Jour noir pour les journalistes du Kurdistan d’Irak

0
231

IRAK / KURDISATN DU SUD – Aujourd’hui, le tribunal pénal d’Erbil a condamné à 6 ans de prison les journalistes Sherwan Sherwani, Guhdar Zebari et Ayaz Karam reconnus coupables d’ « atteinte à la sécurité nationale ». Sherwan Sherwani est notamment accusé d’ « avoir travaillé pour l’Iran et avoir surveillé secrètement les mouvements de Masoud Barzani ».

Plusieurs des activistes de la société civils qui ont été arrêtés lors des récentes manifestations populaires du Kurdistan ont également été condamnés par la justice pour « atteinte à la sécurité nationale ».

Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités kurdes de cesser la répression des travailleurs de la presse:

« Déférés devant un tribunal de la capitale régionale, Erbil, les trois journalistes sont victimes d’une vague d’arrestations menée par le Gouvernement régional du Kurdistan (KRG) en réponse à une série de protestations majeures ces derniers mois contre sa gestion de la crise économique résultant de la pandémie de Covid-19.
 
Sherwan Sherwani a été arrêté le 7 octobre tandis que Guhdar Zebari et Ayaz Karam ont été arrêtés le 22 octobre après des publications sur les réseaux sociaux faisant écho aux revendications et plaintes des manifestants, y compris des plaintes concernant des retards dans le paiement des salaires des employés de l’État et des allégations de corruption du gouvernement.
 
Lors d’une conférence de presse le 10 février, le KRG a évoqué la situation des journalistes et des militants emprisonnés ces derniers mois. Sans nommer personne, le Premier ministre du GRK, Masrour Barzani, a déclaré que «certains individus étaient des agents des services de renseignement étrangers» et d’autres «étaient armés et complotaient pour faire sauter des bâtiments et attaquer des citoyens étrangers» – des crimes passibles de la réclusion à perpétuité.
 
Lors de la même conférence de presse, Barzani a déclaré que le KRG «soutenait le journalisme et les droits des journalistes sous toutes ses formes», mais a averti que les autorités devaient empêcher «les activités illicites menées sous la bannière du journalisme».
 
«Nous appelons le gouvernement régional du Kurdistan à libérer les journalistes et à abandonner les charges retenues contre eux», a déclaré Sabrina Bennoui, responsable du bureau Moyen-Orient pour RSF. « Si le KRG prétend soutenir les journalistes et respecter leurs droits, il doit consentir à les laisser couvrir les questions d’intérêt public, y compris les journalistes qui sont les plus critiques de sa politique actuelle, et en particulier à l’heure actuelle, ce qui est crucial en raison de la Pandémie de covid19. »
 
En novembre, RSF et le MENA Rights Group (MRG), basé à Genève, ont demandé aux experts des droits de l’homme de l’ONU de tout mettre en œuvre pour obtenir la libération de Sherwan Sherwani et d’enquêter sur sa disparition forcée pendant les 19 premiers jours après son arrestation le 7 octobre et les auquel il aurait été soumis.
 
Deux autres journalistes sont actuellement détenus au Kurdistan irakien. Omed Baroshki a été arrêté le 18 août et Qahraman Shukri a été arrêté à domicile le 27 janvier pour des motifs inconnus , après avoir critiqué en ligne la répression politique menée par le KRG. Qahraman Shukri est le fils de Shukri Zaynadin , un journaliste décédé dans des circonstances encore inexpliquées à la fin de 2016. Son fils insiste sur le fait qu’il a été victime d’un «meurtre politique».
 
L’Irak est classé 162e sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2020 de RSF. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici