KURDISTAN DU SUD. Les autorités kurdes interdisent les manifestations anti-gouvernementales

0
460

KURDISTAN DU SUD – Plutôt que de répondre à la demande de sa population affamée qui descend dans la rue pour être entendue du pourvoir, les autorités de la région autonome kurde d’Irak décident d’user de la répression pour faire taire la contestation populaire.

Après une semaine de manifestations dans les gouvernorats de Sulaimani et de Halabja, le Comité supérieur de sécurité du gouvernement régional du Kurdistan (GRK / KRG) autorise les forces de sécurité de mettre fin aux manifestations non autorisées.

« Désormais, tout rassemblement non autorisé, de manifestations et de dommages à la propriété publique et privée (…) sont interdits », indique le communiqué.

Selon l’ordonnance, les forces de sécurité sont autorisées à intervenir pour mettre fin aux manifestations dans le cadre de la loi.

«Toutes les personnes qui ont causé des dommages aux biens de l’État et celles qui ont été à l’origine de l’encouragement de ces personnes seront arrêtées par les forces de sécurité avec des mesures légales», a ajouté le Comité.

«Nous appelons tous les partis politiques à gérer la situation de manière responsable.»

La série de manifestations en cours a commencé le 2 décembre dans la ville de Sulaimani, les résidents locaux et les fonctionnaires exprimant leur colère face à la gestion par le GRK de la détérioration des conditions économiques, au fait que le gouvernement n’a pas payé les salaires du secteur public en totalité et à temps, et au manque de services publics. et les opportunités d’emploi.

Les manifestations se sont rapidement propagées aux villes périphériques.

Au moins huit personnes, dont six manifestants, sont mortes depuis lundi. Des bureaux des partis politiques et du gouvernement ont été incendiés dans plusieurs localités dans les deux gouvernorats.

NRT

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici