Un agent turc avait pour l’ordre de tuer une politicienne kurde en Autriche

0
540
Le régime turc persécute les Kurdes où qu’ils soient. Les aveux d’un agent des renseignements turcs (MIT) qui s’est rendu récemment aux autorités autrichiennes déclarant qu’il avait reçu l’ordre de tuer la politicienne kurde autrichienne Aygul Berivan Aslan à Vienne ne font que confirmer cette chasse aux Kurdes de la Turquie, même en Europe…
 
New York Times a rapporté qu’en septembre dernier, un homme est entré au poste de police de Vienne, affirmant qu’il était un agent des services de renseignement turcs, cherchant une protection juridique après avoir refusé d’accomplir une tâche assignée, qui était de tirer sur une politicienne kurdo-autrichienne.
 
Au cours d’un entretien de quatre heures avec la police autrichienne, le récit de M. Ozturk, 53 ans, était parfois vague, en particulier en ce qui concerne son travail présumé de tueur à gages. Mais c’est devenu très concret lorsqu’un officier l’a interrogé sur le cas de M. Topuz.
 
D’après la transcription de la police, M. Ozturk a déclaré qu’il avait travaillé pour la US Drug Enforcement Administration jusqu’en 2004 et qu’il avait rencontré M. Topuz pour la dernière fois en 2005. M. Topuz avait également travaillé pour la DEA en tant que traducteur, il ajouté, ce que les responsables américains ont confirmé.
 
En juin, Topoz a été condamné à 8 ans de prison, par le tribunal turc, pour avoir aidé un «groupe terroriste» et avoir tenté de renverser le gouvernement turc.
 
Le gouvernement autrichien est toujours préoccupé par l’influence des renseignements turcs en Autriche, et cette affaire a tiré la sonnette d’alarme.
 
De son côté, le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Naham, a déclaré: « nous prenons cette affaire au sérieux », précisant qu’ils ne commenteront pas les détails de l’affaire car les enquêtes sont en cours, alors que le parquet a refusé de donner des informations sur l’affaire, en disant dans un message par e-mail que l’affaire était très sensible.
 
Le mois dernier, les résultats des enquêtes d’un comité de police autrichien ont conclu que les services de renseignement turcs avaient recruté des instigateurs pour aider à déclencher de violents affrontements lors d’une manifestation organisée par la communauté kurde dans une rue du quartier de Vienne, en juin, et collecter des informations sur les manifestants.
 
Le ministre autrichien a souligné que «l’espionnage et l’ingérence turcs n’ont pas leur place dans les droits démocratiques en Autriche», tandis que son ministère a estimé qu’il y avait environ 270 000 personnes d’origine turque en Autriche, dont environ un tiers sont des Kurdes.
 
De son côté, Susan Rap, ministre autrichienne de l’intégration a révélé que «l’Autriche est devenue une cible de l’espionnage turc et que les pratiques d’Erdogan atteignent la ville de Vienne».
 
La tyrannie croissante d’Erdogan depuis une décennie a coïncidé avec une campagne antagoniste à l’intérieur et à l’extérieur, qui a commencé lorsqu’il a divergé avec l’UE et s’est intensifiée après le prétendu coup d’État de 2016.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici