La Turquie détruit le patrimoine du Rojava

0
1407

SYRIE / ROJAVA – Appel aux organisations de défense des droits humains et du patrimoine de l’humanité à intervenir pour protéger les sites archéologiques des régions kurdes du Rojava pillés par l’occupation turque.

La coprésidente du conseil du canton de Girê Spi, Hevin Ismail, s’est entretenue avec l’agence de presse Hawar concernant la destruction récente d’un site archéologique important par l’armée d’occupation turque à Girê Spi (Tal Abyad) en vue de son pillage.

Hevin a condamné «l’acte criminel visant à anéantir le patrimoine civilisationnel et culturel de la région, qui est une continuation de la politique criminelle de la Turquie à Girê Spi après le déplacement forcé de sa population après l’occupation de la ville et de ses villages».

« L’occupation turque vise à anéantir la civilisation des peuples autochtones »

Ismail a souligné que l’occupation turque visait à travers ces pratiques à anéantir les civilisations des peuples autochtones qui habitent la région depuis des milliers d’années, par le pillage des sites et des artefacts, et par le sabotage délibéré d’une manière qui viole les lois de l’Organisation internationale pour  la protection du patrimoine humain (UNESCO).

L’armée d’occupation turque et ses mercenaires ont récemment fouillé la colline archéologique la plus importante de Girê Spi, qui est la colline connue sous le nom de Tal Sahlan, située près du village de Khirbet al-Raz dans le canton.  Selon les missions archéologiques qui ont visité la région, elle remonte au troisième millénaire avant JC.

Continuation des pratiques de DAECH pendant leur présence dans la région

Hevin Ismail a expliqué que cette politique est une continuation de ce que les mercenaires de l’Etat islamique ont fait pendant leur contrôle de la région, alors que les artefacts traversaient les frontières turques avec la facilitation de l’Etat islamique, et ils ont été vendus par des intermédiaires turcs plus tard, de manière publique et scandaleuse.

Dans la conclusion de son discours, Ismail a appelé les organisations humanitaires et de défense des droits de l’homme, comme l’UNESCO, à intervenir pour empêcher ces pratiques et à prendre des mécanismes pour protéger les antiquités et les sites archéologiques sous le contrôle de l’occupation turque.

Il est à noter que le site archéologique de Tal Sahlan n’est pas le seul site qui a été rasé et pillé au bulldozer, car il existe plusieurs sites dans la région de Girê Spî, qui ont également été soumis aux mêmes pratiques, y compris l’ancienne ville d’al-Far et al-Sabi al-Abyad, en plus de la saisie du site de Tel Kafifa comme point militaire.

L’armée d’occupation turque a pillé les sites archéologiques de toutes les zones occupées d’Afrin, Serêkaniyê, Girê Spî et a transféré en Turquie les antiquités trouvées dans la région.  Dans la seule région d’Afrin, au moins 75 sites archéologiques ont été pillés par les forces d’occupation.

L’État turc veut détruire le patrimoine culturel kurde

Les violations de l’armée turque et de ses gangs de mercenaires ne visaient pas seulement des civils innocents et leurs biens dans les territoires occupés, mais également les sites historiques et culturels.  L’objectif est d’éliminer le patrimoine culturel d’Afrin ainsi que ses peuples.

Le ciblage et la destruction de sites historiques et culturels sont strictement interdits par une série de conventions internationales.

« Le bombardement des sites archéologiques et des mosquées d’Afrin fait partie de l’attaque systématique et directe de l’armée turque, peut être considérée comme un acte de terrorisme selon les règles du droit international et les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU », a dénoncé l’Autorité autonome d’Afrin en diverses occasions.

L’armée turque a détruit de grandes parties du temple d’Ain Dara, qui remonte à des milliers d’années (12 000 ans selon certains experts).  De même, l’armée turque a pris pour cible la mosquée Salah Al Din et le cimetière de Jindires.

La tombe du légendaire écrivain et penseur kurde bien connu Nuri Dêrsimî, qui était abritée dans le lieu de pèlerinage d’Afrin, a également été détruite.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici