir à différents niveaux du gouvernement. Une telle approche holistique de la sécurité, des droits de l’homme et de l’amélioration de la gouvernance – contrairement à une approche qui considère ces questions comme des choix politiques d’opposition – finira par se répercuter positivement sur la stabilité intérieure et la force globale de la politique kurde face aux menaces extérieures, dont beaucoup ont une incidence sur le bien-être des intérêts américains, du personnel militaire et même de la sécurité intérieure.
 
L’argument en faveur d’un soutien américain au gouvernement régional du Kurdistan en matière de sécurité et de gouvernance peut sembler être un appel à une autre tentative futile de construction de la nation, mais les Kurdes sont une communauté longtemps opprimée, entourée d’acteurs hostiles qui représentent des menaces existentielles pour leur sécurité, et ils sont bien conscients que le soutien occidental, et en particulier américain, est essentiel à leur survie. Cette dépendance à l’égard du soutien occidental offre aux nations occidentales qui soutiennent le Kurdistan, principalement les États-Unis, d’importantes possibilités d’accroître leur influence sur des acteurs hostiles comme l’Iran et DAECH. Alors que les milices chiites pro-iraniennes, qui dominent désormais de plus en plus les sphères politiques et sécuritaires en Irak, espèrent contrer l’influence américaine dans le pays et se rapprocher de la Chine et de la Russie, les Kurdes irakiens continuent généralement à considérer les États-Unis comme leur principal partenaire. La sombre situation dans d’autres parties du pays, caractérisée par une militarisation croissante, une influence iranienne grandissante et des activités de DAECH en hausse, souligne la valeur stratégique du Kurdistan pour contrer les menaces actuelles en Irak et dans la région au sens large. Le potentiel de progrès sur des questions de sécurité critiques exige un engagement mutuel plus profond des deux parties.
 
La version anglaise est ici 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici