HRW: « La Turquie devrait libérer immédiatement Selahattin Demirtaş »

0
193
Le gouvernement turc devrait libérer immédiatement Selahattin Demirtaş, ancien co-dirigeant du Parti démocratique des peuples (HDP), conformément à l’arrêt de 2018 de la Cour européenne des droits de l’homme, ont déclaré aujourd’hui les ONG des droits humains ARTICLE 19 et Human Rights Watch (HRW) qui accuse le régime turc de procéder à des détentions à motivation politique visant les opposants.
 
Le HRW et ARTICLE 19 ont cosigné une déclaration appelant le régime turc à libérer les otages politiques, dont le politicien kurde Selahattin Demirtas détenu dans une prison turque depuis 4 ans:
 
« La détention de Demirtaş et de huit autres membres démocratiquement élus du Parti démocratique du peuple au Parlement il y a quatre ans ce mois-ci a marqué le début de l’agression continue du gouvernement contre le parti et fait partie d’un ensemble plus large de poursuites et d’incarcérations à motivation politique à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016. Le gouvernement turc devrait également revoir les détentions des autres anciens députés du HDP, dont la coprésidente du parti, Figen Yüksekdağ, sur les cas desquels la Cour européenne des droits de l’homme doit encore se prononcer.
 
« Au cours des quatre dernières années, le gouvernement turc a déformé et perverti le processus juridique pour servir l’objectif politique de maintenir en prison les hommes politiques de l’opposition Selahattin Demirtaş, Figen Yüksekdağ, et d’autres anciens députés du HDP », a déclaré Hugh Williamson, directeur pour l’Europe et l’Asie centrale de Human Rights Watch. « Le gouvernement turc a abusé de la détention et des procédures pénales dans une campagne de persécution contre Demirtaş en particulier, notamment en faisant fi d’une ordonnance de la Cour européenne des droits de l’homme visant à le libérer et en concoctant de nouvelles accusations sans fondement pour le maintenir derrière les barreaux ».
 
Demirtaş et les autres sont visés parce qu’ils ont dirigé l’opposition politique du HDP au gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan. Demirtaş et Yüksekdağ sont toujours en détention dans la prison de type F d’Edirne et Kandıra dans l’ouest de la Turquie, respectivement, et font partie des six anciens députés du HDP toujours en prison après avoir été arrêtés le 4 novembre 2016, et dans un cas quelques semaines plus tard, alors qu’ils étaient députés. Ils sont soit en détention préventive, soit en train de purger leur peine. Leurs poursuites sont en grande majorité basées sur leurs discours politiques au fil des ans.
 
Le 4 novembre 2016, les tribunaux ont ordonné la détention pour terrorisme de neuf membres du parti au Parlement, dont Demirtaş et Yüksekdağ, quelques heures après que la police les ait arrêtés, ainsi que trois autres membres du parti au Parlement, en pleine nuit, dans le cadre d’une opération coordonnée dans différentes villes.
 
Pendant leur mandat parlementaire, les députés jouissent généralement d’un niveau élevé d’immunité contre les poursuites judiciaires pour leurs activités politiques en cours. L’arrestation et la détention des députés du HDP sont basées sur un amendement constitutionnel temporaire controversé et sur le vote parlementaire de mai 2016 qui a levé leur immunité parlementaire.
 
Avant l’adoption de l’amendement constitutionnel par le Parlement, en 2015 et 2016, le président Erdoğan avait fait plusieurs discours dans lesquels il insistait pour qu’ils soient poursuivis et suggérait que le parti ne devait pas être au Parlement parce qu’il était impossible de le distinguer du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un parti armé. Des organismes internationaux, dont la Commission de Venise du Conseil de l’Europe, qui conseille sur les questions constitutionnelles, ont vivement critiqué la façon dont l’immunité parlementaire des députés a été levée. Dans le cadre de procédures individualisées après leur détention massive, les députés ont été jugés pour « appartenance à une organisation terroriste », « diffusion de propagande terroriste » et bien d’autres crimes. Human Rights Watch a analysé les éléments de preuve dans 11 des actes d’accusation, y compris la principale affaire en cours contre Demirtaş, pour laquelle il risque une peine possible de 142 ans s’il est reconnu coupable.
 
Dans tous les cas, la majeure partie des preuves de l’accusation consiste en des discours publics et des activités politiques des accusés et il n’existe en aucun cas de preuve de lien matériel avec des actes violents. Au fil des procès, le président Erdoğan a prononcé plusieurs discours dans lesquels il a déclaré que Demirtaş et les autres doivent rester en détention.
 
« La décision de lever l’immunité de poursuites pour les parlementaires en Turquie a permis de graves attaques contre les institutions démocratiques en Turquie », a déclaré Sarah Clarke, responsable de l’Europe et de l’Asie centrale à ARTICLE 19. « Les discours du président Erdoğan concernant Demirtaş et le refus ultérieur de la cour de le libérer, malgré la décision de la Cour européenne des droits de l’homme, sont un rappel choquant du pouvoir de l’exécutif en Turquie d’influencer les procédures judiciaires ».
 
Après avoir épuisé les recours internes, Demirtaş et les autres députés ont déposé des requêtes auprès de la Cour européenne des droits de l’homme concernant la levée de leur immunité parlementaire et plus tard concernant la légalité de leur détention.
 
Le 20 novembre 2018, la Cour européenne a estimé dans l’affaire Demirtaş c. Turquie (n° 2) (requête n° 14305/17) que « Il a été établi au-delà de tout doute raisonnable que les prolongations de la détention de M. Demirtaş, en particulier pendant deux campagnes cruciales, le référendum et l’élection présidentielle, ont poursuivi l’objectif suprême d’étouffer le pluralisme et de limiter la liberté du débat politique : le cœur même du concept de société démocratique ».
 
Démontrant l’importance de l’affaire, la Cour a rendu le rare arrêt selon lequel il y avait eu une violation de l’article 18 de la Convention européenne, ce qui signifie que la prolongation de la détention de Demirtaş’ avait été poursuivie à des fins ultérieures et constituait en tant que telle un abus de pouvoir. C’est la première fois que la Cour a constaté une telle violation à l’égard de la Turquie. La Cour a ordonné la libération immédiate de Demirtaş, estimant qu’il y avait eu violation de son droit à la liberté et une autre violation du droit à des élections libres et équitables. ARTICLE 19 et Human Rights Watch ont soumis une intervention conjointe d’un tiers dans l’affaire.
 
Les affaires concernant la levée de l’immunité parlementaire et les affaires distinctes introduites par les autres députés du HDP concernant la légalité de leur détention sont en cours devant la Cour européenne.
 
Dans une séquence d’événements compliquée, décrite ci-dessous, le gouvernement turc n’a pas libéré Demirtaş de sa détention comme l’exigeait la décision de la Cour européenne, mais a plutôt accéléré une condamnation contre lui pour un discours qu’il avait prononcé en 2013 et l’a détenu à nouveau sur de nouvelles accusations. Le gouvernement turc et les avocats de Demirtaş ont renvoyé l’affaire devant la Grande Chambre de la Cour européenne dont le jugement, suite à une audience tenue le 18 septembre 2019, est en attente. ARTICLE 19 et Human Rights Watch ont également soumis une intervention conjointe de tiers devant la Grande Chambre.
 
Deux jours après l’audience de la Grande Chambre, le procureur d’Ankara a de nouveau demandé la détention de Demirtaş dans le cadre d’une autre enquête pénale basée sur les mêmes faits, qui font partie des preuves dans le procès principal en cours contre lui. Demirtaş est maintenant en détention depuis plus de quatre ans.
 
« Le gouvernement turc doit procéder à la libération de Selahattin Demirtaş, attendue depuis longtemps, et se conformer à la décision de la Cour européenne des droits de l’homme », a déclaré M. Williamson. « La coordination main dans la main que nous avons constatée entre le président Erdoğan, les procureurs et les tribunaux turcs pour le maintenir derrière les barreaux en violation de ses droits est une grave violation de l’État de droit et des garanties démocratiques ».
 
Le 20 novembre 2018, lorsque la Cour européenne des droits de l’homme a rendu son jugement sur l’affaire Demirtaş, le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré en réponse : « Cela ne nous lie pas. Nous allons faire un mouvement inverse et terminer le travail ». Un jour plus tard, le président a fait un second discours en disant : « Où êtes-vous, Cour européenne ? Il ne s’agit pas de soutenir une quête de liberté, mais de vénérer le terrorisme, l’amour d’un terroriste ».
 
Le 30 novembre, la 19e Cour d’assises d’Ankara, qui a entendu le procès principal contre Demirtaş, a ignoré le jugement de Strasbourg et ne l’a pas libéré, affirmant que le jugement n’était pas définitif. Human Rights Watch et ARTICLE 19 considèrent les discours du président comme une intervention directe dans une décision d’un tribunal local, ce qui équivaut à une instruction au tribunal de ne pas tenir compte de la décision de la Cour européenne.
 
Quelques jours plus tard, les autorités ont trouvé un autre moyen de contourner l’arrêt de la Cour européenne. Le 4 décembre, la cour d’appel régionale d’Istanbul a procédé à une révision très rapide de la condamnation de Demirtaş concernant un discours politique et a confirmé la peine de quatre ans et huit mois d’emprisonnement prononcée contre lui pour « diffusion de propagande terroriste ».
 
Demirtaş avait fait ce discours lors d’une assemblée publique du nouvel an kurde à Istanbul en 2013. Le discours ne prônait pas la violence et n’était pas considéré par les autorités comme criminel au moment où il a été prononcé. Mais cinq ans plus tard, les autorités l’ont utilisé comme prétexte pour faire de Demirtaş un prisonnier condamné. La peine prononcée est également inhabituellement élevée, comparée à d’autres peines prononcées par les tribunaux turcs pour des condamnations similaires en matière de propagande. ARTICLE 19 et Human Rights Watch considèrent que la condamnation viole le droit de Demirtaş à la liberté d’expression ainsi qu’à la liberté et à la sécurité et à un procès équitable.
 
Le gouvernement turc et Demirtaş ont tous deux décidé de contester l’arrêt de la Cour européenne de novembre 2018 en demandant le réexamen de l’affaire par la Grande Chambre de la Cour européenne. Le gouvernement soutient que comme il n’y a pas de jugement définitif avant que la Grande Chambre ne rende son jugement, il n’y avait pas d’obligation de libérer Demirtaş à ce moment-là. Toutefois, comme un arrêt de la chambre n’est pas définitif, cela ne signifie pas qu’il n’a pas d’autorité et, à moins et jusqu’à ce que la Grande Chambre en décide autrement, le gouvernement turc agit en violation du droit à la liberté et à la sécurité de Demirtaş et perpétue cette violation en refusant de le libérer pendant le renvoi devant la Grande Chambre.
 
L’exécution de l’arrêt du 18 novembre est particulièrement urgente étant donné qu’il s’agit d’une violation du droit à la liberté d’un individu. La décision de la Turquie de l’ignorer et d’attendre l’arrêt de la Grande Chambre corrobore la préoccupation d’ARTICLE 19 et de Human Rights Watch selon laquelle le gouvernement turc utilise l’appel à la Grande Chambre pour retarder l’exécution de la décision initiale.
 
L’audience de la Grande Chambre de la Cour européenne a eu lieu le 18 septembre 2019. Son jugement est en cours. Dans un élan d’activité à deux semaines seulement de l’audience du 18 septembre à Strasbourg, la 19e Cour d’assises d’Ankara s’est finalement effectivement conformée à l’arrêt de la Cour européenne de novembre 2018 en rendant une décision dans l’affaire principale de Demirtaş pour le libérer. Il est cependant resté en prison, au motif qu’il purgeait la peine pour « diffusion de propagande terroriste » pour le discours de 2013.
 
Il devait être libéré le 20 septembre, deux jours seulement après l’audience de la Grande Chambre, car la 26e Cour d’assises d’Istanbul a déterminé qu’il avait suffisamment purgé sa peine pour être libéré sur parole.
 
Cependant, le jour où Demirtaş aurait pu être libéré, le procureur en chef d’Ankara a cité une enquête ancienne et dormante en cours comme motif de détention de Demirtaş et Yüksekdağ, les anciens co-présidents du HDP. En violation de la procédure pénale acceptée, le procureur n’a pas pris leurs déclarations, et Demirtaş et Yüksekdağ n’ont appris les charges retenues contre eux qu’à partir de sa demande au tribunal de les placer en détention. Ils ont comparu devant le tribunal par vidéoconférence depuis la prison, qui les a rapidement placés en détention, les soupçonnant de crimes tels que « tentative de destruction de l’intégrité territoriale du pays » (séparatisme armé) et « incitation au meurtre ». Le moment et la manière dont la détention a été mise en œuvre ne laissent aucun doute sur le fait que l’intention principale était d’empêcher Demirtaş de quitter la prison et de créer une nouvelle base pour un autre ordre de détention.
 
Demirtaş a été détenu, mais pas inculpé, depuis lors dans le cadre de l’enquête en cours du procureur d’Ankara sur les manifestations qui ont eu lieu entre le 6 et le 8 octobre 2014. Les protestations de 2014 ont commencé dans des villes du sud-est de la Turquie en signe de solidarité avec les Kurdes de Kobanê, une ville du nord de la Syrie à l’époque assiégée par l’État islamique (DAECH/ISIS) et en critique de l’opinion du gouvernement turc sur le siège de l’ISIS.
 
Les protestations ont tourné à la violence et le gouvernement estime que le nombre de manifestants qui ont trouvé la mort dans le sud-est du pays se situe entre 37 et 53. Depuis 2016, le président Erdoğan a prononcé à plusieurs reprises des discours publics tenant Demirtaş et le Parti démocratique du peuple pour responsables de ces décès, car le parti avait officiellement soutenu les protestations et encouragé la participation, bien qu’il ne prônait pas la violence.
 
En octobre 2020, 17 autres responsables et hommes politiques du Parti démocratique du peuple, anciens et actuels, ont également été arrêtés dans le cadre de la même enquête. Aucune inculpation n’a encore été prononcée. ARTICLE 19 et Human Rights Watch notent que l’allégation infondée selon laquelle Demirtaş aurait incité ces protestations violentes fait également partie des preuves dans la principale affaire en cours contre lui. Au mépris de la restriction du droit pénal qui interdit de porter des accusations multiples sur la base d’un même ensemble de faits, le procureur général d’Ankara mène une deuxième enquête portant sur le même ensemble de faits, mais en formulant des accusations plus graves.
 
Le lendemain de la détention de Demirtaş’ le 20 septembre 2019, le président Erdoğan a fait un autre discours indiquant son vif intérêt personnel à maintenir Demirtaş et les autres membres du parti en détention et démontrant son effort pour influencer l’affaire. « Si vous recherchez un meurtrier dans ce pays, vous n’avez pas besoin de chercher son adresse », a-t-il déclaré. « Ils ont infiltré le parlement. Cette nation n’oublie pas et n’oubliera pas ceux qui ont appelé le peuple dans les rues et qui ont fait tuer 53 de nos enfants à Diyarbakir. Nous suivrons cette affaire jusqu’au bout. Nous ne les relâcherons pas. Si nous les libérons, nos éternels martyrs nous tiendront pour responsables. »
 
Notamment, en juin 2020, 19 mois après le jugement de la Cour européenne selon lequel la détention de Demirtaş était illégale, la Cour constitutionnelle de Turquie a également estimé que les décisions de la juridiction inférieure de prolonger la détention initiale de Demirtaş violaient son droit à la liberté. Dans son raisonnement, la Cour constitutionnelle a cité le fait que la juridiction inférieure n’avait pas tenu compte de la présidence du Parti démocratique du peuple par Demirtaş et de sa candidature aux élections présidentielles du 24 juin 2018, lorsqu’elle a rejeté les demandes de libération de ce dernier. Le jugement de la Cour constitutionnelle était à toutes fins utiles sans objet, puisque la 19e Cour d’assises d’Ankara l’avait déjà techniquement libéré de cette détention neuf mois plus tôt. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici