TURQUIE. Un chef de la police qui dirigeait des sites de torture démasqués

0
389
TURQUIE – Le chef de la police surnommé « l’ange de la mort » qui dirigeait des sites de torture en Turquie a été démasqués lors d’un témoignage au tribunal, selon Nordic Monitor.
 
Un chef de la police turque avec le surnom d’Azrael [« Ange de la mort »], a supervisé deux sites de torture non officiels avec près de 2000 personnes soumises à des traitements brutaux en 2016, ont révélé plusieurs déclarations de victimes devant le tribunal, a rapporté Nordic Monitor.
 
Selon des centaines de pages de transcriptions judiciaires examinées par Nordic Monitor, le chef de la police Tahir Darbazoğlu était l’homme en charge des sites de détention non officiels mis en place au cœur de la capitale Ankara sous les ordres du gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan.
 
Les témoignages fournis par les victimes devant divers tribunaux turcs soulignent la politique systématique et délibérée de torture et de mauvais traitements des détenus sous la surveillance de responsables gouvernementaux, qui non seulement ont assuré l’impunité des auteurs, mais ont également refusé d’enquêter sur les incidents.
 
Darbazoğlu a agi en tant que l’homme de main du gouvernement en ordonnant la torture afin d’extraire de faux aveux aux victimes afin pour soutenir le scénario du gouvernement sur le coup d’État manqué du 15 juillet 2016. De plus en plus de preuves ont émergé indiquant que la mobilisation militaire limitée en 2016 n’était rien d’autre qu’un false flag (faux nez) pour renforcer davantage le pouvoir du président Erdoğan et expulser les généraux et les amiraux qui se sont opposés à l’incursion militaire de la Turquie en Syrie.
 
Le chef de la police et son équipe de policiers, aidés par une équipe distincte de la célèbre agence de renseignement turque (MIT), ont traité les détenus avec l’état d’esprit de l’État islamique en Irak et en Syrie (DAECH / ISIS) et ont considéré les épouses et les filles des victimes comme un butin de guerre qui pourrait être violée à volonté. Les biens personnels des détenus, tels que l’argent liquide et les bijoux, y compris les alliances, ont été volés. Certains des détenus ont été harcelés sexuellement et violés.
 
Darbazoğlu a non seulement ordonné des séances de torture qui ont duré des jours, mais a également été personnellement impliqué dans les coups de pied et les coups portés aux victimes, même ceux qui n’ont été accusées d’aucun crime et n’ont pas été traitées conformément au Code de procédure pénale. Les victimes ont été dépouillées de leurs sous-vêtements, privées de nourriture et d’eau pendant plusieurs jours, forcées de rester dans des positions de stress pendant de longues heures, électrocutées et étouffées presque…
 
Les victimes ont placé Darbazoğlu sur deux principaux sites de torture. L’une était une salle de sport située dans le quartier Beştepe d’Ankara et gérée par la Fédération turque de volley-ball. Les séances de torture les plus brutales ont eu lieu dans ce lieu de détention non officiel. Il n’y a pas de chiffre exact quant au nombre de personnes qui y ont été détenues, mais sur la base des récits de plusieurs victimes, le nombre variait entre 600 et 1000. Compte tenu du fait que le site recevait constamment de nouveaux détenus alors qu’il en envoyait également d’autres vers diverses prisons, le nombre de personnes détenues sur le site ne cessait de changer.
 
Le deuxième site a été aménagé dans le parking de la prison de Sincan d’Ankara, où quelque 1 000 personnes étaient enfermées dans une tente de fortune sur un sol en béton recouvert uniquement d’une bâche. Darbazoğlu a continué à se déplacer entre les deux sites, supervisant la torture et les abus et donnant des ordres sur la façon de procéder. Il avait annoncé son surnom auto-adopté d’Azrael et avait déclaré qu’il était le juge comme Dieu le jour du jugement dans l’au-delà. Afin de cacher sa véritable identité aux victimes, Darbazoğlu a parfois utilisé des pseudonymes tels que Veysel, Bayram et Cafer.
 
Dans son témoignage devant la 17e Cour pénale d’Ankara le 20 novembre 2017, le détenu major Okan Ataoğlu, un officier d’état-major de 39 ans à l’état-major, a décrit Darbazoğlu comme un homme de 51 ans, 160 à 165 centimètres, peau brun foncé et gros fumeur. Dans ses discours aux détenus, Darbazoğlu s’est vanté d’avoir servi comme commando dans la province de Siirt [région kurde] pendant son service militaire obligatoire et se faisait souvent appeler Azrael.
 
«L’incident le plus douloureux, le plus horrible et le plus effrayant que je ne puisse jamais oublier, c’est que cet homme de 51 ans que je viens de décrire, qui se faisait appeler Azrael, me criait qu’il allait conduire mon famille en extinction, ma lignée familiale prendrait fin, il emporterait mes enfants, et si j’avais une fille, il la transformerait en prostituée et que je devrais regarder tout cela de l’intérieur [de la prison]. Je m’excuse tout le monde dans la salle d’audience, en particulier les parents, mais je dois raconter tout cela», a déclaré Ataoğlu.
 
Selon Ataoğlu, les mots étaient insuffisants pour décrire la scène dont il a été témoin dans la salle lorsqu’il y a été amené. «L’endroit s’était transformé en une mare de sang. Il n’y avait ni eau, ni nourriture, 800 à 900 personnes ont été forcées de n’utiliser que deux salles de bain sans savon», se souvient-il. Il était constamment battu et frappé à coups de pied, privé de tout traitement médical et souvent menacé de mort.
 
Une femme détenue agressée devant son mari
 
Le capitaine Erdem Eraslan, un officier d’état-major de 39 ans, a également décrit Darbazoğlu dans son témoignage du 1er novembre 2017. «La personne qui a organisé cette torture dans la salle de sport de la Fédération de volleyball était une personne à la peau brun foncé mesurant 1,65 mètre , joues creuses, fumeur à la chaîne, probablement dans la quarantaine. » Il a identifié Darbazoğlu comme étant l’homme qui a ordonné la torture des détenus et le responsable du lieu de détention. L’homme criait souvent et se faisait appeler l’ange de la mort. « J’ai entendu dire que le nom de cette personne était Tahir Darbazoğlu d’après les conversations entre les policiers eux-mêmes», a déclaré Eraslan au tribunal.
 
Eraslan a également décrit un autre officier comme étant impliqué dans le harcèlement sexuel d’une jeune femme lieutenant qui était détenue dans la salle avec son mari. Il ne connaissait pas le nom de l’agent, mais l’a décrit en détail. L’officier était dans la trentaine à l’époque, 1,75 mètre de haut, peau foncée, barbe noire, voix étouffée, portait des tongs.
 
«Cet homme a emmené deux jeunes militaires mariés dans un autre lieu et a laissé sa femme en sous-vêtements devant son mari. Il l’a ensuite aspergée d’eau de la tête aux pieds en présence de huit à dix policiers. Il l’a forcée à toucher ses orteils avec ses mains sans plier ses genoux devant les policiers. Cet homme a ensuite amené cette femme officier dans le hall, vêtue de vêtements trempés et les cheveux mouillés, ce qui a été remarqué par tout le monde dans le hall. Il est allé la voir à plusieurs reprises pour la harceler physiquement et verbalement en présence de son mari», se souvient Eraslan.
 
Kenan Şimşek, sergent en chef de 40 ans, est une autre victime qui a identifié Azrael comme l’homme qui dirigeait le site de torture lors de son témoignage devant le tribunal le 2 octobre 2018. Il se souvient de ce dont il avait été témoin pendant son séjour de huit jours à la salle de sport. Il a décrit Darbazoğlu comme un homme à la peau brune, mesurant entre 1,70 et 75 mètres, surnommé Azrael. Ses subordonnés l’appelaient le chef Bayram. «Il disait constamment que « vos femmes et vos enfants sont notre butin [djihadiste], nous connaissons les adresses [résidentielles] de vous tous, nous irons les rassembler tous [épouses et enfants]. Nous allons leur faire ceci et cela » [en faisant référence aux abus sexuels et au viol]», se souvient Şimşek.
 
Lorsqu’il a été amené pour la première fois dans la salle, Şimşek a été battu à l’entrée par sept à huit policiers en guise de «cadeau de bienvenue». Il a rejoint les autres dans la salle, où il a estimé qu’environ 1 000 détenus ont été forcés de s’agenouiller, menottés par derrière et déshabillés en sous-vêtements. «Je suis resté affamé pendant trois jours sans recevoir aucune provision. Pas même d’eau n’a été distribuée. Je n’avais plus la force de m’agenouiller à cause de la privation de toute provision et des coups», a-t-il dit.
 
Ils ont été emmenés dans des bureaux de fortune fréquentés par des médecins pour obtenir les rapports médicaux requis par la loi pour s’assurer qu’aucun abus ou torture n’avait eu lieu pendant la détention. Cependant, les médecins n’ont rien enregistré sur leurs rapports sous la menace des policiers. Il a dû uriner dans une bouteille d’eau vide car on lui a refusé une visite aux toilettes et on ne lui a permis de dormir qu’une ou deux heures par jour.
 
Dans son témoignage devant le tribunal le 4 juillet 2018, le major Emrah Ilgaz, officier d’état-major de 41 ans, a confirmé que Darbazoğlu était l’homme qui dirigeait le site de torture. «Nous avons été emmenés dans la salle de sport appartenant à la Fédération turque de volley-ball, où se trouvait un chef de la police du nom de Tahir Darbazoğlu, qui s’est déclaré Azrael», a déclaré Ilgaz, ajoutant qu’il avait été privé de nourriture et d’eau pendant deux jours et soumis aux coups et aux violences verbales et physiques au cours de son séjour de 10 jours là-bas. Il a souffert à plusieurs reprises d’attaques de panique lors des séances de torture intermittentes, mais n’a jamais été conduit à l’hôpital pour y être soigné.
 
Le capitaine Sadık Kazancı, officier d’état-major de 40 ans à l’état-major, a décrit la salle de sport comme une scène de camp de concentration tirée des films de la Seconde Guerre mondiale qu’il avait l’habitude de regarder. Dans son témoignage devant la 17e Haute Cour pénale d’Ankara le 11 novembre 2017, il a déclaré qu’il se rappelait avoir été terrifié lorsqu’il a posé les yeux sur la salle pour la première fois. «La vue que j’ai vue dans la salle était horrible, elle ressemblait aux camps de concentration que j’ai vus dans les films de la Seconde Guerre mondiale, près de 1000 personnes, toutes alignées comme des sardines, soumises à une torture systématique et dans un état misérable», se souvient-il.
 
Il a vu un homme blessé mourir au milieu de la salle, et de nombreux blessés en blouse d’hôpital et nécessitant un traitement ont dû endurer la torture à maintes reprises. «Nous étions menacés avec nos familles. Je dépose une plainte [auprès du banc] au sujet d’une personne dont j’ai appris le nom était Tahir Darbazoğlu, un petit homme brun, qui a organisé ce système de torture là-bas avec un état d’esprit qui considérait nos femmes et nos enfants comme un butin », a ajouté Kazanci.
 
Lynchage et utilisation d’acide sur le site de la torture
 
Un autre témoin qui s’est manifesté pour décrire Dabazoğlu comme étant l’homme responsable des sessions de torture brutales était Mehmet Çetin Kaplan, pilote de l’armée de l’air de 33 ans. Il a déclaré au tribunal le 14 février 2018 qu’il avait vu un homme qui se faisait appeler Azrael ordonner à d’autres policiers de lyncher un lieutenant.
 
«Lors d’un incident, j’ai vu, sur l’ordre d’un homme court, légèrement chauve et à la peau brune, vêtu d’un T-shirt rouge que je croyais être le superviseur des autres, environ huit à dix personnes en chemises de la police anti-émeute lynché un lieutenant. L’un d’eux a dit qu’il [le lieutenant] ne respirait pas et ils l’ont emmené. Je ne l’ai jamais revu», a déclaré Kaplan au tribunal.
 
Il a également ajouté que dans un autre incident dont il a été témoin, un chef de la police de taille moyenne en civil qui portait des sandales a menacé un soldat que sa femme serait interrogée, que ses vêtements seraient enlevés et qu’elle serait violée. Kaplan a également déclaré qu’il avait parlé à des victimes qui avaient été traînées dans une pièce spéciale pour des tortures particulièrement brutales et avait partagé avec le tribunal ce que les victimes lui avaient dit après les séances.
 
«Plus tard, j’ai demandé à ces personnes ce qu’elles avaient vécu lorsque j’ai eu la chance de leur parler. Le lieutenant Musa Kılıçaslan, un ancien combattant devenu handicapé après avoir été blessé lors de combats avec le PKK [le Parti des travailleurs du Kurdistan] m’a raconté comment il avait d’abord été trempé d’eau puis frappé avec un pistolet paralysant. Le capitaine Yucel m’a dit que de l’acide avait été versé sur lui. J’ai parlé à beaucoup de gens qui m’ont dit que leurs crânes, leurs côtes et divers os avaient été fracturés pendant les interrogatoires», a déclaré Kaplan.
 
Akif Uygun, un sergent, a déclaré au tribunal le 30 novembre 2017 qu’il avait subi une torture similaire. Il a dit qu’ils avaient été menottés par derrière et se sont vu refuser l’accès aux toilettes pendant les trois premiers jours.
 
« Ils [la police] se considéraient comme les gagnants d’une guerre et ont dit: « Nous sommes votre Azrael [ange de la mort], nous nous sommes battus contre vous et avons gagné. Désormais, votre fortune, vos filles, vos enfants et vos affaires sont notre butin [djihadiste] ». C’est un slogan de l’organisation terroriste de l’Etat islamique. C’est leur mode de vie. Je ne pouvais pas croire que de telles remarques aient été prononcées par des policiers turcs. Je n’arrive toujours pas à y croire et je ne veux pas y croire», a déclaré Uygun.
 
«Pendant cette période, je devais faire mes besoins dans des bouteilles d’eau lorsque j’étais menottée dans le dos. Deux personnes qui étaient menottées par derrière essayaient de s’entraider pendant cette [miction dans la bouteille]. L’urine éclaboussait le sol et nous essayions de vivre à cet étage. Les bouteilles remplies d’urine étaient partout. C’était embarrassant d’être témoin de cette situation. C’était inhumain, mais la torture et les abus avec des coups de poing et des coups de pied, [en étant menottés] ont continué», a-t-il dit.
 
Battu devant sa femme et son bébé
 
Témoignant devant la 4e Cour pénale d’Ankara le 21 février 2018, le 1er lieutenant Adem Kırcı, un pilote de l’armée de l’air, a déclaré avoir été frappé par un homme qui avait adopté le surnom d’Azrael parce qu’il essayait de garder la tête haute en tant qu’officier. des forces armées turques. «Parce que j’essayais de garder la tête haute en tant qu’officier, j’ai été frappé par un petit homme brun dont je n’oublierai jamais le visage. Son grade pouvait être celui de chef de la police, et il avait adopté le nom de code Azrael et dont le [vrai] nom a été récemment mentionné ici dans la salle d’audience», a déclaré Kırcı.
 
Ce que Kırcı a vécu avant d’être amené à la salle de sport était encore pire. Il a été arrêté par la police le 16 juillet lorsqu’il a été arrêté alors qu’il conduisait une voiture avec sa femme et son bébé de trois mois et demi. La police lui a dit qu’il serait détenu. Lorsqu’il a demandé pourquoi et demandé une explication, les policiers se sont mis en colère. Il a été traîné dans un bâtiment abandonné voisin et menotté; ses chaussures ont été enlevées et il a été forcé de s’agenouiller. Un chef de police a commencé à lui écraser les pieds en le maudissant en utilisant des blasphèmes extrêmes.
 
« Il [le chef de la police] a ordonné à l’un des autres d’amener ma femme. L’un des flics à côté de lui a dit: «On ne peut amener la femme car il y a un petit bébé dans les bras de sa femme. Le chef a répondu: «Faites ce que je vous ai dit de faire. Ils ont amené ma femme avec ma fille de trois mois et demi dans ses bras. Alors que j’étais face à face avec ma femme, la personne derrière moi m’a donné un coup de pied dans le dos. Je suis tombé face contre terre parce que mes mains étaient menottées dans le dos, puis j’ai été frappé par deux flics à ma droite et à ma gauche, Votre Honneur, je ne me souviens pas combien de temps cela a duré. La dernière chose dont je me souviens était de m’évanouir à cause d’un coup de pied dans l’œil qui était destiné à m’aveugler. La cicatrice de ce coup de pied est toujours dans mes yeux aujourd’hui », dit Kırcı.
 
Témoignant à la 4e Cour pénale d’Ankara le 2 juillet 2018, Hamza Karaduran, sous-officier de 30 ans, a déclaré que les civils et la police étaient venus au gymnase pour les torturer et qu’ils criaient qu’ils pouvaient faire tout ce qu’ils pouvaient veulent sous l’état d’urgence. « Ils ont dit: « [Personne] ne peut nous demander de rendre des comptes. Il n’y a personne d’autre que nous ici, nous allons être votre Azrael. Pour certaines personnes, ils n’ont laissé aucun os et aucune partie de leur corps intacte », a-t-il ajouté. Karaduran a déclaré qu’il avait été le plus blessé, non pas par la torture physique qu’il avait endurée, mais par le langage vulgaire utilisé contre leurs épouses, filles et mères que la police qualifiait de butin de guerre.
 
Camp de tentes nazies à Sincan
 
Azrael s’est également présenté dans un autre lieu de détention installé dans le parking de la prison de Sincan avec une tente et une bâche. Quelque 800 à 1 000 personnes y ont été retenues car il n’y avait pas assez de place dans la salle de sport. Devant la 4e Haute Cour pénale d’Ankara, Eren Çalışkan, un premier lieutenant, a raconté aux juges le 3 septembre 2019 comment il avait été torturé dans ce lieu de détention. « Nous avons été forcés par un policier qui s’est identifié comme Azrael à s’agenouiller pendant des heures et à écouter sa rhétorique et ses prédications. Il a dit qu’il y avait environ 800 personnes sur le site et qu’elles tremblaient toutes des nuits froides d’Ankara.
 
Nous avons été placés dans une tente d’environ 100 mètres de long et 100 mètres de large avec un sol en béton recouvert d’une bâche. J’appelle ça un camp de concentration. C’est à ce moment-là que notre torture systématique a commencé », a rappelé Muhammed Osman Haktanır, lieutenant de 27 ans, dans son témoignage devant la 4e Cour pénale d’Ankara le 6 mai 2019. « Puis un chef de la police qui s’appelait Azrael est venu. Il m’a gardé à genoux pendant des heures. Il y avait au moins 1 000 personnes dans la tente. Mais si je me souviens bien, il n’y avait que six toilettes. La torture systématique s’est poursuivie sans interruption pendant des jours dans cette tente. »
 
Mehmet Fatih Canal, un lieutenant, a également identifié Azrael lors de son témoignage devant le tribunal le 4 septembre 2019. « Nous attendions dans la tente, parfois debout. Pendant ce temps, nous avons été battus par les policiers qui passaient. Parfois, nous étions à genoux pendant des heures. Parfois, la personne – que je pensais être un chef de la police d’après le discours autour de lui – aux cheveux noirs, à la peau brune, à la petite taille et en civil se déplaçait, se décrivant comme Azrael et faisant des insultes et des menaces », a déclaré Canal.
 
« Je ne me suis toujours pas débarrassé de l’impact de ce que j’ai vécu dans cette tente, la seule différence par rapport aux camps de concentration d’Hitler étant le manque d’incinérateurs, mais je suis sûr que même cela aurait été fait si c’était possible », a-t-il ajouté.
 
Tortionnaires protégés par le gouvernement
 
Les tortionnaires en Turquie étaient protégés par un décret gouvernemental émis par le président Erdoğan qui accordait une immunité totale aux fonctionnaires impliqués dans les enquêtes sur les coups d’État. Le décret-loi n ° 667, publié par le gouvernement le 23 juillet 2016, a accordé une protection globale aux agents des forces de l’ordre afin d’empêcher les victimes de porter plainte pour torture, mauvais traitements ou abus contre des fonctionnaires. Il y a eu plusieurs cas dans lesquels les procureurs turcs ont refusé d’enquêter sur des allégations de torture, citant ce décret-loi, ou KHK (Kanun Hükmünde Kararname).
 
L’article 9 de ce KHK stipulait que «les responsabilités juridiques, administratives, financières et pénales ne peuvent être engagées à l’égard des personnes qui ont adopté des décisions et exercent leurs fonctions dans le cadre de ce décret-loi». Le décret a été critiqué par les organisations de défense des droits de l’homme pour être une violation flagrante des articles du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) ainsi que de la Convention européenne des droits de l’homme, à laquelle la Turquie est partie, mais il n’a jamais été annulé. En fait, le parlement turc a adopté le décret le 18 octobre 2016.
 
À ce jour, aucune poursuite n’a été engagée contre les personnes qui ont torturé des détenus sur le site non officiel malgré les multiples plaintes déposées par les victimes et leurs avocats.
 
Une délégation du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT), un organe affilié au Conseil de l’Europe, était en Turquie pour effectuer des inspections entre le 28 août et le 6 septembre 2016 et a enregistré certaines des victimes »déclarations dans son rapport. La visite de la délégation est intervenue au milieu d’allégations généralisées soulevées pour la première fois par Amnesty International, qui déclarait avoir recueilli des preuves crédibles selon lesquelles des détenus en Turquie avaient été battus, torturés et parfois violés dans des centres de détention officiels et non officiels à travers le pays.
 
Cependant, les détails du rapport du CPT n’ont jamais été rendus publics car la Turquie a opposé son veto à la publication du rapport et n’a pas levé son objection depuis 2016. En fait, le président du CPT, Mykola Gnatovskyy, a déclaré en 2017 que même s’il «[voulait] discuter des conclusions», Il n’a pas pu commenter le rapport en raison de la décision d’Ankara.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici