Ouverture du procès pour le meurtre de l’avocat kurde Tahir Elçi

0
232
TURQUIE / BAKUR – Il y a 5 ans, l’avocat kurde, Tahir Elçi a été assassiné à Amed. La première audience du procès pour le meurtre d’Elçi a débuté aujourd’hui à Diyarbakır (Amed).
 
4 prévenus, dont 3 policiers, à la barre des accusés
 
Les policiers FT, ST et MS sont accusés d’avoir causé la « mort par négligence coupable » et risquent une peine de 3 à 9 ans de prison.
 
L’accusé en fuite Uğur Yakışır est accusé d’avoir tué Elçi et les policiers Cengiz Erdur et Ahmet Çiftaslan et encourt trois peines à perpétuité aggravées et jusqu’à 45 ans de prison.
 
Avant l’audience, la façade du palais de justice était fermée par une barricade de police. Dans le palais de justice, des dizaines de policiers anti-émeute avec des casques et des matraques ont attendu dans le couloir de la salle d’audience, et de nombreux policiers se trouvaient dans la salle d’audience.
 
Outre la famille d’Elçi, des députés, des avocats et des membres d’organisations de défense des droits humains se sont rendus au palais de justice. Parmi ces personnes, on peut citer les députés du HDP Hişyar Özsoy, Necdet Ipekyüz, Dersim Dağ, Mehmet Rüştü Tiryaki, le député CHP Sezgin Tanrıkulu, député indépendant et journaliste Ahmet Şık, membre de la délégation de l’Union européenne en Turquie Sema Kılıçer, présidents des barreaux d’Amed, Istanbul, Izmir, Mardin, Gaziantep, Hakkari, Adana, Batman, Urfa, Siirt et Sirnak ainsi que de nombreux militants des droits de l’homme.
 
Cependant, seules 88 personnes ont été autorisées à entrer dans le tribunal. Les avocats d’Elçi et l’épouse d’Elçi, Türkan Elçi ont assisté à l’audience, à laquelle les accusés et leurs avocats devaient assister via la téléconférence. Avant l’audience, Cihan Aydın, président du barreau d’Amed, a soumis au tribunal une liste de 64 avocats pour participer à l’audience. Il a attiré l’attention sur la présence de 20 policiers anti-émeute dans la salle d’audience. ANF
Que s’est-il passé ?
Le 28 novembre 2015, Tahir Elçi, l’avocat et président du barreau d’Amed qui a passé sa vie à défendre le peuple kurde contre la violence et les abus de la machine de répression turque, a été assassiné à Amed.
Tahir Elçi (elçi signifie « émissaire » en turc), le président assassiné du barreau d’Amed, a participé au programme « Zone neutre » présenté par Ahmet Hakan à CNN Türk le 14 octobre 2015. Interrogé par Hakan sur la question de savoir si le PKK était une organisation terroriste, Elçi a répondu : « Le PKK n’est pas une organisation terroriste ».
Après ce programme, le prestigieux avocat a été exposé à un lynchage médiatique violent. Six jours après le programme CNN Turk, Elçi a été placée en détention. Elçi a été remis en liberté sous contrôle judiciaire et il fut interdit de quitter le pays.
Elçi, l’avocat des opprimés
Tahir Elçi est né à Cizre, Şırnak en 1966. Il a terminé ses études primaires et secondaires à Cizre et a obtenu son diplôme de la faculté de droit de l’Université de Dicle en 1991. Il a travaillé comme avocat indépendant à Amed depuis 1992. Entre 1998 et 2006, il a travaillé comme directeur au sein du barreau d’Amed (Diyarbakir). Au cours de cette période, il a étudié le droit pénal international et les procédures pénales à l’Académie de droit européen en Allemagne et a participé à de nombreuses conférences nationales et internationales en tant que conférencier.
Il a représenté les victimes dans de nombreux procès nationaux et devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Il a été membre du comité fondateur de l’Association du barreau de la Turquie (TBB), du centre des Droits de l’Homme pour le conseil consultatif scientifique, de la Fondation des Droits de l’Homme de la Turquie, (TIHV). Il a participé également à la création et au fonctionnement de plusieurs organisations de la société civile. Élu bâtonnier de l’Ordre des avocats d’Amed en 2012, il a continué à exercer ses fonctions jusqu’au 28 novembre 2015, jour de son assassinat.
Ahmet Şık, un journaliste d’investigation précédemment emprisonné en Turquie et aujourd’hui député d’Istanbul, avait écrit sur Twitter : « Ils ont choisi d’assassiner Tahir Elçi, au lieu de l’arrêter ».
28 novembre 2015 : Un meurtre planifié
Le 28 novembre 2015, Tahir Elçi a été tué par balle lors d’une conférence de presse dans la ville kurde de Diyarbakır dans le sud-est de la Turquie. Il était 10h53 quand Elçi a été abattu d’une balle dans la nuque au pied du Minaret aux quatre piliers.
Lors de la conférence de presse, Elçi avait lancé un appel au calme dans la ville, au milieu d’une récente vague de violence. Les semaines et les mois qui ont suivi sa mort ont toutefois été marqués par une escalade du conflit entraînant la destruction presque totale de Sur, centre historique de Diyarbakır, une résistance historique, la mort de centaines de civils kurdes et le déplacement de milliers d’autres.
Dans une allocution publique prononcée le jour de l’assassinat, le Premier ministre turc de l’époque, Ahmet Davutoğlu, s’est engagé à arrêter les « auteurs inconnus » et a promis que l’enquête de l’État révélerait la vérité avant d’ajouter : « Les assassinats à motivation politique ne seront pas tolérés ».
Les autorités turques ont critiqué les affrontements en cours dans la région, et lorsque les enquêteurs sont revenus deux jours plus tard et ont commencé à recueillir des preuves, ils ont bâcle l’enquête.
En fin de compte, les enquêteurs ont recueilli 43 éléments de preuve déjà identifiés et étiquetés. Quarante autres pièces, provenant de la zone immédiatement autour du minaret, où Elçi a été assassiné, n’ont pas été recueillies. Des photographies et des images montrent des civils se promenant sur les lieux du crime compromettant les indices possibles. En effet, la balle qui a tué Elçi n’a jamais été retrouvée. Ce n’est que quatre mois plus tard, en mars 2016, que les enquêteurs sont revenus pour effectuer un nouvel examen de deux jours des lieux du crime. Ce qui est peut-être encore plus troublant, c’est que les policiers que l’on voyait clairement tirer leurs armes dans la direction d’Elçi lors de la conférence de presse n’ont jamais été interrogés en tant que suspects potentiels, mais seulement comme témoins.
Rapport de l’Université de Londres : La police a tiré sur Elçi
Plus tard en 2016, l’Association des avocats de Diyarbakır a chargé le groupe de recherche Goldsmiths de l’université de Londres, Forensic Architecture, d’examiner les preuves en leur possession. Il s’agissait notamment de témoignages, de séquences vidéo, de photographies et de matériel provenant de l’enquête sur les lieux du crime, ainsi que de rapports officiels et indépendants.
L’une des premières accusations du gouvernement a été que Elçi avait été tué par des militants du PKK qui étaient armés sur les lieux, ce jour-là.
L’examen médico-légale s’est ainsi achevé : « Sur la base de notre analyse, nous avons conclu que les policiers A et D avaient des lignes de tir directes mais partiellement obstruées vers Elçi pendant la période où visiblement ils tiraient. L’un ou l’autre aurait donc pu tirer le coup fatal.
Le policier C est le seul policier à avoir eu une ligne de vue dégagée en direction de Tahir Elçi, pendant la période où il a tiré les coups de feu 24, 26, 28, et 29. Lui aussi aurait pu tirer le coup fatal. »
Elçi a-t-il reçu des soins de premier secours ?
Selon Forensic Architecture : « Après le meurtre, l’une des quatre caméras a continué à enregistrer pendant environ 13 minutes. Pendant tout ce temps, alors que des coups de feu retentissaient par intermittence dans les rues avoisinantes, le corps d’Elçi était étendu sur le sol sans surveillance. Personne dans les environs n’a tenté de vérifier son état ou de lui apporter des soins de premiers secours. 12 minutes et 30 secondes après la fin de l’enregistrement, un véhicule blindé est arrivé et s’est garé à quelques centimètres du corps d’Elçi. Peu de temps après, la caméra arrête d’enregistrer. » (ANF)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici