CEDH: La condamnation à prison d’un Kurde pour un discours lors du Newroz a violé la liberté d’expression

0
448
TURQUIE – La Cour européenne des droits de l’homme a conclu que la liberté d’expression d’Halil İmrek a été violée car il a été condamné à la prison pour son discours du Newroz (Nouvel-an kurde) à Adana / Osmaniye en 2016.
 
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu son arrêt concernant la peine de prison infligée à Halil İmrek pour son discours lors des célébrations de Newroz dans la province d’Adana en 2016.
 
Le tribunal a conclu que la peine de prison en question avait violé la liberté d’expression du journaliste.
 
Le 18 mars 2006, alors qu’il était membre de la direction du Parti travailliste (EMEP), le journaliste Halil İmrek a assisté aux célébrations du Newroz dans la province d’Adana.
 
En avril 2006, il a été placé en garde à vue pour «propagande pour une organisation terroriste [PKK]». Sa participation aux célébrations de Newroz et son discours à Osmaniye un jour plus tard le 19 mars ont été cités comme preuve criminelle contre le journaliste. Il a ensuite été arrêté et envoyé en prison.
 
Dans le procès intenté un mois plus tard, il a été jugé pour le délit de «propagande pour une organisation terroriste» conformément à l’article 7/2 de la loi antiterroriste (TMK). Libéré en juillet 2006, İmrek a été condamné à 1 an de prison lors de sa dernière audience le 16 septembre. Sa peine de prison a été confirmée par la Cour de cassation en janvier 2012.
 
En réponse, İmrek a saisi la CEDH, indiquant que sa liberté d’expression avait été violée. Dans son arrêt du 10 novembre 2020, la CEDH a conclu que sa liberté d’expression garantie par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) a été violée. La Turquie paiera à İmrek 5 000 euros à titre de dommages-intérêts non pécuniaires. (Bianet)
 
Pour info, la Turquie est le pays le plus condamné par la CEDH pour la violation des droits, dont les droits linguistiques et ethniques des Kurdes.
 
Qu’est-ce que le Newroz?
 
Le Newroz (ou Nawroz) fait référence à la célébration du Nouvel an zoroastrien dans la culture kurde. Avant l’islamisation des peuples iraniens en Asie, les ancêtres des Kurdes étaient des adeptes du zoroastrisme. Dans la doctrine zoroastrienne, le feu est un symbole de vision, de bonté et de purification. Angra Mainyu, l’esprit démoniaque opposé au dieu Ahura Mazda dans le zoroastrisme, était défié chaque année par un grand feu par les Zoroastriens. Dans la légende kurde, la fête célèbre la délivrance des Kurdes du tyran Dehak et elle est considérée comme une autre façon de démontrer le soutien à la cause kurde.
La fête du Newroz – célébré depuis au moins 3 000 ans et profondément enraciné parmi les rituels et les traditions du zoroastrisme – coïncide avec l’équinoxe de mars, qui tombe généralement le 21 mars et se déroule habituellement du 18 au 24 mars. Le festival occupe une place importante en termes d’identité kurde pour la majorité des Kurdes. Les Kurdes se rassemblent pour accueillir la venue du printemps. ils portent des vêtements colorés et dansent ensemble.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici