ROJAVA. Hold-up turc sur l’huile d’olive d’Afrin

0
195
SYRIE / ROJAVA – Les agriculteurs du canton kurde d’Afrin sont contraints de vendre leur huile d’olive à des prix symboliques à des commerçants choisis par la Turquie tandis qu’une coopérative* turque tente d’exporter cette huile vers les Etats-Unis.
 
Les agriculteurs de la région d’Afrin occupée par la Turquie sont contraints de vendre leur huile d’olive aux commerçants de la ville à des prix fixés par le conseil local soutenu par la Turquie après avoir été empêchés de commercialiser leur produit en dehors de la région.
 
Après avoir acheté la récolte aux agriculteurs, les commerçants d’Afrin la vendent à des entreprises Jalkhy, Ghosn Afrin et Jabal Afrin qui exportent huile d’olive vers la Turquie, selon les agriculteurs de la région.
 
Abdin Hamo (un pseudonyme), un agriculteur d’Afrin, a déclaré: « Parce que je ne pouvais pas exporter ma récolte d’huile d’olive, j’ai été obligé de la vendre à des commerçants à des prix définis par eux. »
 
Hamo a souligné que le conseil local soutenu par la Turquie avait changé le prix d’un carton d’huile d’olive de 55000 livres syriennes (SYP) (environ 21 euros) au début de la saison de récolte des olives à la mi-septembre, pour être vendu maintenant aux commerçants pour 33 dollars.
 
Le conseil a défini le prix d’un kilogramme d’olives entre 1 100 et 1 300 SYP (40 centimes d’euros), selon Hamo, qui a mentionné que les prix dans d’autres régions syriennes étaient plus élevés que cela.
 
Hamo a déclaré que les pressoirs à huile d’olive de la région sont monopolisés par des «colons commerçants» de Homs et de Damas, sous la supervision des dirigeants des groupes de mercenaires soutenus par la Turquie.
 
Certains propriétaires de pressoirs à huile d’olive d’Afrin ajoutent de l’huile végétale à la boîte d’huile d’olive, «pour réduire la qualité de l’huile afin de forcer l’agriculteur à la vendre à bas prix».
 
Avec le début de la saison de récolte des olives de cette année, les groupes de mercenaires ont imposé des redevances aux agriculteurs d’Afrin.
 
Ismail Sido (un pseudonyme), un habitant du village de Kafr Safra dans le district de Jinderis, a déclaré qu’il avait été contraint de payer 10 000 SYP (environs 3,50 euros) de redevances pour chaque olivier. «Si nous ne payons pas, ils voleront toute la récolte», a-t-il ajouté.
 
Sido a ajouté que les terres de la plupart des personnes déplacées de force de la région avaient été complètement confisquées par les groupes d’opposition soutenus par la Turquie.
 
Abu Rashid (un pseudonyme), un agriculteur du district de Sharran, a été contraint de céder 10% de sa récolte pour pouvoir la récolter.
 
«L’année dernière, des militants de la division Sultan Malak Shah du deuxième corps de l’armée nationale syrienne ont complètement pillé mes récoltes et abattu les arbres au profit des commandants et des membres de la division», a déclaré Abu Rashid.
 
Abu Rashid estime les redevances imposées aux agriculteurs d’Afrin équivaut à plus de la moitié du prix de leur récolte.
 
Pour compliquer davantage les choses, les forces gouvernementales syriennes dans la campagne du nord d’Alep ont publié une décision en octobre interdisant le transfert d’huile d’olive à Alep.
 
Fin janvier 2019, un journal espagnol a publié un article sur les exportations turques d’huile d’olive d’Afrin vers les marchés espagnols comme «d’origine turque». Le journal a déclaré à l’époque: « L’huile d’olive d’origine syrienne est mélangée à de l’huile turque et de fausses étiquettes y sont apposées avant d’être exportée. »
 
Plusieurs mois après son invasion et sa prise de contrôle d’Afrin, la Turquie a ouvert le passage de Ghosn Zeytun (branche d’olivier), qui relie Afrin à la province turque d’Hatay.
La traversée a commencé les travaux le 8 novembre 2018, ce qui a coïncidé avec la saison de récolte des olives cette année-là.
 
Les forces turques et leurs alliés syriens ont envahi le canton d’Afrin en mars 2018, à la suite d’une opération militaire qu’elles ont lancée en janvier de la même année, chassant plus de 300 000 civils de la région. (North press agency)

*La coopérative turque Tarım Kredi aurait envoyé des représentants aux États-Unis afin d’exporter l’huile d’olive d’Afrin vers les États-Unis. Cette information a été donnée par le journal turc Duvar qui rapporte une déclaration du président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antakya, Hikmet Çinçin qui a déclaré que 90 000 tonnes d’huile d’olive provenant de la ville d’Afrin sont commercialisées vers États-Unis par des coopératives de crédit agricole.

 

« Je viens d’apprendre que des représentants de coopératives de crédit agricole turques sont allés à New York pour commercialiser de l’huile d’olive [importée d’Afrin]. Nous sommes d’avis que ce n’est pas la bonne façon de procéder », a déclaré M. Çinçin lors d’une réunion dans la province de Hatay, au sud de la Turquie.

Çinçin a déclaré que l’huile d’olive est apportée en Turquie depuis Afrin à la condition qu’elle soit exportée et non pas offerte sur le marché intérieur. « Mais nous recevons des plaintes de producteurs turcs selon lesquelles cette huile d’olive est commercialisée sur le marché intérieur », a déclaré M. Çinçin, ajoutant que la quantité d’huile d’olive qui veut être vendue aux Etats-Unis atteint 90 000 tonnes.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici