L’Allemagne retient les informations sur le complice du tueur de 3 femmes kurdes à Paris

0
301
BERLIN – Le ministère allemand de l’Intérieur n’a pas répondu à la plupart des questions posées par le parti Die Linke concernant Ruhi Semen, un ami d’Ömer Güney, l’assassin de 3 femmes kurdes tuées à Paris en 2013.
 

La cofondatrice du PKK Sakine Cansız, la représentante de KNK Paris Fidan Doğan et la membre du Mouvement de la jeunesse kurde Leyla Şaylemez ont été assassinées à Paris, le 9 janvier 2013. Leur assassiné, Ömer Güney, est mort de façon suspecte en prison en France le 17 décembre 2016, mais le rôle de son ami dans L’Allemagne, Ruhi Semen, n’a pas encore été totalement élucidée et aucune enquête n’a été ouverte à son encontre.

Le ministère de l’Intérieur ne répond pas

Le député de Die Linke, Gökay Akbulut, a récemment soumis une question au Bundestag concernant Semen, l’un des amis proches d’Ömer Güney en Allemagne et la seule personne à lui rendre visite en prison. Akbulut a demandé si les unités de sécurité allemandes avaient des informations sur le rôle de Semen dans le massacre et dans la tentative de faire évader Ömer Güney de prison.

En outre, le ministère de l’Intérieur, au nom du gouvernement Merkel, a été interrogé sur 9 questions différentes telles que la question de savoir si la déclaration de Ruhi Semen a été prise en Allemagne à la demande de la France et s’il y a une enquête en cours. Répondant à ANF le 23 février 2021, le ministère a évité la plupart des questions en disant que « les renseignements personnels ne peuvent pas être divulgués ».

Semen a rencontré Güney en prison

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que le parquet fédéral n’avait pas ouvert d’enquête contre le collaborateur de Güney, ajoutant: « Le gouvernement fédéral n’a pas d’informations sur l’implication de [RS Ruhi Semen] dans les meurtres commis en 2013 ». Cependant, avant le massacre du 9 janvier, il a été révélé que Güney avait rencontré Semen à Ankara, puis que Semen avait tenté de faire sortir Güney de prison.

Le ministère de l’Intérieur n’a donné une réponse claire à la question de savoir si les autorités françaises ont informé l’Allemagne après la visite de Semen à Güney et si le plan d’évasion a été dévoilé. Déclarant que la France a informé l’Allemagne au sujet de Semen le 8 janvier 2014, le ministère a déclaré: « Les informations qui pourraient affecter notre bonne coopération jusqu’à présent avec la France ne sont pas divulguées. »

Le ministère a ajouté: « Les informations qui mettraient en danger la sécurité des personnes ne sont pas divulguées ». Le 8 janvier 2014, date mentionnée par le ministère de l’Intérieur, correspond à la rencontre entre Semen et Ömer Güney en prison. Il a été déterminé que Semen était un messager pour les services secrets turcs, le MIT.

Güney a transmis le plan d’évasion de prison à Semen avec une note qu’il voulait envoyer au MIT, qui a été déchiffrée par les unités de sécurité françaises. La police d’État et les unités judiciaires allemandes n’ont pas interrogé Ruhi Semen, qui s’est ensuite rendu en Turquie. De retour en Allemagne des années plus tard, Semen continue de travailler avec le DITIB, un parent de la branche du MIT.

Député Akbulut: la France et l’Allemagne devraient répondre

Le député de Die Linke, Gökay Akbulut, a interrogé le ministère de l’Intérieur et a appelé l’Allemagne et la France à « dire ce que vous savez du massacre du 9 janvier ». Akbulut a souligné que ce triple meurtre avait eu un impact sérieux sur les Kurdes vivant en Allemagne et en Europe, et que la tâche d’expliquer au public kurde la question incombait aux deux pays.

Akbulut a rappelé les aveux d’Ismail Hakkı Pekin, ancien chef du renseignement de l’état-major turc, et a déclaré: « Pekin a ouvertement déclaré que « de nouveaux assassinats devraient être perpétrés en Europe. » Après cette déclaration, les pays européens, en particulier la France et l’Allemagne, devraient prendre des précautions pour éviter que des massacres et assassinats similaires ne se reproduisent. Plus important encore, les activités du MIT en Europe, qui ont augmenté récemment, doivent être empêchées. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici