Violences masculines au Kurdistan du Nord

0
419
BAKUR / FÉMINICIDES – En un an, 42 femmes ont été assassinées dans les régions kurdes de Turquie tandis que 33 femmes se sont suicidées et que 35 autres femmes sont mortes dans des circonstances suspectes.
 
Le rapport sur les violences faites aux femmes dans le Kurdistan du Nord préparé par la branche Amed (Diyarbakir) de l’Association des droits de l’Homme (IHD) a été rendu public lors d’une conférence de presse tenue au bureau d’IHD.
 
 
Le communiqué a été présenté par la sociologue Ezgi Sıla Demir et l’avocate Gurbet Yavuz, membres de la commission des femmes de la branche de l’IHD Amed.
 
Voici le communiqué de l’IHD Amed :
 
« Malheureusement, cette année, trois femmes ont été assassinées en moyenne chaque jour. Les femmes ont été soumises à des violences ou tuées par leur conjoint dont elles voulaient divorcer, leur partenaire avec lequel elles voulaient rompre, leurs frères, leurs pères et les hommes les plus proches. La plupart du temps, la violence domestique et le harcèlement domestique ne peuvent pas être traduits en justice. Dans les cas qui peuvent être traduits en justice, les auteurs reçoivent généralement des peines légères pour des raisons telles que la bonne conduite et la réduction de la provocation. Dans la plupart des cas, les policiers autorisés traitent la violence domestique comme une affaire de vie privée de la famille, sans prendre les mesures juridiques nécessaires, et font en sorte que les femmes retournent chez elles là où la violence a lieu. Les forces de police, qui commettent des actes de harcèlement et des viols, sont protégées par une armure d’impunité. Zaynal Abarakov et Musa Orhan en sont les derniers exemples. Alors que ces deux personnes ont été condamnées par la conscience publique, les procédures judiciaires ont tourné au scandale.
 
Le courage de ceux qui ont assassiné des femmes est le produit de la politique d’impunité. Car le pouvoir judiciaire et la politique accusent d’abord les femmes et laissent entendre qu’elles ne sont pas dans les rôles de genre. Dans les tribunaux, le pouvoir judiciaire et les avocats des meurtriers remettent en question le mode de vie des femmes. Comme si toutes ces situations n’étaient pas suffisantes, (…) la Convention d’Istanbul, qui est le contrat sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, n’est pas respectée. Ce contrat est presque ignoré et fait l’objet d’une anti-propagande et toutes les tentatives sont faites pour l’annuler. Cependant, cet accord, qui a été signé en 2011, est équivalent aux dispositions de la Constitution de la Turquie. Il contient de nombreux éléments qui protègent la femme et sa vie plutôt que de répartir dans la la famille / le foyer. Il convient de discuter d’une mise en œuvre effective du contrat plutôt que de l’annuler, et d’utiliser à cette fin les moyens disponibles. Sinon, ces scènes qui se produisent chaque année continueront à se multiplier et beaucoup plus de femmes mourront.
 
Entre le 25 novembre 2019 et le 25 novembre 2020, c’est-à-dire l’année dernière, 42 femmes ont été assassinées en Anatolie orientale et du sud-est en raison de la violence masculine dans la famille et la sphère sociale, et 33 femmes sont mortes par suicide. 35 femmes ont été retrouvées mortes de façon suspecte. Ces événements rapportés par notre association (…) ne se sont produits que dans une seule région de la Turquie sur la question de l’identité des femmes. Le tableau général de la Turquie est bien sûr plus grave. »
 
BILAN DES VIOLENCES MASCULINES
 
Selon les informations contenues dans le rapport, 33 femmes se sont suicidées dans le nord du Kurdistan, la mort de 35 femmes a été jugée suspecte et 42 femmes ont été assassinées. (Via ANF)
 
Les données sur les villes où les meurtres ont eu lieu sont les suivantes :
 
AMED : 9
 
ANTEP : 4
 
MARAS : 4
 
ELAZIĞ : 3
 
MARDIN : 3
 
BINGOL : 2
 
KARS : 2
 
URFA : 2
 
ERZURUM : 2
 
BATMAN : 2
 
VAN : 1
 
MUŞ : 1
 
SIRNAK : 1
 
MALATYA : 1
 
ARDAHAN : 1
 
IĞDIR : 1
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici