La Turquie va-t-elle lancer une nouvelle offensive contre Shengal et le Rojava ?

0
203
Au moment où les attaques d’invasion de l’État turc contre le Kurdistan du Sud, le Rojava et la région yézidie de Shengal se poursuivent, le PDK construit des avant-postes et des points d’observation à la frontière du Rojava.
 
Le mois dernier, le KDP a construit de nouveaux avant-postes et points d’observation sur le triangle frontalier Shengal et Rojava-Bakur (le Kurdistan du Nord et le Kurdistan de l’Ouest), et des tranchées dans certaines régions.
 
Alors que les attaques d’invasion de l’État turc contre les zones de défense de Medya, en particulier Heftanin, au Kurdistan du Sud (Başûr) se poursuivent, la construction des postes de police du PDK à la frontière du Rojava, d’où aucune menace ne vient, soulève quelques points d’interrogation.
 
Suite à la visite de Nêçirvan Barzani, président du Kurdistan du Sud à Ankara le 4 septembre, les vols de reconnaissance de l’Etat turc se sont intensifiés dans la région kurde d’Irak en même temps que ses mouvements militaires à la frontière.
 
Le PDK a établi de nombreux points militaires le long de la ligne, à partir du triangle frontalier Rojava-Bakûr-Bashur, le long du Tigre jusqu’à la région de Sêmalka, les villages de Xanika, Mexfer et Sihêla, où il a expédié de nombreux peshmergas.
 
Les peshmergas du PDK, qui ont renouvelé et renforcé les avant-postes construits pendant la période de Saddam Hussein, ont également établi de nombreux points le long de la vallée du Tigre et creusent des tranchées à certains endroits.
 
Le KDP travaille avec fébrilité le long de la frontière au sud de la région de Sihêla, où le Tigre quitte le territoire du Rojava pour traverser les frontières du Kurdistan du Sud.
 
Des sources militaires dans la région ont informé l’ANF et ont déclaré que le mouvement à la frontière s’était intensifié au cours des 20 derniers jours et que l’activité des avions de reconnaissance de l’État turc avait également augmenté dans la région.
 
Au moment où l’Etat turc est occupé par des attaques d’invasion contre le Kurdistan du Sud, l’activité militaire menée par le PDK à la frontière du Rojava suscite des inquiétudes.
 
Les commissariats de police construits à la frontière avec le Rojava par le KDP, qui a imposé un embargo sur Maxmûr depuis plus d’un an et envoyé des forces dans la région de Zînê Wertê avant les attaques d’invasion de l’Etat turc sur les zones de défense de Medya, soulèvent de nombreuses questions.
 
En outre, Nechirvan Barzani s’est rendu en Turquie avant le début des activités à la frontière et le KDP a déclaré qu’il y avait eu des attaques aériennes turques contre Shengal, tout en menaçant Shengal.
 
Les médias du PDK, quant à eux, ont récemment lancé une intense propagande contre Shengal, essayant de gagner le soutien des puissances internationales.
 
S’exprimant lors d’une conférence de presse en août, Joey Hood, le principal sous-secrétaire d’État américain aux Affaires du Proche-Orient, a déclaré: « Si vous pouviez faire travailler le gouvernement régional du Kurdistan, le gouvernement fédéral à Bagdad et la Turquie avec des conseils et un soutien des États-Unis et d’autres pays de la coalition, vous pourriez voir peut-être un endroit comme Shengal débarrassé des milices, y compris le PKK ». Une déclaration qui n’est pas passée inaperçue.
 
Il y a manifestement beaucoup de mouvement en cours dans la région, ce qui a poussé les habitants du Kurdistan à se demander si la nouvelle offensive avait déjà commencé.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici