Le reportage mensonger de la chaîne turque TRT sur la situation des Yézidis d’Afrin

0
608
SYRIE / ROJAVA – La Turquie n’hésite pas à utiliser ses chaines de télévision pour faire des reportages mensongers dans le canton kurde d’Afrin et d’autres régions qu’elles occupe avec des gangs islamistes dans le nord de la Syrie – où elle commet des crimes de guerre et crimes contre l’humanité – pour redorer son image.  
 
Un récent reportage de TRT World réalisé dans ce but s’est servi des Yézidis d’Afrin sur leur situation à Afrin et qui leur a fait dire du mal de l’administration autonome kurde d’avant l’invasion turque pour redorer l’image des forces d’occupation turques.
 

Le 25 février, un tweet a été publié sur le site officiel de TRT World, indiquant que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a maintes fois forcé les Yazidis à quitter Afrin dans le passé et que les membres de la minorité religieuse sont plus en sécurité avec la présence des forces d’occupation turques.

Il est bien connu que le PKK n’a jamais été présent à Afrin où les Yézidis vivaient dans la paix et la stabilité, mais maintenant ils subissent un état de peur et d’horreur aux mains des forces d’occupation turques et des groupes de mercenaires affiliés, ce qui fait que le TRT World salit l’image de l’Administration Autonome et redore l’image des turques et leurs gangs islamistes pour cacher les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans la région d’Afrin.

 

Après avoir vu le reportage du TRT World, les Yazidis d’Afrin qui se sont refugiés dans le canton de Shahba suite à l’invasion turque, ont dénoncé les rapports fabriqués de toutes pièces sur la situation des Yazidis à Afrin. Mustafa Nebo, co-président de l’Union yazidie à Afrin déclare : « Nous avons vu sur les médias qui conspirent avec les forces d’occupation turques que les Yazidis étaient persécutés dans la ville d’Afrin et qu’ils mènent maintenant une vie de dignité et de liberté sous les forces d’occupation turques.

Tout le monde sait que les Yazidis, au cours de l’histoire, ont été ouverts aux génocides, mais après l’avènement de l’administration autonome et l’adoption du contrat social, les Yazidis ont reçu un article spécial qui interdit de reconnaître le yazidisme pour qu’ils puissent pratiquer librement leurs rituels », a ajouté Nebo.

« Grâce à l’administration autonome, des centres yézidis ont été installés pour la première fois, ce qui a permis aux Yazidis de s’organiser en plus des écoles religieuses enseignant le yazidisme », a-t-il déclaré.

« ’14 dômes et sanctuaires ont explosé à Afrin, en plus du pillage de tous les sites historiques et archéologiques yazidis, après l’occupation turque à Afrin, beaucoup d’entre nous ont été ouverts à la persécution et dont le déplacement de milliers de Yazidis vers le canton de Shahba témoigne », a conclu Nebo.

À son tour, Orivan Mannan, membre de l’Union des Yazidis dans le canton d’Afrin, a évoqué les crimes commis par les Turcs contre les sanctuaires et les sanctuaires des Yazidis : « Ces dernières années, nos sanctuaires dans la ville d’Afrin ont été démolis et détruits, mais ils prétendent que nous vivons en paix à Afrin après son occupation par les forces turques.

Nous savons tous que notre peuple vit dans des conditions très difficiles à Afrin, qu’il est obligé d’apprendre le turc, que les femmes sont obligées de porter les vêtements islamiques et qu’elles sont forcées de se convertir à l’Islam », a-t-elle déclaré.

A son tour, Abdul Rahman Shiker, membre de l’union en question, a déclaré que « nos terres étaient occupées par la Turquie qui essaie de montrer au monde qu’elle a la pleine légitimité pour occuper toutes les terres aux dépens de notre peuple, et pour lui imposer l’Islam, en forçant nos sanctuaires à devenir des mosquées sous le prétexte que tous les citoyens sont musulmans et qu’il n’y a pas d’autres religions à Afrin, que nous respectons toutes les religions et que nous ne sommes contre aucune croyance céleste, mais plutôt contre le pouvoir et les individus qui considèrent nos terres comme les leurs et rejettent notre présence. »

M. Shiker a lancé un appel aux associations humanitaires en disant : « Je me demande s’il y a déjà eu des associations humaines, mais nous voulons néanmoins lancer nos appels au monde entier, en disant assez, assez à la persécution de notre religion », a-t-il conclu.

ANHA 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici