Paysage médiatique du Kurdistan du Sud: qui finance quoi?

0
212
IRAK / KURDISTAN DU SUD – Ces derniers temps, la région autonome kurde d’Irak fait parler d’elle pour avoir persécuté des journalistes des médias libres ou d’opposition et des activistes de la société civile qui dénoncent un peu trop la pauvreté et la corruption qui gangrènent le Kurdistan du Sud. L’occasion pour nous de lire cet article récent parlant du paysage médiatique au Kurdistan du Sud où les médias sont dans leur écrasante majorité à la botte des deux partis au pouvoir dans la région: KDP du clan Barzani et l’UPK du clan Talabani…
 

La région du Kurdistan irakien, qui compte cinq millions et demi d’habitants, possède une scène médiatique dynamique composée de centaines de médias imprimés, radio, télévisés et en ligne. Les données publiées à la fin de 2017 par le Syndicat des journalistes du Kurdistan indiquent que 867 journaux et magazines avaient à l’époque des licences gouvernementales. Les chaînes de télévision locales et par satellite en comptent plus d’une centaine. Bien qu’il n’y ait pas de décompte officiel des stations de radio et des sites Web d’informations, ils se comptent par centaines.

Ce nombre considérable de médias n’équivaut pas à un journalisme ou à des médias véritablement indépendants. La liberté de la presse et le journalisme indépendant au KRI ont reculé ces dernières années. Seuls les médias affiliés au parti ont survécu à la crise économique, tandis que la poignée de journaux indépendants ont été contraints de fermer. Par conséquent, les médias du GRK (Gouvernement Régional du Kurdistan d’Irak) ne sont pas indépendants et sont loin de jouer un rôle de quatrième branche.

La plupart des principaux médias sont financés par l’un ou l’autre des deux partis au pouvoir – le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) – ou des individus fortunés. Les deux partis financent officiellement des dizaines d’organisations médiatiques partisanes, tandis que des individus fortunés du KDP et de l’UPK financent secrètement de grands réseaux «fantômes».

Ce média d’ombre crée un paysage d’informations complexe dans le KRI. Alors que chaque réseau se décrit explicitement comme libre et indépendant, en réalité, ils ne sont que de simples outils de propagande, poussant clairement l’agenda politique de leurs soutiens.

Début des années 1990: médias partisans et propagande de guerre

La création de la région du Kurdistan a annoncé un changement massif dans les médias kurdes irakiens. Théoriquement, l’industrie était ouverte à tous. Cependant, la plupart des chercheurs s’accordent à dire qu’au cours de la première décennie, seuls les médias partisans ont émergé.

Pendant la guerre civile au milieu des années 1990, le KDP et l’UPK ont utilisé les médias presque exclusivement pour la propagande. Le cessez-le-feu de 1998 était censé mettre fin à l’ère des attaques médiatiques, mais tout accord significatif a échoué car les deux parties ont continué à utiliser les médias comme instruments pour attaquer leurs opposants. Au cours des années 1990, il était rare de trouver de véritables critiques à l’encontre de la direction ou des partis administratifs, les publications dans l’ensemble collées à des messages partisans.

Au début de 2000, les deux partis politiques avaient créé leurs premières chaînes de télévision par satellite: Kurdistan ou KTV pour le KDP et Kurdsat pour l’UPK. La programmation a poussé leurs programmes respectifs et rien d’autre.

Début 2000: La naissance des journaux indépendants

Novembre 2000 a vu la création de « Hawlati» (Le Citoyen) à Sulaimani, le premier journal non partisan. Certains membres du personnel de Hawlati ont quitté le journal en 2006 pour créer Awene (Miroir). Il a été lancé l’année suivante en tant que deuxième journal privé du KRI. En 2005, Nawa , une station de radio indépendante ouverte 24h / 24, a commencé à émettre à Sulaimani.

Contrairement aux médias partisans, HawlatiAwene et Nawa ont publié une forme de journalisme de surveillance, critiquant fortement la politique du GRK, rapportant des pénuries dans les services de base, enquêtant sur la corruption et critiquant les fautes en politique.

Les principaux problèmes auxquels sont confrontés les médias indépendants et d’opposition sont le financement et le manque de liberté d’information. Il n’y a pas de liberté d’information au GRK pour les journalistes appartenant à des institutions médiatiques privées et indépendantes.

Après 2005: l’ère des médias fantômes

En réponse aux nouveaux sites de réseautage social créant un espace pour que les gens s’engagent dans la politique et fournissent des plates-formes accessibles pour le journalisme indépendant, le KDP et l’UPK ont créé leurs nouveaux médias – les « médias fantômes » – pour maintenir leur domination de l’industrie.

La plupart des médias sont contrôlés par les partis politiques et par la suite dépendants du financement de leurs bailleurs de fonds, plutôt que des revenus des ventes et de la publicité. Les médias fantômes, qui ne sont pas tenus d’être rentables, créent un autre problème majeur pour les médias indépendants car ils revendiquent leur indépendance tout en étant indirectement financés par les partis politiques. Les deux seuls journaux indépendants (Hawlati et Awene) ont arrêté leurs versions imprimées pour continuer comme sites Web en 2016. La crise économique a laissé les médias privés sans autre choix que de fermer, tandis que les médias appartenant à des partisans ou fantômes ont survécu à la crise, merci au soutien de leurs partisans politiques.

Les médias fantômes se présentent comme indépendants, alors qu’ils sont secrètement financés par des partis politiques ou des individus riches au sein du PDK et de l’UPK. Ils ont été créés pour semer le chaos dans les médias, jetant le doute sur les véritables médias indépendants.

La propriété actuelle des médias au Kurdistan du Sud se divise à peu près en quatre groupes: (1), les médias directement associés aux partis politiques au pouvoir. (2), des médias indirectement associés aux partis au pouvoir (les médias fantômes). (3), des groupes de médias directement associés aux partis d’opposition. (4), médias privés / indépendants.

Dernière décennie: numérisation et médias sociaux émergents

À mesure que de plus en plus de personnes et de ménages accèdent à Internet dans le KRI, le journalisme en ligne devient de plus en plus populaire et pose un défi aux médias traditionnels. Cependant, la connectivité est instable et n’est pas disponible partout, et est comparativement coûteuse. Dans les zones rurales où l’accès à Internet reste limité en raison du manque d’infrastructures et de connaissances en informatique, la télévision reste le média dominant.

Selon Data Portal, le nombre d’internautes en Irak, y compris le KRI, a augmenté de 11 millions (+ 55%) entre 2019 et 2020 pour atteindre 29,82 millions en janvier 2020. Alors que la population irakienne est un peu moins de 40 millions, il y en a 21 millions d’utilisateurs de médias sociaux qui ont vu une augmentation de 1,9 million entre avril 2019 et janvier 2020. Aucun chiffre spécifique pour le KRI n’est disponible, mais la région représente entre 15 et 20 pour cent de la population irakienne. L’accès à Internet peut être plus élevé dans le KRI, qui bénéficie de meilleures infrastructures, sécurité et conditions économiques que le reste du pays.

Il y a un engagement significatif dans les médias sociaux dans le KRI. Rudaw Media Network, financé par le président du GRK Nechirvan Barzani et considéré comme un média parallèle, domine les plateformes de médias sociaux kurdes. Seule la page Facebook kurde (sorani) de Rudaw compte plus de 3,8 millions d’abonnés, et son compte Instagram en compte plus de 2 millions dans une région de six millions d’habitants.

La politique à deux volets du GRK: 

Respectez la presse sur papier, tuez des journalistes sur le terrain

Suite à la création du KRI au début de 1992, des dizaines de quotidiens, de magazines hebdomadaires et de chaînes de télévision locales ont été créés au milieu de la guerre civile et des difficultés économiques de la région. Depuis lors, l’état des médias au KRI a connu des progrès dans de nombreux domaines – ce qui reste le même, ce sont les défis auxquels sont confrontés les journalistes indépendants et les médias non partisans.

Une loi sur la presse a été adoptée par le Parlement du Kurdistan en 2007. La loi stipule que les journalistes ne peuvent être arrêtés dans aucune circonstance professionnelle et aucun média ne peut être fermé. Cependant, la loi n’est pas pleinement mise en œuvre car les partis politiques utilisent «des lois au libellé vague… qui permettent aux procureurs de porter des accusations pénales pour des opinions auxquelles ils s’opposent», a observé Human Rights Watch. Dans une lettre adressée au gouvernement irakien et au GRK, huit organisations internationales et locales, dont HRW et Amnesty International, ont demandé la fin de l’immunité pour les meurtres.et a déclaré que les autorités irakiennes et kurdes manquent à leurs obligations en vertu du droit international et irakien de traduire en justice les auteurs de crimes contre des journalistes, des militants, des défenseurs des droits humains et des manifestants. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) souligne qu’au cours de la dernière décennie, plusieurs journalistes ont été arrêtés, torturés et même tués – principalement par des forces de sécurité partisanes fidèles aux partis au pouvoir PDK et UPK – tandis que les assaillants jouissent d’une immunité totale.

Entre 2008 et 2016, quatre journalistes ont été assassinés à cause de leurs reportages: Soran Mama Hama, Sardasht Osman, Kawa Garmyani et Wedat Hussein. Les organisations internationales de défense des droits de l’homme et les organes de surveillance des médias ont récemment critiqué l’attitude du GRK à l’égard de la liberté de la presse. En 2020, les forces du PDK dans la capitale Erbil et les forces de l’UPK à Sulaimani ont attaqué les bureaux de NRT et suspendu sa diffusion pendant des semaines. La logique derrière la fermeture de NRT était que la couverture des manifestations par la chaîne équivalait à un «comportement irresponsable».

Qui finance quoi?

Partis politiques:

Parti démocratique du Kurdistan (KDP)

Union patriotique du Kurdistan (UPK)

Le mouvement Changement (Gorran)

Union islamique du Kurdistan (KIU)

Groupe de justice du Kurdistan (KJG)

Nouvelle génération (NG)

Parti socialiste démocratique du Kurdistan (KSDP)

Parti communiste du Kurdistan

Principaux médias:

Rudaw Media Network : Rudaw est basé à Erbil, la capitale. C’est une organisation tentaculaire avec la télévision, la radio, les médias numériques et la sortie de podcast. Rudaw a commencé sa vie en tant que journal hebdomadaire et la branche TV a été lancée en 2013. Elle est financée par le président du Kurdistan et le vice-président du PDK Nechirvan Barzani. Rudaw publie des informations en kurde (sorani et kurmanci), anglais, arabe et turc. Ses médias numériques ont été reconnus comme ayant le meilleur engagement sur les médias sociaux au Moyen-Orient en 2017. Comparé aux autres médias de l’ombre, Rudaw est moins partisan, en particulier en couvrant les manifestations et en tolérant la critique du gouvernement par les gens. Il couvre également les campagnes électorales de tous les principaux partis politiques. Certains soutiennent que la seule ligne rouge pour Rudaw est la famille Barzani.

Kurdistan 24 : Basée à Erbil, K24 dispose d’actifs TV, radio et médias numériques. Il est entièrement financé par le Premier ministre du GRK, Masrour Barzani. K24 reflète principalement la politique gouvernementale et est officieusement le média du gouvernement. Il diffuse en kurde, anglais, turc, arabe et persan. Les penchants amicaux de Barzani du canal sont clairs. Par exemple, alors que la majorité des médias couvraient les récentes manifestations antigouvernementales, K24 a affirmé qu’Erbil et Duhok étaient calmes et que les gens avaient refusé de protester contre le gouvernement.

Kurdistan TV : La première chaîne satellite kurde à être lancée à l’intérieur du GRK en 1999, par le KDP. (Med TV, affiliée au PKK, a été la première chaîne de télévision kurde. Lancée en 1995, au Royaume-Uni). La chaîne est basée à Erbil et appartient officiellement au KDP.

Waar TV : Une chaîne en dialecte Badini basée à Duhok. Fondée en 2013, Waar est également financée par le président du KRI Nechirvan Barzani.

Ava Media : Une chaîne de divertissement et de musique financée par le premier ministre du GRK, Masrour Barzani. Il fait partie du projet K24.

Zagros TV : Une autre chaîne de télévision KDP basée à Erbil. Zagros a été lancé en kurde en 2007, mais diffuse désormais en arabe. Il cible le public arabophone en Irak, en particulier dans les régions de Mossoul, Kirkouk, Sinjar et Salahudin.

Korek TV : liée à la société de télécommunications Korek, propriété du neveu de Masoud Barzani, Sirwan Barzani, à Erbil. Korek diffuse des émissions de divertissement et de musique.

Kurdmax : une chaîne de télévision de divertissement basée à Erbil. Il serait financé par un haut fonctionnaire du PDK et ancien ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari.

NET Kurd TV : la chaîne satellite de divertissement la plus populaire d’Erbil. Avin Aso et Aramo sont connus pour être le propriétaire, mais certains pensent qu’il est affilié au KDP.

Nalia Radio and TV (NRT) : Financé par le leader et homme d’affaires de la Nouvelle Génération (NG) Shaswar Abdulwahid. Nalia est le nom du fils d’Abdulwahid. La NRT a été lancée en 2011 lors des manifestations anti-gouvernementales, mais les forces de sécurité (affiliées à l’UPK) ont incendié ses principaux bureaux. NRT prétend être un média indépendant, mais pendant la campagne électorale, il s’est transformé en bras de propagande médiatique du parti NG. NRT reste opposée au gouvernement, le parti NG étant toujours l’opposition au parlement. Les principaux bureaux de la chaîne sont régulièrement attaqués et par les forces du KDP et Asayish d’UPK et ses journalistes arrêtés, en particulier lors de manifestations. La société finance également NRT2 (divertissement) NRT3 (enfants) et NRT4 (religieux).

Kurdsat et Kurdsat News : Basé à Sulaimani, le média est entièrement financé par l’épouse de feu Jalal Talabani, Hero Ibrahim Ahmad, de l’UPK au pouvoir. Les informations kurdesat essaient d’être neutres la plupart du temps, mais pendant les campagnes électorales, vous pouvez trouver le logo de l’UPK sur l’écran. Kurdsat ne couvre jamais les campagnes électorales des rivaux de l’UPK. L’agenda principal de la chaîne est bien lié à la famille Talabani, en conséquence lors des récentes querelles intra-UPK, on ​​n’a pas pu trouver les déclarations et les points de vue des opposants de Talabanis, à savoir les anciens députés du secrétaire général de l’UPK Kosrat Rasul et Barham Salih.

Gali Kurdistan : GKsat TV appartient à l’UPK, basée à Sulaimani.

Khak : Une chaîne de télévision locale basée à Sulaimani et entièrement financée par l’UPK. Khak s’est développé ces dernières années. Il s’est élargi pour inclure Khak TV1, Khak Movies, Khak Kids et Khak Music.

BMC TV : Télévision locale basée à Sulaimani et largement considérée comme financée par le vice-premier ministre du GRK Qubad Talabani.

Kirkuk TV : Lancé localement en 2004 à Kirkouk. Ces dernières années, il est passé à une chaîne satellite. Il est entièrement financé par l’UPK.

Prochaine télévision: le co-leader de l’UPK, Lahur Talabani, sera le dernier à lancer une chaîne de télévision à Sulaimani. Lahur finance actuellement de nombreux petits médias tels que Zhyan TV et le site d’information de presse Millet, mais la nouvelle station se positionne comme un projet équivalent en taille et en ambition à Rudaw et K24. L’ancien présentateur de Rudaw, Hiwa Jamal, est le PDG de la chaîne. Il devrait commencer à diffuser à la mi-2021.

Kurdish News Network : KNN a été lancé à Sulaimani en octobre 2008 par Wishe Company qui a été fondée par le leader du mouvement Gorran (Changement) Nawshirwan Mustafa. La chaîne était le seul média de télévision d’opposition au Kurdistan à l’époque. KNN est actuellement fermé, mais devrait être relancé. Après la mort de Nawsherwan Mustafa, la pleine propriété de l’entreprise a été transférée à ses fils Chia et Nima.

Speda TV : Basée à Erbil, elle est financée par l’Union islamique du Kurdistan (KIU). Ses médias numériques publient des informations en kurde et en arabe. En tant que chaîne d’opposition, elle couvre l’actualité quotidienne et les manifestations. Speda a également des succursales caritatives.

Payam TV : Basé à Sulaimani et entièrement financé par le Kurdistan Justice Group (KJG). Pour refléter son soutien, la chaîne couvre l’actualité quotidienne sur un ton d’opposition, ainsi que des drames persans de fin de soirée et des rituels et des discussions religieux.

Xebat : un quotidien publié par le KDP à Erbil. Xebat est imprimé depuis 1959. Le papier a imprimé plus de 6 000 éditions depuis sa première publication. Xebat dispose de plates-formes de médias numériques et sociaux.

Altaakhi : un quotidien arabe publié par le KDP à Bagdad. Il a publié plus de 9 000 numéros depuis 1967.

KDP.info : Le site officiel des nouvelles du KDP.

Bas News : Bas a commencé sa vie en tant que journal, mais la version imprimée a été fermée début 2020. Aujourd’hui, Bas News publie en cinq langues sur son site Web. Ce point de vente est également entièrement financé par le Premier ministre Masrour Barzani.

Hawler : site de journaux et d’informations entièrement par le KDP et basé à Erbil. Hawler est distribué gratuitement dans tout le GRK.

Wishe : site Web d’informations locales kurdes basé à Erbil. Son objectif principal est d’attaquer les opposants du PDK et d’autres militants politiques. Financé par PM Barzani.

Payamner : Un site Web de nouvelles locales basé à Erbil. Il publie des informations en kurde et en arabe, propriété du KDP.

Kurdistani Nwe : Basé à Sulaimani, le quotidien est publié par l’UPK depuis 1992 avec plus de 8 000 éditions. Le journal dispose également de plateformes de médias numériques et sociaux.

PUK Media : le site officiel des actualités de l’UPK. Il couvre l’actualité quotidienne et publie la ligne et les déclarations du parti de l’UPK en kurde, anglais, russe, arabe, turc et persan.

Xendan : Entièrement financé par le président irakien et figure de proue de l’UPK, Barham Salih. Basée à Sulaimani, Xendan était une organisation importante au cours de la dernière décennie. Cependant, ce ne sont plus que des médias numériques et une radio locale.

Nas News (KURD): actualités de publication de médias numériques en arabe et en kurde. Il est affilié au président irakien Barham Salih.

Zhyan Media : Zhyan est un média télévisé et numérique, qui fait partie de la société de médias co-leader de l’UPK, Lahur Talabani. Entièrement financé par Lahur et basé à Sulaimani.

Millet Press : Site Web également entièrement financé par le neveu de Jalal Talabani, Lahur, basé à Sulaimani. Millet s’oppose à certaines des offres similaires du KDP telles que Bas news, Payamner et Wishe.

Esta : Ce site d’information et radio basé à Sulaimani est financé par le co-leader de l’UPK Bafel Talabani.

Vim : Cette fondation de médias nouvellement créée est financée par Bafel Talabani, et son épouse Lava – fille de la figure de haut niveau de l’UPK Mala Bakhtiar – supervise la fondation.

Chawder : C’est un journal hebdomadaire, un site Web d’information et une plateforme qui vise à séparer la religion de l’État. Le projet est entièrement financé par Mala Bakhtiar de l’UPK.

Azhans : un journal hebdomadaire et un site d’information basé à Sulaimani. Il est financé par Lahur Talabani.

SNN : Un site Web d’informations locales à Sulaimani, entièrement financé par l’UPK.

Badinan Media Network : une chaîne satellite et un site Web d’informations appartenant à l’UPK, s’adressent aux locuteurs du dialecte Badini à Duhok et dans certaines parties de Mossoul et d’Erbil.

Sbeiy : Entièrement financé par les fils du fondateur du mouvement Gorran, Chia et Nma Nawsherwan Mustafa.

Peyser : Ce nouveau site Web fait partie de la nouvelle production médiatique de Gorran, qui a émergé après la fermeture de KNN. Il est financé par Chia et Nma Nawshirwan Mustafa.

Zemen : un journal hebdomadaire et des médias numériques qui est également financé par Nma et Chia Nawshirwan Mustafa.

Roj News : un média affilié au PKK au Kurdistan irakien.

Kurdiu : financé par le KIU et basé à Erbil.

Dwarozh : Ce site d’information et cette station de radio locale sont entièrement financés par le propriétaire d’Asia Cell et l’un des hommes d’affaires les plus riches du Kurdistan, Faruq Mala Mustafa.

Xelk : Il est entièrement financé par l’homme d’affaires Mala Yassin à Sulaimani.

Jamawar : Basé à Sulaimani, ce média est entièrement financé par le Parti socialiste démocrate du Kurdistan.

Amozhgary TV : une chaîne satellite religieuse financée par l’éminent personnage salafiste Abdullatif Ahmad Salafi. On pense généralement qu’il est financé par des agents saoudiens proches du salafisme au Kurdistan.

Rega TV : La chaîne de télévision officielle du parti communiste du Kurdistan.

Biaban TV : Biaban Family, Biaban Movies, Music sont tous financés par la soi-disant société privée Biaban qui est basée à Erbil et serait proche de KDP.

Rachlaken : site d’information basé à Sulaimani. Il est entièrement financé par Kosrat Rasul Ali, figure de proue de l’UPK.

Journal Avro : Il s’agit d’un hebdomadaire basé à Duhok avec un site Web, publié en dialecte Badini et destiné à la duidence dans la province de Duhok. il est entièrement financé par KDP.

GAV : un média numérique basé sur Duhok avec un site Web et des pages de médias sociaux, publié en dialecte Badini et destiné à un public de la province de Duhok. il est financé par Idris Nechirvan Barzani.

Duhok TV : une chaîne de télévision locale basée sur Duhok destinée au public de la province de Duhok. Il est entièrement financé par KDP.

Chaw : c’est une chaîne de médias sociaux basée à Sulaimani qui diffuse des vidéos originales politiques et éducatives. Il est entièrement financé par Lahur Talabani.

Médias indépendants et semi-indépendants

Hawlati : C’était le premier journal kurde indépendant, créé au début de 2000. Hawlati était le bihebdomadaire le plus populaire, puis le quotidien jusqu’à sa fermeture en 2016 en raison de difficultés financières. Ses plateformes de médias numériques et sociaux fonctionnent toujours, mais avec moins de lecteurs. Certains critiques disent qu’après sa relance, Hawlati est proche de l’UPK, en particulier Qubad Talabani.

Awene : Publié pour la première fois en 2006 après le départ de certains membres du personnel de Hawlati. En raison de problèmes financiers, sa version imprimée a été fermée en 2016. Awene est un nouveau média indépendant financé par Awene Company avec Asos Hardi comme figure de proue. Certains critiques pensent qu’Awene est également proche de l’UPK.

Lvin : Considéré comme le premier magazine indépendant, publié à l’origine chaque semaine à Sulaimani depuis 2006. Cependant, dans ses premières publications (2008), Lvin faisait partie du centre des jeunes de KIU (YADC). Ce n’est que plus tard que Lvin a quitté l’orbite du KIU. Malgré sa prétention d’indépendance, certains critiques croient que ces dernières années, Lvin est plus critique à l’égard du KDP tout en donnant une plate-forme aux commentateurs de l’UPK proches de la famille Talabani pour critiquer le gouvernement. On pense généralement qu’il reçoit un financement de Lahur Talabani.

Peregraf : Un site Web d’informations locales basé à Sulaimani. Il s’agit d’un média indépendant financé par des agences internationales, dont le consulat allemand à Erbil.

Draw Media : Ce site d’information nouvellement créé revendique son indépendance. Cependant, on pense qu’il obtient le soutien à la fois de la figure de proue de Gorran, Qadri Haji Ali, et du président irakien Barham Salih.

Shar Press : Lancé par l’ancien rédacteur en chef de Hawlati Kamal Rauf à Sulaimani. On pense qu’il est indépendant, mais certains critiques pensent qu’il est soutenu par Barham Salih.

Spee media : Lancé par l’ancien rédacteur en chef d’Awene Shwan Muhammad. On pense qu’il est indépendant.

Radio Nawa : C’est une station de radio populaire à Sulaimani, Erbil et Kirkuk. Malgré sa revendication d’indépendance, il est largement admis qu’il est affilié à l’UPK.

Radio Dang : Une station de radio locale à Kalar, Garmyan. On pense qu’il est totalement indépendant.

Magazine diplomatique : un site Web d’information nouvellement créé basé à Sulaimani. On pense qu’il est affilié au KIU et qu’il reçoit un financement de Barham Salih.

Kirkouk maintenant : Ce site d’information multilingue basé à Kirkouk a été lancé en 2011. Kirkuk Now affirme qu’il s’agit d’un média indépendant qui publie des informations et des événements se déroulant dans les zones contestées entre Erbil et Bagdad.

Westga : Un site Web de nouvelles locales à Sulaimani. Il serait affilié au vice-Premier ministre Qubad Talabani.

Kurdistanpost.nu : C’est un site Web d’opinion très connu basé en Europe. Ses propriétaires et la plupart de ses auteurs restent anonymes car les articles critiquent généralement fortement les partis politiques et les autorités.

 
Article de Hakeem Dawd Qaradaghi publié par le site Kurdistan Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici