TURQUIE. Des politiciennes du HDP victimes des fouilles à nu en garde à vue

0
738
TURQUIE / BAKUR – Alors qu’on assiste à une nouvelle guerre du régime turc visant le parti HDP (« pro-kurde »), on apprend que quatre femmes politiciennes du HDP ont fait l’objet de fouilles à nu dans la ville d’Aydin.
 

Dans la ville d’Aydin, dans l’ouest de la Turquie, quatre femmes politiciennes du HDP ont été victimes de fouilles à nu. La plate-forme de solidarité des femmes à Aydın est scandalisée et a qualifié la procédure de torture. « Même si elle est niée par les responsables gouvernementaux, la fouille à nu en garde à vue et en détention s’est rétablie comme une méthode de torture en Turquie au cours de la dernière décennie », a souligné l’initiative dans un communiqué. La Fondation des droits de l’homme Turquie (TIHV) qui signale également qu’un nombre croissant de personnes contactent l’organisation pour lui faire part des fouilles à nu lors de détentions ou en prison.

Deux des femmes qui ont subi des fouilles à nu à Aydın sont Sadegül Akalın, qui est coprésidente du HDP pour le district de Söke, et Caize Yörücü du comité exécutif provincial. Les deux militantes avaient été arrêtées il y a une semaine dimanche avec onze autres femmes des structures du HDP et n’avaient été libérés qu’après quatre jours. Akalın a déclaré qu’elle avait dû subir trois fouilles à nu pendant sa garde à vue. La première fois qu’elle a dû subir l’épreuve immédiatement après avoir été transférée au poste de police, deux autres fouilles de nu ont eu lieu après des consultations avec son avocat. «La police a justifié la mesure en disant qu’après tout, j’aurais peut-être caché quelque chose dans mon corps lors des entretiens avec les avocats», explique Sadegül Akalın. Sa collègue du parti Caize Yörücü a même été fouillée nue par la police dans son propre appartement au cours de son arrestation, dit-elle. « J’ai été arrêtée avec une autre militante à Didim. Au poste de police, nous avons dû nous exposer complètement dans une pièce. La porte était restée entrouverte, avec trois ou quatre policiers masculins debout devant. Ils nous ont demandé de nous accroupir trois fois et de sauter. »

La plate-forme des femmes d’Aydın a déclaré la guerre aux autorités de l’État: « Pour ceux qui n’aiment pas l’entendre, nous le répétons: la torture et toute forme de peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant est interdite, que ce soit en détention, en guerre ou en état d’urgence. Les fouilles à nu font également partie des méthodes illégitimes de torture. En tant que Plateforme de solidarité des femmes d’Aydın, nous soutenons toutes nos composantes et amis dans leur quête de justice. Nous, les femmes, ne serons jamais seules dans notre voyage. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici