Des mercenaires et des terroristes au service des guerres de la Turquie

1
416

Après l’invasion du Rojava et le changement démographique opéré par la Turquie à l’encontre des Kurdes syriens, d’autres peuples, dont les Arméniens du Haut Karabagh et les Libyens ont dû subir la barbarie à travers les hordes de mercenaires lâchés contre eux par l’État turc. Jusqu’à présent, la communauté internationale n’a pas réagi aux agressions turques sur la scène internationale. Ce qui nous fait craindre le pire, car la Turquie est encouragée par ce silence et elle a déjà envahi plusieurs régions du Kurdistan d’Irak et veut attaquer également les Yézidis de Shengal…

Dans un entretien accordé à ANHA, l’expert en géopolitique du Moyen-Orient et des relations internationales, Muhammad Abadi a déclaré que la Turquie avait soufflé le brasier en Syrie, en Libye et au Karabak, avait contribué aux combats sectaires et à la propagation des guerres civiles dans la région, en recrutant des mercenaires et des terroristes.

Muhammad Abadi a expliqué que la Turquie avait envoyé des mercenaires se battre en Libye, en Azerbaïdjan et dans d’autres régions dans l’espoir de piller leurs richesses, indiquant que le nouveau président américain Joe Biden avait une image négative du président turc Erdogan, et qu’il allait probablement reconsidérer sa position en imposant des sanctions à son encontre au sujet des missiles russes « S-400 ».

Les interventions turques se poursuivent en Syrie, en Libye, en Irak, en Méditerranée orientale et en Azerbaïdjan.. Quels sont leurs objectifs ?

Il était clair que le coup d’État d’Erdogan contre ses camarades de l’AKP, dirigé par Davutoglu, aurait des répercussions sur la politique étrangère de la Turquie. En effet, la Turquie est passée de « zéro problème » à « zéro ami » et à une foule d’ennemis sur de nombreux fronts.

La caractéristique la plus intéressante est l’exploitation d’autres richesses, en particulier le pétrole et le gaz, dont la Turquie a un besoin urgent. La deuxième chose est le désir d’Erdogan de se développer lui-même au motif que les pays voisins sont situés sur le territoire de l’Empire ottoman, et qu’il est prêt à récupérer l’héritage de ses ancêtres.

La Turquie utilise des mercenaires et des terroristes syriens et libyens dans ses guerres et ses conflits étrangers.. Pourquoi la communauté internationale ne réagit-elle pas fermement contre elle malgré les preuves documentées ?

La Turquie a soufflé dans le feu des protestations syriennes, prétendant soutenir les justes exigences des manifestants.  Avec la prolongation de la crise et sa transformation en une militarisation du conflit civil, certaines des véritables intentions de la Turquie ont émergé, faisant de la Syrie, en particulier le nord-est du pays, le char des mercenaires. Ayant uni les factions militaires sous la bannière d’une seule armée, il l’a appelée paradoxalement « l’armée nationale syrienne » et en a tiré le meilleur parti pour ses guerres en Syrie, en Libye, en Azerbaïdjan et sur d’autres fronts.

Fajadoa combat Erdogan en Syrie et en Libye pour soutenir le gouvernement de la Fraternité à Tripoli, et en Azerbaïdjan, et tout cela est documenté et annoncé par la Turquie elle-même, avec tout cela la communauté internationale n’a pas de véritables outils pour faire pression sur la Turquie afin qu’elle cesse d’utiliser des mercenaires dans ses guerres.

Le Roi Salman a contacté Erdogan, et la Turquie a annoncé qu’ils avaient accepté de maintenir les canaux de dialogue ouverts pour développer les relations et éliminer les problèmes … Y a-t-il un changement d’attitude entre l’Arabie Saoudite et la Turquie ?

Bien sûr, étant donné le chaos actuel des élections américaines, et l’arrivée de l’administration démocrate Biden, qui a une position négative sur la Turquie d’Erdogan, annoncée par Biden lui-même, ainsi que la position neutre sur l’Iran, qui est hostile au Royaume d’Arabie Saoudite, il serait sage que les pays centraux de l’Est reconsidèrent leurs relations pour répondre aux préoccupations futures, et non pas comme cela semble être une solution aux différends actuels ou un changement d’attitude immédiat.

Erdogan, qui a attaqué l’Europe à plusieurs reprises, a récemment déclaré qu’il se voyait en Europe et non ailleurs … Est-ce la preuve d’un changement de la politique turque, ou est-ce une partie de l’atténuation des crises qu’il connaît à l’intérieur ?

Erdogan n’arrête pas ses déclarations hostiles ici et là, presque chaque jour la Turquie a une crise avec un parti, et sur l’impact des crises internes aussi, la Turquie sera obligée de faire des déclarations opposées pour réduire la tension à l’extérieur et comme une forme de gestion des crises à l’intérieur.

Quel est le rapport entre la victoire de Biden aux élections américaines et le changement soudain des déclarations turques ?

Biden a une position négative déclarée par le président turc Recep Erdogan, et il a précédemment demandé le soutien de l’opposition turque afin de renverser Erdogan. Un repositionnement pour faire face à la prochaine phase, qui sera différente de l’époque de Trump, qui a soutenu la Turquie dans plus d’une situation et crise.

La Turquie a envoyé des forces en Azerbaïdjan, qui borde l’Iran, et tente de se répandre en Irak et d’évincer le rôle de l’Iran … Comment peut-on considérer ces mesures turques, et viennent-elles avec une action purement turque ou un accord avec l’OTAN pour assiéger l’Iran ?

Quant à la relation entre la Turquie et l’Iran, elle est dominée par la compréhension en raison du croisement des dossiers entre les deux pays, notamment le dossier syrien, et le dossier kurde en Syrie, en Irak et en Iran. Par conséquent, le mouvement de la Turquie dans un certain nombre de directions touchant à l’Iran semble être un mouvement unilatéral en quête de richesse et d’influence et un désir d’hégémonie et d’expansion, et je ne pense pas qu’il y ait un accord avec l’OTAN à cet égard.

Qu’en est-il de la Russie ?

La Russie, à cette époque, a ses ententes profondes de plus d’un côté avec la Turquie en Syrie, en Azerbaïdjan et en Libye, et il suffit aux observateurs d’indiquer que la solution en Azerbaïdjan en faveur de la Turquie était son prix en Syrie ou en Libye en faveur de la Russie, ce qui indique la compréhension profonde entre les deux parties et non l’inverse.

Où va la politique que mène Erdogan en s’immisçant dans les affaires de la région en Turquie ?

A moins d’une intervention ferme, forte et dissuasive, la Turquie continuera à s’étendre dans les pays de la région, profitant des Frères musulmans et des factions armées qu’elle a formées dans le nord de la Syrie comme deux ailes pour faire avancer son projet, en plus de son utilisation de drones, ainsi que de ses ententes avec des pays centraux de la région comme l’Iran, ou des pays pivots sur le plan international comme la Russie.

ANHA

 

1 COMMENTAIRE

  1. Si Joe Biden opère une restructuration de l’OTAN américano-franco-turc pour modifier certains objectifs par rapport à l’ingérence de l’islam ottoman des califats d’Erdogan et que l’Union Européenne pousse derrière, peut-être sauverons-nous les Kurdes du Rojava, l’Arménie, la Libye des convoitises de la Turquie.

    L’opposition turque a renversé Ankara, c’est un revers sévère pour Erdogan, sûrement a force d’envoyer autant de jihadistes en Irak et en Syrie… reste à savoir si nos Turcs d’Europe, partis faire leur service militaire en Turquie, n’ont pas atterri chez les jihadistes ?

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici