AccueilDroits de l'HommeROJAVA. Pourquoi la Turquie arrête-t-elle ses propres collabos à Afrin?

ROJAVA. Pourquoi la Turquie arrête-t-elle ses propres collabos à Afrin?

ROJAVA – AFRIN – Les arrestations, les disparitions et les enlèvements sont quotidiens dans le canton kurde d’Afrin occupé par la Turquie et ses mercenaires islamistes. Depuis l’invasion et l’occupation de l’enclave kurde par la Turquie en mars 2018, des milliers de personnes – des centaines au cours des deux derniers mois seulement – ont été enlevées par les gangs soutenus de la Turquie.
 
Mais ces dernières semaines, on assiste à l’arrestation des collabos kurdes qui ont accepté d’être des représentants politiques de la Turquie à Afrin. Des dizaines d’arrestations ont visé les membres kurdes des conseils de procuration que la Turquie a mis en place dans la région pour légitimer son occupation, y compris de nombreux membres du bloc d’opposition du Conseil national kurde (ENKS) , qui est lié à l’opposition syrienne contrôlée par la Turquie. Les Arabes transférés dans la région par la Turquie en provenance d’autres régions de Syrie ont également été arrêtés, et on estime qu’entre 20 et 25 membres de conseils locaux ont été détenus à ce jour.
 
Bien que des politiciens kurdes travaillant avec l’appareil turc à Afrin aient parfois été détenus, il est sans précédent de voir un aussi grand nombre d’arrestations ciblant les propres représentants politiques de la Turquie à Afrin. Parmi les raisons possibles, citons l’opposition de la Turquie aux négociations en cours entre l’ENKS et le Conseil démocratique syrien (DDC) dirigé par le PYD, la colère turque face à un nouveau rapport des Nations unies mettant en lumière les atrocités commises par ses milices en Afrin et ailleurs, et de nouvelles tentatives de reconfigurer la composition ethnique et l’infrastructure politique d’Afrin en faveur de la Turquie.
 
Quels sont les conseils locaux visés ?
 
Afrin faisait auparavant partie de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES), les régions autonomes non contiguës du Nord et de l’Est de la Syrie organisées sur la base d’une démocratie locale et décentralisée et représentées diplomatiquement par par le Conseil démocratique syrien (DDC). L’attaque de la Turquie contre Afrin en 2018 a entraîné la mort de centaines de personnes et le déplacement forcé de centaines de milliers. Le déplacement s’est fait sur une base ethnique visant principalement les Kurdes, en plus des minorités yézidies, chrétiennes et alévis.
 
Aujourd’hui, des conseils contrôlés par la Turquie ont été créés pour remplacer le système AANES de communes et de conseils locaux. Dans les régions Sous le contrôle nominal de ces conseils, le pouvoir réel est retenu par la Turquie, à travers le contrôle direct des organes politiques locaux, l’exploitation descendante des ressources économiques, et la gouvernance par procuration « dépendant du soutien politique, économique et militaire de la Turquie pour leur survie ». Dans le même temps, les milices contrôlées par la Turquie se voient accorder une autonomie limitée pour piller et extorquer de l’argent à la population locale.
 
Les nouveaux conseils établis par la Turquie ne sont donc guère plus qu’une feuille de vigne pour l’occupation. Ils ont tendance à sous-représenter la population kurde et sont principalement composés d’individus ayant des liens politiques avec la Turquie, ou des intérêts économiques dans le pillage continu des ressources naturelles d’Afrin. Ils sont également très majoritairement masculins, le comité général des conseils locaux sélectionnés en avril 2018 comptant 100 hommes et seulement sept femmes, alors que le système AANES prévoit une parité hommes-femmes de 50-50.
 
Qui est l’ENKS et que fait-il à Afrin?
 
La politique kurde en Syrie n’est pas monolithique. A Afrin, comme dans d’autres régions syriennes à majorité kurde, une majorité de Kurdes locaux ont soutenu le PYD, en particulier après la période révolutionnaire de 2012, lorsque Afrin est rapidement devenue la région la plus progressiste et la plus développée politiquement au sein même de l’AANES.
 
Mais comme ailleurs dans le nord et l’est de la Syrie (NES), les partis de l’époque, sous l’influence du PDK de Masoud Barzani, un parti nationaliste kurde dominant dans le Kurdistan irakien voisin, étaient également soutenus par une minorité d’Afrinois. Lorsque la Turquie a lancé son assaut, cette coalition « ENKS » a suscité l’opprobre dans tout le Kurdistan en raison de son affiliation politique avec les forces utilisées par la Turquie pour lancer son assaut contre les Kurdes d’Afrin.
 
Depuis l’occupation, les membres de la branche de l’ENKS sont restés à Afrin, travaillant aux côtés des forces soutenues par la Turquie dans des fonctions politiques et civiles. Ces personnes ont été arrêtées, notamment Hussein Ibesh, chef de la branche africaine de l’ENKS. Les commandants de petites forces kurdes utilisées de la même manière par la Turquie pour blanchir ses déplacements forcés de la population kurde ont également été disparus par leurs propres alliés.
 
Pourquoi cette nouvelle vague d’arrestations ?
 
La récente vague d’arrestations visant les membres des conseils locaux est cependant inhabituelle. « Les forces turques et les groupes armés syriens qu’elles soutiennent continuent de commettre de nouvelles violations… arrêtent et kidnappent des citoyens contre rançon… empêchent leurs familles de connaître le lieu ou les raisons de leur détention, refusent de les traduire en justice et les empêchent de désigner un avocat », explique Hassan Hassan de l’Organisation des droits de l’Homme – Afrin au RIC.
 
M. Hassan suggère que la nouvelle vague d’arrestations est probablement liée aux négociations entre la DDC d’une part, et l’ENKS d’autre part, car la Turquie fait « pression sur la partie ENKS pour qu’elle ne conclue aucun accord » avec la DDC. Ankara est irrité par ces pourparlers parrainés par les États-Unis, qui visent à établir un nouveau corps politique kurde unifié en Syrie pour compléter le système multiethnique de l’AANES et de la DDC. L’arrestation de membres de rang intermédiaire de l’ENKS à Afrin est une façon pour Ankara d’exprimer son mécontentement quant à la participation de l’ENKS à ce « dialogue kurde ».
 
Tout en partageant l’avis de M. Hassan, le chercheur indépendant Caki suggère en outre que certaines de ces personnes pourraient être soupçonnées d’avoir fourni des informations aux Nations unies pour un récent rapport très médiatisé documentant les violations massives des droits de l’homme, les atrocités et les crimes de guerre potentiels perpétrés par les factions soutenues par la Turquie à Afrin et ailleurs, souvent en présence des forces turques. La Turquie a l’habitude de prendre pour cible et de faire disparaître toute personne soupçonnée de transmettre des informations sur la situation dans les régions occupées à des journalistes ou à des chercheurs sur les droits de l’Homme.
 
Enfin, M. Hassan ajoute que « la Turquie tente de remodeler ces conseils sous domination turkmène », dans le cadre des efforts en cours pour créer une « ceinture turkmène » à Afrin sous l’influence des milices turkmènes qui sont les partenaires privilégiés d’Ankara parmi les dizaines de milices sunnites qu’elle a déployées lors de l’invasion et de l’occupation de la SNE. Ainsi, les membres kurdes et même arabes du Conseil sont démis de leurs fonctions pour faire place à des remplaçants turkmènes alors que la Turquie consolide son contrôle de facto sur la région.
 
Qui est arrêté ?
 
Les arrestations ont visé des dizaines de membres de conseils locaux dans les villes de Jinderes, Mabatli et Rajo. À Jinderes, la première arrestation importante a eu lieu le 9 septembre et visait Subhi Rizq, président du conseil contrôlé par la Turquie, ainsi que huit autres membres du conseil et des affiliés. Tous ces individus étaient membres de l’ENKS et trois d’entre eux ont été libérés, tandis que l’on ignore toujours où se trouvent les six autres.
 
À Mabatli, onze membres du conseil local ont été arrêtés en septembre ; le vice-président du conseil local, Salah Shabo, a été arrêté le 12 octobre, ainsi que six autres membres du conseil, notamment ceux qui travaillent dans les secteurs de l’humanitaire, de l’éducation et des marchés publics ; et quatre autres membres du conseil, dont le président Abdul Mutalib Sheikh Nassan, ont été arrêtés le 14 octobre.
 
Des arrestations similaires ont visé des membres du conseil à Rajo. D’autres personnes travaillant avec l’appareil turc à Afrin ont également été ciblées. Le mukhtar (chef de village) kurde Nabi Jafar Omar a également été saisi par les services de renseignement turcs, malgré son soutien et sa légitimation antérieurs de la présence turque à Afrin. Entre-temps, le 1er octobre, une série d’arrestations à Istanbul a visé 11 partisans kurdes de l’ENKS résidant désormais en Turquie.
 
Et maintenant ?
 
Cette série d’arrestations s’inscrit dans le cadre de tendances plus larges. Ces dernières années, la Turquie a arrêté des dizaines de milliers de politiciens et de législateurs kurdes élus, même à l’intérieur de ses propres frontières. Ces arrestations doivent également être considérées dans le contexte d’une nette augmentation des disparitions menées par la Turquie et ses mandataires à Afrin au cours des derniers mois. L’Organisation des droits de l’homme – Afrin a documenté plus de 200 disparitions rien qu’en août, tandis que l’organisation « Syrians for Truth and Justice » a documenté 116 disparitions en septembre 2020, dans un contexte d’augmentation constante du nombre de disparitions d’un mois à l’autre.
 
Néanmoins, il est inhabituel de voir la Turquie cibler des membres de son propre appareil politique de manière aussi systématique. Ces arrestations sont probablement motivées par le désir de la Turquie de mettre en péril les tentatives de pourparlers d’unité entre les Kurdes syriens actuellement en cours – des pourparlers motivés, en partie, par le désir de s’unir contre la menace d’une nouvelle invasion turque.
 
Mais elles serviront également à renforcer le programme de la Turquie de changement démographique forcé à Afrin. Alors que la Turquie continue à consolider son occupation de facto de la région et à renforcer les milices turkmènes qu’elle y a installées, même les Kurdes qui ont choisi de travailler aux côtés de la Turquie semblent être sacrifiables.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici